Mandat vaccinal de Biden: Conflit entre la loi de l’Etat et les législations fédérales, la résistance républicaine s’organise

Le mandat sur l’obligation vaccinale de Joe Biden a du mal à passer dans plusieurs Etats américains. Le gouverneur républicain du Tennessee, Bill Lee, vient par exemple de signer un projet de loi qui interdit aux entreprises d’exiger la vaccination de leurs employés. Nouveau revers pour Joe Biden, alors que dernièrement une cour fédérale avait déjà maintenu la suspension de l’obligation vaccinale pour les salariés des grandes entreprises.

Le gouverneur de Tennessee désavoue Joe Biden

Plusieurs Etats incluant notamment le Texas, la Louisine, le Tennessee, le Mississipi, l’Utah et la Caroline du Sud contestent le mandat sur l’obligation vaccinale du président américain Joe Biden. Ils ont saisi une cour fédérale américaine qui a décidé de suspendre temporairement l’application de cette mesure.

Pour rappel, le mandat de Biden obligerait près de 84 millions de salariés à se faire vacciner contre le Covid-19 avant le 4 janvier 2022. Sinon, ils devraient effectuer un test hebdomadaire. Ils pourront même perdre leur travail.

Selon le juge Kurt D. Engerlhardt, obliger les gens à se faire vacciner, c’est porter atteinte à leur liberté. C’est une opinion partagée par de nombreux gouverneurs américains. Celui du Tennessee vient justement de signer un projet de loi qui empêchera l’application du mandat de Biden.

La nouvelle législation qui entre en vigueur immédiatement interdit aux entreprises privées d’exiger que leurs salariés soient vaccinés. En revanche, les sociétés peuvent toujours imposer le port du masque.

Cependant cette nouvelle loi interdit aux écoles d’exiger la vaccination ou le port de masque sauf si le nombre de cas d’infections confirmés pour 100.000 habitants s’élève à 1.000 sur une période de 14 jours.

Une situation délicate pour les entreprises et les écoles

Pour rappel, environ 68 % de la population américaine, et 81 % des adultes, ont bénéficié d’au moins une dose de vaccin contre le Covid-19. Or, le président Joe Biden adepte du tout vaccinal , est convaincu que la vaccination  reste le meilleur moyen de mettre fin à la pandémie.

Actuellement, les entreprises employant plus de 100 salariés et les écoles aux Etats-Unis se trouvent dans une situation délicate. Elles ne savent plus s’il faut se soumettre à la loi de l’Etat ou appliquer les lois fédérales.

Il est à noter que la suspension du mandat de Biden est à titre provisoire. Si cette loi de l’Etat entre en vigueur définitivement, les entreprises employant devront s’y soumettre au risque de payer une amende de 13.000 à 136.000 dollars. 

Même si l’obligation vaccinale est largement contestée, Biden serre la vis, en l’imposant également aux membres des Forces armées, qui  n’ont aucune autre issue pour le moment et les sanctions commencent déjà à tomber pour ne citer que le licenciement.

Seema Nanda, directrice juridique du ministère américain du Travail a déjà fait savoir que le gouvernement n’allait pas rester les bras croisés et qu’il continuerait à défendre sa position devant les tribunaux.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

About Post Author

26 Shares:
2 commentaires
  1. Tout ce cirque aux US est à suivre, non pas politiquement puisque les états n’ont rien à voir avec le nôtre, mais jusqu’où l’opposition va aller. Afin d’envisager d’appliquer quelques recettes par chez nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer