Inflation : Michel-Edouard Leclerc craint une flambée des prix dès ce mois de Novembre

Le président des centres E.Leclerc, Michel-Edouard Leclerc a annoncé qu’il faut s’attendre à une forte hausse de prix dès ce mois de novembre. Cette flambée des prix concernera en général tous les articles dans tous les magasins, et en particulier, les prix des pâtes, des huiles, du cacao et du café..

Une inflation plus forte que celle annoncée par l’INSEE

Les données provisoires publiées par l’Insee le vendredi 29 octobre dernier ont annoncé une hausse de 2,6 % des prix à la consommation en un an. Pourtant, selon Michel-Edouard Leclerc, on peut s’attendre à une inflation beaucoup plus forte, et ce, dès ce mois de novembre.

Dans la matinale de CNews, l’homme d’affaires alerte sur la hausse des coûts des produits alimentaires comme les pâtes, le café, les huiles et le cacao dans toutes les enseignes. Le lendemain sur France TV Info, le PDG de Carrefour, Alexandre Bompard a parlé d’un risque d’inflation sur les produits alimentaires en 2022.

Cette hausse des prix concernera également les articles non-alimentaires comme les outils de bricolage, les appareils de cuisson et les appareils multimédias. Selon Mr Leclerc, le nouveau modèle économique serait à l’origine de cette inflation.

Actuellement, on privilégie la méthode de production moins polluante et plus responsable, ce qui ne peut qu’accroître la charge des producteurs. Du coup, ils sont obligés de vendre leurs produits à un tarif plus élevé.

Une inflation de longue durée selon la BCE

Selon la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, cette hausse des prix en Europe risque de perdurer. En effet, le jeudi 28 octobre dernier, elle a déclaré qu’elle sera « plus longue que prévu ».

Toutefois, elle se veut être rassurante en annonçant que le taux d’inflation sera de nouveau en dessous de 2% au cours de l’année 2022, une prévision confirmée par plusieurs analystes de la Banque de France. La présidente de la BCE estime que cette poussée inflationniste est liée à la hausse des prix de l’énergie, de la réouverture de l’économie poussant la hausse de la demande et enfin de effets de la TVA en Allemagne.

Mais est-ce que l’on n’a pas un fort contraste entre le parler-vrai d’un Michel-Edouard Leclerc, d’un côté, et les formules faussement rassurantes d’une Christine Lagarde, de l’autre? 

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

27 Shares:
5 commentaires
  1. Comme pour la pandémie, mieux vaut une inflation qui dure qu’une inflation qui flambe. Tout dépend de la hausse des taux d’intérêt, rémunération du capital, qui s’additionne au taux d’inflation par l’augmentation des rémunérations du travail.

  2. Je constate déjà que lorsque je fais les courses, à vue de nez les prix ont augmenté de + 20% ces derniers mois. Comme je n’ai rien calculé, j’ai demandé à d’autres dans mon entourage, qui ont l’air tous d’accord. Alors ça va être terrible lorsque ce que dit Leclerc va se réaliser…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer