Derrière la pilule anti-COVID de Merck, un gros conflit d’intérêts

Après la soumission de la demande d’autorisation de Merck dans le cadre de la commercialisation de sa pilule anti-covid, le molnupiravir, la Food and Drug Administration ou FDA a prévu une réunion de son comité d’évaluation dès la fin novembre. A l’heure où la polémique sur le "tout vaccinal" augmente, cette pilule antivirale a de fortes chances d’être commercialisée prochainement. Mais, comme pour les vaccins, tout repose sur un gigantesque conflit d'intérêts: le Département américain de la santé a pré-commandé pour plus d'un milliards de dollars du molnupiravir en cas d'obtention d'une AMM accélérée

Un traitement existant, reconverti contre le COVID 19 mais aux effets secondaires incertains

On sait déjà que la réunion se tiendra dans la journée du 30 novembre 2021. La FDA est d’ores et déjà, en train d’ analyser l’efficacité du traitement proposé par Merck, l’utilisation d’une pilule antivirale déjà utilisée contre la grippe et l’hépatite C, le molnupiravir, cette fois-ci testée  contre le Sars-Cov2.

Comme dans le cas des vaccins, l’agence américaine des médicaments semble vouloir aller à marches forcées, même si tout cela est entouré d’une langue de bois précautionneuse. En effet, le molnupiravir semble, d’après un article scientifique publié en août 2021, être doté d’une grande efficacité antivirale mais être également gros de risques cancérigènes, de malformations du foetus ou d’incidences sur la fertilité masculine. On est par conséquent étonné de la légèreté avec laquelle  le docteur Patricia Cavazzonu directrice du centre des médicaments de la FDA a annoncé “Nous pensons que, dans ce cas, une discussion publique de ces données avec le comité consultatif de l’agence permettra de garantir une compréhension claire des données et informations scientifiques que la FDA évalue”.

Potentiellement un grave conflit d'intérêts

On se demande ce qui occasionne une telle précipitation de la part de la FDA . En effet, avec son partenaire Ridgeback Biotherapeutic, Merck a déposé sa demande lundi 11 octobre 2021. Or, par ailleurs, on sait que le Département américain de la Santé s’est engagé à acheter pour 1,2 milliard de dollars du produit s’il recevait de la part de la FDA une autorisation de mise sur le marché en procédure accélérée. 

Dans le cas où le traitement proposé par Merck est autorisé,  on se dirige donc, vraisemblablement, vers un nouveau conflit d’intérêts flagrant. 
Merck a beau avoir confirmé depuis le début du mois d’octobre une réduction de moitié des formes grades du COVID 19, les effets secondaires sont potentiellement trsè dangereux et encore loin d’avoir été investigués jusqu’au bout. 

Les autorités européennes de santé vont être rapidement confrontées au problème puisque Merck a annoncé vouloir solliciter des autorisations de mise sur le marché partout dans le monde, dès obtention d’une AMM de la FDA. 

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

128 Shares:
8 commentaires
  1. Quid alors de l’AMM conditionnelle ? Celle-ci n’est-elle pas dépendante de l’absence de traitement ? Merck va-t-il s’opposer à Pfizer ? Merck est-il plus généreux de Pfizer ?

    1. Dans le contrat de Pfizer , il y a une clause qui stipule que le contrat demeure valide même si des médicaments sont approuvés. Pour les autres vaccins, je ne sais pas.

  2. https:/ /www.covid-factuel.fr/2021/10/07/molnupiravir-futur-scandale-ou-avancee/
    encore un scandal à venir;
    mais au moins les vaccins, enfin LE vaccin puisqu’il n’en reste plus qu’un, ne pourra plus avoir une AMM conditionnelle? quoique, il vont faire trainer l’autorisation du ”Moneypireavenir” jusqu’à l’autorisation permanente vaccin Pfizer

  3. Le véritable conflit d’intérêt, c’est que Merck, qui avait industrialisé le fabrication de l’Ivermectine et qui ne lui rapporte plus un balle, l’a dézinguée pendant des mois… pendant qu’ils testaient le molnupiravir qui est encore couvert par un brevet et leur rapporterait beaucoup’d’argent. « Follow the money »

  4. de Charybde en Scylla…. seule solution, sortir des griffes de Big Pharma, mais c’est très difficile pour le commun des mortels; suivez les conseils de médecine naturelle, notamment la vitamine D et le zinc

  5. Bon, maintenant, il serait temps de virer le placard qui s’affiche systématiquement quand on en arrive aux commentaires, parce que ça commence à _vraiment_ faire chier !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer