Penser Zemmour à l’heure de la dictature sanitaire

Penser Zemmour et le zemmourisme, surtout s'il est teinté de knafisme, n'est pas chose simple en temps ordinaire. Mais en situation de dictature sanitaire, l'affaire se présente comme un accouchement par le siège, tant le personnage est clivant, suscitant chez certains un enthousiasme quasi-christique, chez d'autres un rejet viscéral. Régulièrement interrogés par des lecteurs sur cette question, nous avons décidé de sortir de l'ambiguïté pour confronter les vues éditoriales du Courrier aux prises de position du polémiste.

Eric Zemmour réussit l’exploit d’être un non-candidat à une élection dont il est cité comme un possible vainqueur. En soi, cette (non)posture est déjà une superbe réussite qui interroge sur le poids de la société du spectacle. À la différence des hommes politiques traditionnels, Eric Zemmour ne s’est en effet pas distingué par une prise de responsabilité dans un poste électif ou public. Il s’est seulement illustré par son potentiel télévisuel. Mais ce point de contexte, qui pourrait être considéré comme une limite, ne semble pas gêner ceux qui déclarent aujourd’hui le soutenir. 

Puisqu’il est d’usage désormais de prendre position même si l’intéressé est pour l’instant en phase de “réflexion”, il nous paraissait important d’apporter quelques éléments d’analyse libertarienne sur sa doctrine. 

Zemmour face à la dictature sanitaire

Nous éviterons ici de cataloguer sommairement la pensée zemmourienne sur le passe sanitaire et sur les mesures liberticides que le gouvernement multiplie depuis plusieurs mois. Nous retiendrons seulement (et nous pensons ne fâcher aucun lecteur en l’affirmant) que cette question de la dictature sanitaire n’occupe pas une place centrale dans la doctrine du polémiste. 

Tantôt contre le passe sanitaire, tantôt pour ou peu dérangé par son principe, Zemmour ne fait pas partie de ceux qui tempêtent contre une violation des libertés publiques par l’Etat. Redisons-le, peut-être cette violation l’embarrasse-t-elle, mais il n’en fait pas le centre de sa doctrine. 

Les lecteurs fidèles du Courrier savent que nous ne pouvons guère partager cette forme de tiédeur ou d’indifférence vis-à-vis de ce qui nous semble être crucial dans notre époque, ou plutôt dans le changement d’époque auquel nous assistons. 

Si nous en croyons les informations que nous recevons régulièrement, Zemmour appartient plutôt à ce groupe de pensée “identitaire” qui considère que la question de la vaccination ou celle du passe sanitaire sont des divertissements, des façons d’occulter ce qui leur semble le sujet de fond : l’immigration et l’identité française. Au fond, le seul sujet politique de l’époque serait celui de la démographie, et le reste ne compterait pas vraiment. 

Nous voulons expliquer ici deux choses : d’abord pour quelle raison nous n’opposons pas question migratoire et question de libertés. Ensuite pour quelle raison nous pensons qu’Eric Zemmour se trompe dans son appréciation de la réalité. 

Pourquoi immigration et libertés ne font qu’un seul et même sujet

Ainsi, il y aurait deux sujets différents. D’un côté celui que certains appellent la submersion migratoire. D’un autre côté celui de la vaccination obligatoire, du passe sanitaire et de la surveillance de masse. 

Nous pensons pour notre part que ces deux sujets ne font qu’un, ou plutôt qu’ils sont les deux faces d’un seul et même projet de dilution de l’Occident dans un grand tout mondialisé, servile et formaté pour les besoins d’un nouveau capitalisme de connivence sur lequel nous nous exprimons régulièrement. 

Nos lecteurs, habitués à la thématique prétendument complotiste du Great Reset, savent combien ces deux sujets sont en tout cas étroitement liés dans la conception multilatérale déployée par la caste mondialisée qui domine les démocraties occidentales. Ce lien étroit apparaît peu clairement si l’on reprend la chronologie des faits, mais il se comprend très vite si l’on se réfère aux conceptions politiques dominantes outre-Atlantique, notamment sous la férule de l’Open Society Foundation de George Soros. 

Pour mémoire, le spéculateur américano-hongrois Soros, élève de Karl Popper, a créé une fondation qui prétend renverser, ou aider au renversement, des sociétés “traditionnelles”, c’est-à-dire des bons vieux Etats-nations occidentaux. Pour diluer leur identité, Soros n’a pas hésité à financer abondamment les ONG qui organisent la crise migratoire. Son projet est clair et assumé : il s’agit de diluer les vieilles résistances nationales en Europe, et de promouvoir un “activisme inclusif” grâce auquel nos sociétés ne feraient plus aucune distinction entre les individus, soit sur des critères culturels, ou ethniques, ou de genre. 

Dans cette vision de la société ouverte, l’obligation vaccinale, le passe sanitaire, le crédit social, la peur de la maladie, jouent des rôles essentiels. 

Pourquoi la dictature sanitaire est indissociable de l’immigration

Il ne faut surtout pas oublier que la caste mondialisée qui a favorisé les submersions migratoires de ces dernières années (notamment la vague de 2015 accueillie à bras ouverts par la coupable Angela Merkel, qui a directement débouché sur des vagues d’attentats meurtriers) a pris peur lorsque deux événements sont intervenus coup sur coup. D’abord, l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis a remis en cause le sacro-saint principe du libre-échange et de la gouvernance multilatérale du monde, dont la caste mondialisée dépend économiquement. Ensuite, l’adoption du Brexit en Grande-Bretagne a fini de démontrer que le suffrage universel était devenu l’allié du vote souverainiste, moqué sous les termes de “populiste” d’abord, puis de “complotiste” aujourd’hui. 

Face au risque de voir le suffrage universel servir les ennemis du multilatéralisme, du libre-échange, de la bien-pensance activiste, la caste mondialisée a compris le parti qu’elle pouvait tirer de la menace épidémique. En agitant les peurs, en répétant quotidiennement dans les médias qui lui sont dévoués que chacun risque sa vie en parlant à son voisin, une reprise en main des vieux peuples d’Occident a commencé. Cette reprise en main se matérialise par un véritable projet de zombification, de neutralisation de tout esprit critique, où n’importe quel citoyen est sommé d’obéir à la propagande s’il ne veut pas être puni pour fait de complotisme. 

D’où ce projet insensé de crédit social à la chinoise avancé par Emmanuel Macron, qui permet de domestiquer les peuples et de bannir tous ceux qui refusent de donner un blanc-seing à une politique organisée de dilution de l’Occident. 

Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’entre la vague migratoire organisée et l’anesthésie des libertés sous prétexte de COVID, il n’y a qu’un seul et même projet : celui d’une solution finale pour une conscience occidentale décidément bien gênante pour le libre-échange et ses petits travers. 

Le retard conceptuel d’Eric Zemmour sur le Great Reset

Les Français qui ont fait l’effort de remettre en cause leurs certitudes acquises et qui se sont informés sur ce projet de Great Reset, au demeurant parfaitement théorisé et transparent, savent tout ce qui vient d’être dit. Mais le journaliste du Figaro Eric Zemmour, figure de proue d’une rédaction subventionnée par l’Etat, n’a pas fait l’effort de cette mise à niveau de ses connaissances. Il est resté dans les certitudes de l’Ancien Monde, sans prendre connaissance du dévoilement et des tournants doctrinaux de ces derniers mois, dont le Forum de Davos est devenu le porte-voix avec tant d’efficacité. Et, effectivement, il faut avoir mis les mains dans le Great Reset pour comprendre que la crise du COVID est montée en épingle pour pouvoir en finir une bonne fois pour toutes avec les vieilles résistances souverainistes qui transforment l’Occident en village gaulois, hostile à l’envahisseur globalisé. 

Au fond, la vague migratoire de 2015 portait en elle le trumpisme et le Brexit. Le trumpisme portait en lui l’épidémie de COVID comme prétexte rêvé pour imposer une gestion mondialisée de la crise et affaiblir l’économie américaine. Et l’épidémie de COVID portaient aussi en elle la dictature sanitaire et la guerre déclarée aux vieilles identités. 

Mais sur toutes ces questions, Eric Zemmour est encore un homme du vingtième siècle. Il s’est arrêté au regroupement familial autorisé par Giscard, et à quelques autres niaiseries si on les compare au noyau dur de la dictature sanitaire. Faute de disposer d’un cadre d’analyse capable d’expliquer, de décrypter, l’évolution internationale de ces derniers mois, il est resté figé sur une compréhension obsolète du monde contemporain. 

Un silence gênant sur le fait multilatéral

Et c’est bien ce qui nous gêne chez Eric Zemmour : ce sentiment qu’une vie trop confortable à l’abri des contrats par lesquels il loue sa force de travail aux Dassault et Bolloré ne l’a guère poussé à renouveler ses analyses, et ce constat qu’au fond sa vision du monde est périmée. 

C’est aussi pour cette raison que nous sommes embarrassés par ses silences sur le poids du multilatéralisme aujourd’hui, et par son manque de clarté ou de vision sur l’Union Européenne, outil névralgique de la caste. Pour être honnêtes, nous pensons qu’Eric Zemmour n’est pas équipé pour comprendre le monde dans lequel il vit et ce point faible compliquerait singulièrement son accession au pouvoir. 

Il y a en effet une illusion bien naïve dans le fait de croire que renoncer à l’immigration règlerait tous les problèmes de notre temps. La caste mondialisée mobilise bien d’autres outils que les flux migratoires pour torpiller les résistances à l’ordre qu’elle appelle de ses voeux. Et sur ces autres outils, on attend de connaître les positions du candidat Zemmour. Mais nous constatons qu’elles sont bien tardives, quoi qu’il arrive, et bien peu visionnaires. 

Mais… c’est notre point de vue. C’est un point de vue parmi d’autres. Et chacun reste bien entendu libre d’émettre une approche ou une évaluation différentes. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

117 Shares:
42 commentaires
  1. Je crois que vous vous méprenez (“Il y a en effet une illusion bien naïve dans le fait de croire que renoncer à l’immigration règlerait tous les problèmes de notre temps.”) et ne comprenez pas la démarche de Z.
    S’il veut gagner, il doit rassembler largement… et le sujet sanitaire n’est pas rassembleur. Il ne vous a pas échappé qu’une bonne partie des Français a accepté les mesures liberticides mises en place. Le sujet est très clivant, et seule une minorité résiste, les yeux ouverts. Ce n’est donc pas le sujet à brandir pour rassembler contre Macron.
    Si vous regardez qui soutient Zemmour, vous verrez qu’il y a des personnes fortement opposées à cet aspect de la Macronie, et c’est rassurant.
    Mais heureusement Z voit plus loin, plus large, et a intérêt à ne pas afficher très vite, trop vite, des positions trop clivantes. Il procède plus finement, en posant des questions, en amenant les gens à ouvrir les yeux, sans faire violence.
    D’autre part… il faut aussi être patient. Il n’y a pas de Sauveur terrestre, ni d’homme parfait… encore moins d’un coup.

    1. Si le sujet sanitaire n’est pas rassembleur, rien n’empêche toutefois Z de parler du crédit social à la chinoise qui est discuté dans les rapports du sénat depuis quelques mois, et qui pourraient être mis en place avec l’aide du pass dont c’est le but à terme.
      Z pourrait mettre en avant ce double intérêt pour les plans futurs de Macron, c’est en abordant le sujet de la protection de la population réussit en Suède qui reçoit des voyageurs sans masques dans son aéroport et partout ailleurs et n’a jamais confiné, ni mis de pass en place qu’il peut s’en tirer haut la main, et n’a pas ruinée son économie, il lui serait tout à fait possible de rassembler en donnant des infos réelles sur la Suède et d’autres pays qui n’ont pas confiné et dont les merdias ne parlent jamais, mais il est payé par ces merdias, et la est le hic, pour moi il fait parti du systheme et de la fausse opposition
      Servir sa soupe sur l’immigration en permanence, et d’oublier un sujet aussi lourd que la confiscation de nos libertés, et toute la comédie de cette pandémie organisée qu’il ne peut ignorer font que j’ai de sérieux doutes sur la candidature de ce copain d’Attali mondialiste qui parle de surpopulation dans tous ses ouvrages et qui rêve depuis des années d’une pandémie mondiale amenant les peuples vers le NOM… il l’a dit écrit et repété maintes fois…
      https://youtu.be/nwCWuVRUWIk
      https://youtu.be/y_qXPhTgJDs

  2. De plus, on sent bien, à quelques réflexions, que Zemmour fait le complexe du littéraire face aux scientifiques.

    Or, ces gens là, au melon démesuré, si vous ne leur claquez pas le beignet comme ils le méritent, vous marchent sur la gueule.

    En notre époque scientiste folle, c’est important de savoir remettre les délirants de la calculette à leur place.

    La visite de de Gaulle au CEA (dont certains prétendent que Peyrefitte l’ a un peu romancée) est un modèle du genre.

  3. Ça colle avec le personnage, son comportement et l’image qu’il envoie – ce qui nous laisse au même point qu’avant qu’il ne commence à se faire mousser, c’est à dire pas bien loin.
     
    Avec une gôchiasse au-dessous de tout (mais a-t-elle jamais dépassé ce stade, aux XXème et XXIème s’entend !?), débiles autoritaristes écolos compris, à mettre dans le même sac que les “extrêmes” qui n’en ont que le nom, une droâte à jeter avec l’eau du bain et un centre adorant se faire enfiler par pause-caca et avalisant systématiquement ses billevesées, le “pas bien loin” se trouve en fait au point zéro.
     
    Ça augure très mal de l’avenir à court terme, mais plutôt bien s’il s’agit de balayer tout ça dans les poubelles de l’Histoire pour créer une nouvelle société dont l’humain non-“augmenté” sera le centre.

  4. Il faut dire en contrepoint que le courant de pensée de M Verhaeghe n’en fait pas des masses sur le thème de la submersion migratoire ni surtout de l’accumulation en progression géométrique de la criminalité ethnique qui objectivement est une tentative de subversion de la nôtre par une fraction de la civilisation musulmane.
    Zemmour au fond est un autodidacte. C’est un intelectuel forgé par la lecture et sa propre réflexion sur l’Histoire. Il est dans un trip qui ne manque pas de sens mais il en reste des blancs.
    Mais TOUT sauf Macron, l’ensorceleur dans toute sa splendeur. Plus jamais un 2002 ou un 2017 sinon c’est la mort.

  5. Je reviens pour ajouter que Zemmour n’a pas abordé jusqu’ici la question du RIC qui me semble la pierre angulaire de la vrai démocratie en tout cas de celle à laquelle j’aspire. Et il y en a tant d’autres sujets qui font que nous ne savons pas vers quoi il nous mènerait, en tout cas pour le moment. Mais mon hantise c’est Macron. Pourquoi, parce que avec lui il n’y a pas de contre-Pouvoir! Si on tire la nappe Macron d’un seul coup on fera tomber par terre toute la caste avec laquelle il danse la chabada qui nous oprime de + en +, càd l’État profond. Justice, santé, diplomatie, fiscalité, administrative etc etc, toute cette m. consanguine qui nous suce le sang. C’est pour ça que je voterais n’importe qui à condition qu’il n’y ait pas de soupçon avéré(…) de combine avec la Nomenclature! Il faut pas pinailler, tous au plus vite derrière celui dont la tête depasse un peu et promotionnons-le !!! il faut créer une dynamique d’unité (intelligente!). Après on le cuisinera à notre façon.

    1. Ne tombez pas dans la naïveté, car au même titre que pause-caca et son gang ont une musette pleine d’insanités toutes prêtes à servir (contre nous, évidemment), ceux qui tiennent sa laisse ont la même – en con-séquence, le prochain qui va décrocher la queue du Mickey ne doit pas être issu du sérail, sinon, ça reprendra soit de la même façon, soit d’une autre manière, mais ça continuera.

  6. La France est au cœur de leur dispositif c’est un terrain expérimentale si on arrive a soustraire ce pays de leur influence , on leur inflige un coup fatal . l’enjeux est clair si on arrive pas a extraire cette vermine de Macron et sa clique de déglingué du pouvoir, il y aura plus de possibilités car il va nous être terrible en bon psychopathe qu il est et va tout simplement nous anéantir , la seule chance qui nous reste pour gagner c’est Zemmour c’est une évidence . Extraire Macron et l’annihiler doit être la priorité absolue sinon ce sera le néant . Zemmour est le seul candidat intelligent qui une fois au pouvoir va rétablir les libertés fondamentales et réglé leur sort aux corrompus qui hantent nos administrations. Il est inapproprié de tergiverser tous les courant de droite et libéraux, le bon sens tout simplement doit soutenir sa candidature et s’unir pour le mettre au pouvoir sinon je le répète se sera le massacre. Il faut voir Macron tel qui l’est c’est à dire un individu extrêmement dangereux . D’ailleurs il faudra qu un jour vous vous penchiez sur le QI et le niveau d’instruction des français pour avoir donné le pouvoir a un tel personnage cela en dit long sur l’état réel de notre pays . Dans tout les cas si Zemmour gagne , on aura une chance d’effectué un vrai travail difficile de rétablissement du pays et surtout de remise à niveau cognitif de sa population . Tout se joue maintenant c’est notre dernière chance .

    1. je suis d’accord que la France est la pierre angulaire. si frexit, alors l’UE saute .. ce qui affaiblira beaucoup les US..
      Mais voir que Zemmour est un candidat anti-système, il faut vraiment être borné ET aveugle.. il est soutenu par les banques, soutient la meme politique que Macron.. c’est le nouveau épouvantail pour pousser un vote Macron au 2nd tour.. c’est cousu de fil blanc..
      Zemmour aura donc servi a affaiblir encore plus la France..
      Les elites ont déjà choisi, le programme c’est la dilution, la destruction de l’Etat nation France.

      si par un hasard malencontreux, Zemmour arrive au pouvoir, cela sera pire que Macron : climat social délétère ( travail famille patrie en pleine stagflation voire hyperinflation + gilet jaunisation), haine des étrangers ( qui font tourner l’économie ), échecs certains de ses politiques eco , diplomatiques etc.. Il n’a aucune experience, aucune équipe ( on peut imaginer que les memes iront se greffer a lui )

      il ferait du Macron en pire..

      1. Vous délirez! Prenez donc un petit Rivotril macronesque pour vous apaiser.
        Les étrangers feraient tourner l’économie et donc il ne faut pas perturber le climat social, c’est ça?
        Et bien moi , ce sera n’importe qui (et ce, depuis des lustres), mème et surtout Z, pourvu que le climat social explose , et que les étrangers se dévouent à l’insu de leur plein grè a aller faire tourner l’économie de leur pays respectifs enchanteurs.
        Voter Z ou MLP ou autre “identitaires ?” c’est voter pour la juste et nécessaire confrontation avec la gauchiasse internationaliste et les centristes mondialistes. On ne sort pas des chiotes le cul propre et béni. Il faut bien à un moment régler cela à l’ancienne.

      2. Ncol, si nous nous en tenons aux discours de Zemmour, il nomme les problématiques, leur apporte de véritable solutions, reste à constater son intégrité, mais pour se faire élisons le.Quant à Macron, tel mes aïeux qui n’ont pas collaboré avec l’ennemi, je ne serai pas un collabo…

    2. Je pense pareil sur presque tout sauf que Zemmour est trop lié par les merdias pour être honnête, il fait donc parti du systheme en place, les vrais opposants n’ont pas droit à l’antenne vous le savez bien, les merdias ont toujours mis en avant les candidats de l’oligarchie
      Il nous faut un inconnu, homme ou femme non politique qui n’a rien à voir avec cette mafia, et ensuite tout remodeler virer tout le gouvernement, sénateurs, députés, conseil constitutionnel un grand ménage s’impose, tous les éjecter et refonder une vraie démocratie par le peuple pour le peuple, refonder les lois et remettre de l’ordre dans notre pays qui est en train d’imploser

  7. – Le financement du monsieur me semble à regarder. Et pourquoi pas par ceux qui financeraient l’autre” bord”, stratégie toujours payante en fin de compte… – Si j’ai laissé une oreille un temps (début crise covid) sur le plateau de TV où il officiait, en le trouvant plutôt juste, l’intelligence de Marc Menant avec laquelle il pouvait tomber d’accord semble lointaine pour lui aujourd’hui.
    – Les adorateurs ont parfois une sénilité juvénile aussi étonnante que désolante. Mais, bon, n’est pas complotiste qui veut !

    1. Comment consevez vous ,chère Florence, que “l’intélligence” d’un Marc Menant pourrait nous sortir de ce merdier migratoire et covidesque mieux que la justesse d’un Zemmour? Iriez vous à la guerre avec des roses ?

  8. Il est sûr qu’il gêne une campagne électorale qui s’annonçait pépère, Macron réelu
    et des postes de ministres à droite à gauche, le prolongement du en même temps.
    Et avec la complicité des électeurs faut-il le préciser ?
    Du coup haro, et tout sera permis, sur ce candidat qui ose dire qu’il veut renverser
    le système en plus, un idiot utile en quelque sorte qui permet d’occulter le bilan pathétique
    de notre Président …

    1. Quel résultat prévoyez vous d’un débat entre Macron et Zemmour ? C’est cela la question? Moi, je prévois soit le refus de Macron, soit son KO debout s’il ose .
      Il a trouver chaussure médiatique à son pied comédien.C’est cela qui panique le système. Que faire contre meilleur communiquant que soi , quand la victoire est au bout d’une image médiatique.

  9. Dans une économie mondiale en train de s’effondrer, la question du financement des candidats à la présidentielle dans 6 mois apparaît assez dérisoire. La financiarisation par la dette vit son chant du cygne. Il n’est que de voir l’envolée du prix de l’or à la verticale et l’euphorie des bourses pour comprendre que cette monstrueuse bulle spéculative accumulée depuis 2008 précède un krach boursier de grande ampleur à venir très prochainement. De 1929 à 2008, il en a toujours été ainsi. Le prochain krach ne fera pas exception. Mais après ? Quand toutes les banques auront fait faillite, les Etats ( ou ce qu’il en reste ) n’auront d’autre choix que de les nationaliser en les fusionnant. Aujourd’hui, il est à craindre que ce scénario soit déjà inscrit à l’ordre du jour de la BCE et donc de l’UE. Avec au bout : la numérisation de l’économie et un crédit social à la chinoise. Que restera-t-il alors des libertés dans tout ça ? Rien… ou si peu. Aujourd’hui, un seul candidat se bat depuis un an tous les samedis dans la rue contre cette dictature en Marche, ce n’est pas Zemmour, mais Florian Philippot. Le soutenir, ce n’est pas espérer son élection ( Il ne faut pas rêver : il ne reçoit pas un centime des financiers ), mais c’est prendre son destin en main avec lui dans la rue, comme le font maintenant les autrichiens dont l’armée et la police sont en train de rejoindre la résistance à la politique d’apartheid de Schallenberg. Aujourd’hui, Philippot est seul comme l’était De Gaulle en 40. Mais demain ? Il n’appartient qu’à nous pour abattre cette dictature qui n’a rien de sanitaire. Nous sommes les 99%, montrons-le dans la rue. Car, c’est dès maintenant qu’il va falloir repenser le monde d’après : RIC, économie solidaire et de proximité, rapprochement social, gestes d’ouverture, bref, l’exact inverse de ce que la caste du grand reset essaye de nous inculquer depuis deux ans et qui est en train de craquer de toutes parts aujourd’hui. On n’échappera pas au chaos, mais on peut encore échapper à l’esclavage : il ne tient qu’à nous.

    1. J’ai appris à découvrir Florian Philippot depuis ces longs mois, et force est de constater qu’il reste droit dans ses bottes dans toutes ses interventions, son authenticité, son intégrité et sa volonté forcent mon respect… Son discours est tranché, mais fédérateur, contrairement à Zemmour que je trouverais inquiétant coimme dirigeant pour la France. Même s’il appuie là ou ça fait mal, c’est le mérite qu’on peut lui accorder, son attitude est celle d’un polémiste qui aime bien la provocation pour faire buzzer. On n’a vraiment pas besoin à mon sens d’un polémiste à la tête de l’état. Et comme Eric Verhaeghe le souligne dans son article, sa vision me semble également “dépassée”, car il ne fait aucune corrélation entre l’immigration et la coercition que l’on vit actuellement en France. Il pense même que le fait de parler du sanitaire est un écran pour ne pas parler du vrai problème selon lui. Alors que oui, cette dictature sanitaire en marche cadre bien avec la politique de l’immigration massive si l’on se réfère au programme du great reset. Peut-être que Philippot devrait parler davantage de ce vaste programme élaboré par Schwab, pour mieux mettre en perspective les choses dans leur ensemble.

      1. Bonjour, c’est très triste à dire mais Philippot demeure très marginal en terme d’intentions de vote. Je suis prêt à croire que les sondages soient un peu bidonnés, mais pas au point que Philippot soit 10% derrière son véritable niveau dans les intentions de vote, qui ne dépasse pas 1% pour l’instant.

  10. Bonjour Eric Verhaeghe, c’est toujours un plaisir immense de vous lire.

    Je me permets ce matin de rebondir avec abondance après la lecture de votre analyse extraordinaire, qui m’a fait gamberger depuis hier soir, car il y a ici une matière somptueuse à débat. A votre crédit, vous énoncez toutes les failles de la démarche zemmourienne, j’en suis moi-même très conscient car je suis libéral tocquevillien, de descendance familiale manchote donc « nourri sous la vache » à cette idée libérale du XIXème siècle. Bien entendu amoureux de « De la démocratie »… Puis, après une déjà lointaine Licence ès-Sciences Économiques à Caen, j’ai fait des classes plus récentes de remise à niveau sur la publication en ligne Contrepoints, et c’est là que je vous ai découvert il y a plus de 10 ans comme vous le savez.

    Première chose, je suis zemmourien, depuis longtemps et bien avant son succès médiatique. Ses analyses tranchaient sur le conformisme du très franchouillard Landerneau politique progressiste trans partisan. Dans les années 1990 et au-delà de 2000, j’ai habité et travaillé dans les « Quartiers perdus de la République », Château-Rouge et 9-3. Ce qu’il dénonce, je l’ai vécu dans ma chair, la violence endémique et la conquête du territoire par l’ennemi éternel de la Chrétienté. Du factuel, le Marseille actuel avant l’heure dès l’histoire du foulard de Creil… Je ne regardais donc par le réel depuis les hauteurs olympiennes des beaux quartiers œcuménistes aveuglés par la fibre généreuse gauchisante de la bourgeoisie – mais surtout restons entre nous, les Blancowasps ! – jusqu’à ce que sa faune violente atteigne en 2019 les Champs-Élysées après avoir subverti le mouvement légitime des premiers Gilets Jaunes. Là, on vit en direct à la télévision que la vision dite « d’extrême droite » n’était pas une vue de l’esprit… Et la bourgeoisie, bancaire et médiatique, franchit alors enfin son Rubicon idéologique, d’un doigt, d’une main, et puis d’un pied et rapidement deux, car il fallait sauver le patrimoine haussmannien et ses DAB pour Gold Cards avant toute chose, spa !

    De mon côté, j’ai toujours vu dans la démarche intellectuelle d’Eric Zemmour la petite lumière au fond du tunnel qui ferait un jour voler en éclat le cordon sanitaire imposé par la gauche. Mais il y a 15 ans, le subversif était encore rangé au magasin des oncles obscènes qu’on sort lors des dîners de famille ou en ville pour faire sensation et pimenter l’ambiance conformiste moribonde, mais dont on déplorera plus tard dans les alcôves « l’extrémisme insupportable ». De son propre aveu, l’essayiste à succès n’a pris conscience de son destin que très récemment suite à la brillante prophétie de Geoffroy Lejeune, qui date déjà de 2015… Souvent, les champions ne prennent confiance en leurs talents que par la vision extérieure du coach, et puis, très loin après, dans le dernier tour de course au constat euphorisant de l’engouement public. Nous en sommes là. On ne reviendra pas sur les tenants et les aboutissants de cette vision brillamment expliquée par le directeur de Valeurs Actuelles, « journal d’extrême droite » pour les tenants de la socialie nationale et son bras gauche stalinien, mais publication qui ne fait que remonter les faits du terrain. On pourrait d’ailleurs le renommer Valeurs Factuelles.

    En second lieu, il faudrait tout d’abord remettre à sa place la structure mentale du journaliste « controversé » du Figaro – attribut à valeur de Croix de Guerre pour les incompris du moment devenant ultérieurement des incontournables de l’Histoire nationale. « Nul n’est prophète en son pays » dit l’adage. Les grandes figures controversées finissent toujours au Panthéon. Pourtant, je ne suis pas du tout figariste, journal que je ne lis qu’épisodiquement via ses têtes d’affiche Ivan Rioufol, Mathieu Bock-Côté et Barbara Lefebvre, déjà des classiques dans leur domaine de compétence, sauf quand il faut rappeler sa descendance de l’Aurore de Zola et son « J’Accuse » ! En bon héritier, Eric Zemmour accuse donc, mais n’est pas un idéologue, c’est un « pragmatologue ». Il en convient lui-même, évolue au fil de ses lectures, est façonné par elles, est très ouvert aux idées extérieures, les fait rapidement siennes si elles sont frappées au coin du bon sens. C’est donc un esprit « bonsensible et bonsensuel », mais d’origine urbaine, comme on mentionne souvent le « bon sens paysan » qui m’est très cher, car mon origine familiale comme la plupart des Français. J’ai connu le Zemmour gaullo-colbertiste irréductible. Maintenant, après, avec tant d’autres, lui avoir fait prendre conscience qu’on ne pouvait en aucun cas échapper au libéralisme et au mondialisme – sinon plus de café le matin, plus de téléphone ni d’ordinateurs, etc. – il évolue naturellement vers une stratégie étatiste justifiée de Grands Travaux compte tenu de l’état pathétique de la France socialo bureaucratisée – un 2ème sous-marin nucléaire quand le Charles-de-Gaulle passe la moitié de l’année au chantier, indépendance énergétique nucléaire gaullienne contre faiblesse des énergies renouvelables, etc. – matinée d’un libéralisme naturaliste (au sens volontariste) pour rendre à nouveau positive notre balance des paiements. Aides aux entreprises mais surtout baisse des impôts, des charges, des normes. Du pragmatisme. Du libéralisme tocquevillien. Du trumpisme à la mode bleu blanc rouge. Mais en aucun cas du libertarianisme qui considère que l’étiage de l’Etat doit être à son plus faible niveau. Les libertariens, même si ce n’étaient pas leur objectif premier car ils sont contre l’anarchie vecteur de chaos, ont malheureusement ouvert la voie aux monstruosités sorosiennes et du Great Reset… C’est juste un constat. Les libertaires ont par la suite profité des brèches pour casser tout ce qu’il y avait à détruire, genre, haine de l’homme blanc et de ses structures « colonialistes »…

    Zemmour. Comme lui, je suis donc du mouvement d’émancipation de la droite que j’ai désiré depuis la martingale follement intelligente de Mitterrand en 1983 – à effet de quarantaine pour celle-ci entre 1983 et 2023 – mise en place par le passage à l’élection proportionnelle aux législatives dans le but réussi de faire monter le parti croupion de Jean-Marie Le Pen, à l’époque voisin des 1% d’étiage aux élections.

    Après ces préambules, j’en arrive au fait de m’opposer à votre vision des choses pour défendre son cas, bien qu’il le fasse très bien tout seul. Vous prétendez que le Great Reset et l’immigration ne font qu’un. Dans le projet des mondialistes sorosiens et schwabiens, dont on retrouve la forme française chez les attaliens et les macroniens, il est évident que votre thèse est efficiente, l’immigration est le bras armé de l’implosion des États et de leurs normes constitutionnelles et légales, le Pacte de Marrakech ficelant le rôti de leurs prétentions futures vers l’émancipation par le retour au souverainisme national. Mais les traités n’engagent que ceux qui les respectent. Pendant quelques temps… Très rares dirigeants dans l’Histoire du monde ! L’essence d’un traité est de voler en éclat un jour ou l’autre. Nul besoin de revenir sur les universels faits confirmatifs. Schengen comme Lisbonne, verba volent, ou plutôt futures ramettes de papier imprimé pour caler les armoires bureaucratiques, avant broyeuse et activité muséale ! De Gaulle est bien sorti de l’OTAN. Les Peuples s’affranchissent éternellement des traités conjoncturels, l’homme providentiel porté par lui les envoie balader comme une crotte de nez le jour où elle empêche la respiration globale. Nous sommes évidemment dans cette conjoncture terminale du paradigme europhile béat depuis longtemps périmé.

    Edouard Husson affirme souvent ici que l’élection de 2022 se fera au centre. Prenons ici les paris ! Je ne mésestime pas la probabilité que cette phase révolutionnaire en cours puisse accoucher d’une molle souris centriste, certes, mais cela ne ferait que reporter sine die l’explosion volcanique, les laves et les nuées ardentes continuant de fulminer sous la croûte calme en apparence. Les vulcanologues politiques mettent actuellement leurs thermomètres dans la croûte. Ceux-ci et leurs sismographes enregistrent tous des températures et vibrations annonciatrices de convulsions imminentes. Un Mont Saint-Helen politique… Je ne vois vraiment pas comment notre paradigme ancien évitera de sauter sous la combinaison des forces internes et externes, qui poussent la tension de la France, et par extension de l’Europe communautaire maastrichtienne, aux extrêmes. Les G20, autres Conseils de l’Europe et réunions davosiennes, tentent de mettre le jet d’eau sur la lave… Les pissats prostatiques des âges canoniques sont par nature faibles en puissance… Pshiitttt répond la lave ! Le centre mou de la raison politique ne peut rien contre les convulsions, il peut par contre les retarder par des friandises financières… Mais comment croire à cet aveuglement ? Ainsi l’on peut enfermer les peuples un temps, par une opportuniste propagande sanitaire… Mais la vérité étant ce qu’elle est depuis toujours, elle est une matière en fusion, elle sort, elle sortira un jour, elle jaillit toujours sous la pression de la base du cône. Il est un fait sociologique pérenne : le prisme intellectuel des beaux quartiers affadi par l’épaisseur du matelas monétaire ne comprend jamais que son mode de vie bourgeois va être chamboulé inexorablement par l’explosion du Piton de la Fournaise. L’esprit versaillais se croit éternellement à l’abri parce qu’il est le parti de la possession, celui sur lequel sont assises les grandes institutions bancaires. Le fait établi n’a aucunement dérangé les Sans-culottes et l’assaut des femmes venues à pied depuis la capitale, qui décidèrent de l’orientation finale de la Révolution de 1789. Un conseil, enlevez vos lunettes du XVIème arrondissement, et allez vous plonger dans les bouges du XIXème, c’est là que ça se passe, pas Avenue de Breteuil ! Zemmour, fin limier à l’organe truffier développé, a senti ce vent du boulet directement par le souffle de la bouche volcanique. Il vient de ces quartiers, il sent ses pouls. Température d’ébullition. J’ai connu le soulèvement de Barbès en 2005. Une leçon de vie. J’y habitais encore par épisodes avant mon affranchissement régional précurseur des futurs confinements.

    Zemmour ne parle pas du Great Reset parce que celui-ci, c’est mon point de vue et je pense qu’il le partage, n’est qu’une idéologie conjoncturelle de gérontocrates au bord du caveau et de leurs disciples corrompus. Il dit que Macron, sous De Gaulle, suite au scandale d’Alstom que Davet et Lhomme affirment avoir financé sa scandaleuse élection de 2017, aurait été fusillé au regard des articles 411-1 à 11 du Code Pénal pour Haute Trahison.

    On connaît désormais tous les acteurs du Great Reset depuis le scandale international du Covid-19, grâce au Courrier des Stratèges et aux lanceurs d’alertes entre autres, des années de justice internationale en perspective. Ce groupe de corruption sectaire comprend un millier de personnes réparties dans le monde tout au plus. Une évanescence mais qui a fait beaucoup de dégâts, comme Soros avait déjà fait beaucoup de dégâts lors de ses attaques sur la Livre Sterling dans les années 1990. Ce mouvement oligarchique opportuniste est-il d’essence populaire, le fait partagé et fondamental d’intérêts communs au Peuple, le service public et l’intérêt général, à défendre vitalement ? Non, bien évidemment. Christopher Lasch avait d’ailleurs précédemment décrit leur structure et leurs motivations dans sa célèbre « Trahison des Élites ». Le Great Reset est donc l’antonymie formelle de la volonté populaire, donc il n’adviendra pas, en aucune forme, jamais, même si les convulsions terminales de la « bête de l’événement » foutent un bordel innommable. Il n’a aucun avenir. Sa destinée est la mort. Par exemple, otez Macron et ses clones progressistes de l’Élysée, le Great Reset n’existe plus en France ! Exit. Il ne tient sa puissance dans notre pays que par la volonté d’un seul esprit, dont la légitimité personnelle est déjà fortement atteinte dans toutes ses composantes malgré les sondages trafiqués de toute évidence, les médias des milliardaires à leurs bottes. Macron est détestable et détesté, ce fut son choix intime et sa vocation de traître modelée par son patronyme romain. Malgré le volontarisme, on reste souvent esclave de sa destinée, de sa programmation originelle familiale…

    Comme vous l’avez si bien « reader digéré » ici, Eric Verhaeghe, le Great Reset n’est qu’une idée, un livre délirant décrivant une oligarchique volonté sectaire de changement de paradigme en des temps troublés, sur fond de craintes des financiers mondialistes au sujet de la pérennité du magot des Pyramides de Ponzi conjoncturelles spoliées sur les comptes en banques de dépôts et d’épargne depuis 30-40 ans. Ce n’est donc en aucun cas un mouvement de souveraineté populaire pour revenir à l’essence des Constitutions nationales libérales issues des Lumières ! C’est en effet, comme je l’argumente ci-dessus, l’opposé totalitaire de ces idées d’émancipation populaire naturelles, donc il est voué à l’échec, rapide, dans moins de temps qu’il ne faudra pour le dire. Les Peuples décident, les élites élues sont l’émanation de cette volonté, toujours. Les Peuples sont-ils « Great Reset compatibles » ? La réponse est dans la question. Non, de toute évidence. Et c’est à cet aulne qu’Eric Zemmour le balaie d’un revers de manche, car il est, avec ses défauts, l’émanation du Peuple et de sa volonté. C’est flagrant pour qui écoute ses conférences et la vibration des salles en réponse. La vibration des salles de la macronie, par comparaison, ressemble à un club de bridge dont les forces en présence auraient castées et appointées pour faire foule, avec des prompteurs de plateaux ordonnant les réactions appropriées « Applaudissez ! Riez ! Réagissez ! » Chez Zemmour, passée « l’adoration christique » que vous fustigez, peut-être par jalousie du succès, peut-être par désaccord sur le fond des idées, peut-être par analyse universitaire détachée du réel par trop d’accointances avec les livres alors qu’il faudrait descendre dans la rue pour sentir l’atmosphère du moment, passe un vent de folie qui n’a rien d’un feu de paille conjoncturel, car le feu sort aujourd’hui des entrailles du peuple contenu par 40 ans de socialisme infernal, procédurier et normatif, stigmatisant, baygonisant et anathématisant les opposants, et dans sa phase terminale actuelle, totalitaire et tyrannique. Nous sommes donc en train d’assister en direct à la Chute du Mur de Berlin du progressisme français, à la chute de la Mitterrandie historique, et vous y voyez une ferveur christique « sectaire » ou « dangereuse » ou « déplacée » ! Ou raciste » selon certains procès staliniens en cours, quand vous vous réjouissez d’un plaisir inavouable de sa tendance stabilisée ou baissière dans un ou deux réccents sondages, peu efficients par nature quel que soit le lieu où on les observe…

    Quelle erreur tragique d’analyse !

    Quand le feu du Peuple couve, ni les mots, ni les haines, ni les condamnations ou autres outrages à l’esprit des lois et de l’Article 19 de la DUDH qu’on constate avec amertume, ni les admonestations du camp de la raison et ses anathèmes, ni le jet pompier des critiques acerbes ne peuvent l’éteindre. Le feu suit sa route, et tant qu’il a du combustible, et Dieu sait s’il a du combustible accumulé depuis 1981, il suivra son chemin.

    Zemmour est pragmatique. Il voit la submersion migratoire, évidente sauf pour les aveugles, référencée par les trends à 2050 du Pew Research Center, le premier institut démographique mondial. Il dit toujours, émule de Jean Bodin et de son « Il n’y a de richesses que d’homme », que « la politique c’est le nombre ». Constat de première évidence, si les Français de souche deviennent minoritaires sur leur territoire, la France ne sera plus la France, ce sera l’Afrique ou l’Arabie ou l’Islamistan en Europe. Factuel.

    Je suis Zemmourien, mais sans être un disciple énamouré, je connais les failles de l’homme. Mais, contrairement à la mitraille médiatique lancée en meute à sa poursuite, je ne ressens par l’esprit sectaire et clanique dans sa démarche, aucunement. La « vérité enfin révélée » est-elle clanique ? Par ailleurs, quel homme, et quel homme politique est-il parfait ? Et c’est ce qui fait la qualité de son apparition éléphantesque dans le très technocratique magasin de porcelaine français et européen, en particulier dans le destin providentiel de la France qui doit se réformer d’urgence sinon c’est la mort. La France se réformera, soit par l’action politique, soit par la rue. A votre bon choix, M’ssieurs Dames ! C’est imminent.

    Seul au monde pendu à sa corde en forêt, le suicidaire décide de son destin. Le Peuple français en est là à cette extrémité au bord du vide. Il choisira j’en suis persuadé un chemin de gloire, c’est son destin éternel, même s’il a peu de courage au début des hostilités et se soumet trop souvent et historiquement aux brillants manipulateurs de verbes, quand les allemands préfèrent un pragmatisme mal exprimé. Zemmour a réveillé la France, a fait éclater le cordon sanitaire. La droite, si elle le veut bien, va se reconstituer hors du schéma décidé depuis 1983 par François Mitterrand. Les disciples du Machiavel né à Jarnac, là aussi un destin écrit, ont eux bien compris le changement de paradigme en cours, et ce n’est pas celui du Great Reset, vague théorie écrite à la va-vite et déjà au cimetière des éléphants progressistes, tout simplement parce que ce sont des gérontocrates et leurs disciples qui l’ont théorisé et qui la portent. Si la gérontocratie transhumaniste, assise sur la finance des GAFAM et la stratégie empoisonneuse du Dolder Club nourrie aux médications opioïdes criminelles, était l’avenir du monde, ça se saurait, alors je veux bien me pendre !

    Merci Eric Verhaghe de m’avoir permis d’essayer de vous faire comprendre que, foin les sondages qui ne sont qu’une vision à l’instant T du corps électoral qu’on peut moduler à foison selon des algorithmes partisans, le phénomène Eric Zemmour n’est pas un feu de paille mais de brousse pour le progressisme assassin de la France, dont les émules contemporaines du Great Reset n’auront été que les derniers disciples en panique, de la même manière que furent au bord de la panique paranoïaque et schizophrène les gérontocrates de l’URSS dans les 10 dernières années avant l’écroulement du système concentrationnaire communiste en 1991.

    Il n’y a pas photo. Après, l’Histoire, ce n’est ni vous ni moi qui l’écrivons…

    Le temps long donnera heureusement raison à la vision zemmourienne, ou trumpiste aux USA, que leur succès électoral soit ce qu’il est dans le temps, échec ou réussite, que la conjoncture électorale ou les systèmes de gouvernement mondial ou européen mettent peu ou plus de temps à s’écrouler devant l’inanité manifeste de leur efficience.

    Ouf, j’ai fini…
    Merci à vous pour votre analyse incroyable de recherche et de précision.

    « Du choc des idées jaillit la lumière », Nicolas Boileau (1636-1711)

    1. J’ai oublié une anecdote pour compléter mon laïus.
      L’Aurore est l’ancêtre du Figaro, comme chacun sait.
      Émile Zola publie son “J’accuse” historique dans l’Aurore.
      Eric Zemmour publie ses “J’accuse” dans le Figaro.
      Les deux pamphlétaires ont des initiales identiques, EZ !

      CirculEZ, ça n’a rien à voir !

  11. Quoi qu’on en dise — et Verhaeghe toujours parle d’or — Z représente une menace pour la caste mondialisée équivalente à Donald J Trump aux USA et Boris Johnson en Europe. Pour le coup ces 2 là non plus ne sont pas parfaits ni au clair sur tout et pourtant ils représentent la seule avancée décisive qui ait réussi contre la dictature socialo 2.0 à l’œuvre depuis 2008.

    A priori Z ne cautionne pas aveuglement Big Pharma ni Big Tech. Z apporte sa culture historique d’une profondeur comparable à The Abyss, ou Voyage au centre de la Terre en livre. C’est important à cause du socle dont bénéficie le combat de résistance. Le choix du terrain est crucial dans la bataille: refuser le terrain de l’adversaire et imposer son récit. Jusqu’à preuve du contraire la nation reste le meilleur bouclier contre l’empire.

    Dans le même ordre d’idées, Marine Le Pen, elle, a une position claire et affirmée sur le Covid. Or le RN fait partie de l’Alliance Rebelle contre l’Empire Galactique.

    Si la politique consiste d’abord à désigner l’ennemi — une idée de Carl Schmidt me dit on —, Z l’a parfaitement réussi. Pourquoi? Parce qu’aujourd’hui il échappe à l’accusation de complotiste. Enfin!! Ce qu’il énonce peut paraître simpliste et daté mais c’est tangible et donc à la portée de l’électeur moyen dont on sollicite le suffrage.

    Les enjeux sont considérables, la victoire est encore floue alors aidons Z et Marine Le Pen contre maqueron &ses LR technocrates sans ambition qui ont fait tant de mal — Husson le sait et vous le dira. Aider veut dire apporter chacun à la conquête en éclairant sans débiner.

  12. Si Zemmour adoptait publiquement l’analyse, les positions sur la situation présente, que je partage, du courrier des stratèges, il ne pourrait guère compter que sur une minorité des électeurs inscrits et actifs (7 500 000 des français de plus de 12 ans ne sont pas vaccinés selon Attal le ministre)! Or son but premier est de battre Macron pour donner une chance à notre pays; pour cela il lui faut être élu et donc éviter les questions clivantes tel l’euro, l’UE, la pandémie

  13. https://h16free.com/2021/11/17/70017-le-dangereux-periplaquisme-de-zemmour
    C’est une autre analyse pertinente.

    Je pense en effet que Z. est plus préoccupé – à juste raison – par la perte d’identité de la France (et de l’Europe) que par les considérations sanitaires qui font pourtant partie de celle-ci dans la mesure où nous nous plions à des diktats improbables.

    Cependant, la soumission première est celle imposée par l’Islamisme (j’aimerais savoir combien de musulmans se sont fait vacciner). Elle reste donc primordiale et, une fois réglée, devrait pouvoir mener à l’abrogation de la dictature sanitaire.

    Une chose après l’autre, même si les deux ont leur importance il n’en est pas moins vrai que l’une découle de l’autre : on commence par imposer petit à petit la haine de soi-même (dévoiement de l’Histoire, colonialisme, etc..) qui permet déjà d’asservir plus facilement puis on en rajoute une couche avec la peur qui nous lance aux abris.

    Nul doute que lorsque celle-ci se sera amoindrie, ils en trouveront une autre – n’oublions pas le réchauffement climatique…

    Donc, avant toute chose, il convient de retrouver la conscience et le respect de soi-même et de son pays.

  14. J’avoue être très surpris par les raccourcis que certaines personnes prennent, emportées dans leurs raisonnements et leurs propos par des orientations partisanes ou médiatiques où jalousie, Trafic d’influence, intérêts personnels, fausses vérités et vrais mensonges se mélangent à souhait. Dans les articles ainsi que dans les commentaires, chacun y va de son raisonnement et le propose comme étant la seule et unique vraie vérité. On nous sort un personnage comme on nous sort une phrase d’un discours, en disant vous voyez bien que cette personne correspond exactement au profil de tel parti ou idéologie……..Bon c’est surtout les médias qui profite de l’aubaine qui leurs donne la raison d’exister et, pourquoi pas, de briller auprès de leurs patrons!?.
    D’un autre côté il est sur que la formule “trop d’information tue l’information” doit bien avoir son contraire à savoir “sans information, comment se faire une idée”. Le problème est loin d’être simple.
    J’ose proposer au “stratèges” d’être beaucoup plus pragmatique (pour l’instant) et de ne plus balancer des grandes thèses au profit d’articles précis du style: Question posées directement à ceux dont vous nous parlez. Tout ces “pourquoi et autres titre en gras ” dont cet article est affublé mériteraient une réponse précise et même un dialogue sans échappatoire avec les intéressés. Les raisonnement du journaliste pouvant être confrontés à l’interviewé. De notre côté, nous, pauvres électeurs englués, nous pourrions saluer la valeur et l’importance visible de l’indépendance du “courrier des stratèges” qu’il mérite. Pour ma part, ces remarques sont justes pour tenter le “voilà, nous pensons que vous comprenez un peu mieux telle personne.

  15. Il ne faut pas oublier que E.Zemmour est un polémiste à l’ego démesuré et qui ne dispose pas d’une culture suffisamment étendue contrairement à ce que pensent ses affidés. Il n’a certainement pas la dimension d’un homme d’État comme la plupart de celles et ceux qui sont candidats déclarés à ce jour. Elles et ils disent tous “je veux ceci, je ferai cela …” en feignant d’oublier qu’un n’ont pas toutes les rênes pour conduire l’attelage. E.Zemmour fait illusion amis l’avez-vous déjà entendu parler d’intérêt général, de biens communs, de volonté de servir le pays et sa population, etc.? Comme les autres, il n’a aucune vision à long terme, aucune perception affichée de la situation réelle et des objectifs de ceux qui gouvernent vraiment, c’est à dire ceux qui se sont le plus enrichi depuis le début de cette crise de pouvoir et non sanitaire. Quel avenir désirable propose t’il ? Belle ambition que le rétrécissement sur soi … le problème n’est pas l’immigration même s’il s’agit d’un domaine qu’il serait temps de traiter correctement. Le vrai problème est celui de la démission des populations face au rouleau compresseur de la numérisation, du virtuel et du pouvoir de ceux que les imposent pour tout contrôler. Je vous invite à bine regarder la vidéo accessible par le lien qui suit
    https://childrenshealthdefense.eu/fr/union-europeenne/planet-lockdown-catherine-austin-fitts-explique-le-hold-up-sur-lhumanite-qui-a-lieu-et-comment-y-mettre-fin/

    1. L’immigration musulmane de masse est un problème dans notre pays, attentats, viols, vols, coûts pour la société, incapables qu’ils sont à adopter nos coutumes.

  16. J’ai été très défavorablement surpris par l’absence de réaction de Zemmour à la déclaration de guerre du 12 Juillet. Je pense qu’il n’a pas compris ce qui se passe.Il ne fait jamais le lien entre Covid 19 et Great Reset, contrairement à son ami de Villiers qui, lui, a très bien compris. Donc je m’interroge. Est- il en retard d’une guerre ? Est – il secrètement complice d’un Great Reset ” patriote ” ? ( J’accepte la mise sous contrôle numérique des Français en échange d’une fermeture des frontières et d’un arrêt de la propagande LGBT). Tout ceci est étrange et bien décevant.
    Les Zemmouristes sont encore en 2019. En tous cas, si je vote en 2022, ce sera pour Philippot, le seul à avoir activement résisté à ce basculement totalitaire que nous vivons depuis bientôt deux ans.

    1. Il ne vous vient pas a l’esprit, qu’il puisse choisir de ne pas rentrer dans ce débat avant l’élection, car il est perdu d’avance vu le nombre de vaccinés ? Ce combat est un combat de longue durée , celui de la présidentielle est un combat de 6 mois.
      Je vous rappelle, que la guerre est la poursuite de la politique par d’autres moyens, ce qui implique que la politique est faite de stratégie pour un but, et non pas de vérité pour gagner le ciel.
      Je crois que vous chercher comme 40 % des français à ne pas choisir pour garder le statuquo. Un tien vaut mieux de deux est votre crédo.
      Philippot est honnête, mais trop pour être un bon chef de guerre. il donne toute sa stratégie à ces ennemis . C’est idiot, et il n’aura une chance que dans 20 ans peut être, donc trop tard.

      1. Ce n’est pas un débat , c’est une guerre qui a déjà fait au moins 300 000 morts en Europe , et des millions d’insuffisants cardiaques à vie , de paralysés , d’amputés, de convulsionanaires dont la vie est brisée.
        A l’heure où Orban et Poutine rejoignent le camp de la dictature covidiste et où la police hollandaise tire sur les résistants ceux qui continuent à se taire ne peuvent être que complices de ce crime de masse.

  17. bonsoir,
    s’il vous plaît, pourriez vous me donner la définition du mot “knafisme”; impossible de trouver sur Google
    merci;

    concernant le pass et E Zemmour, je suis un peu comme vous; ça me gène qu’il n’en dit pas un mot critique; par contre sur le site “génération Z ” ses “amis ” ont écrit sur le sujet:
    https://www.generation-zemmour.fr/2021/08/05/passe-sanitaire-ce-que-pense-eric-zemmour/
    +
    https://www.generation-zemmour.fr/2021/11/08/du-pass-au-vote-il-ny-a-quun-pas/
    +
    https://www.generation-zemmour.fr/2021/11/06/rsa-mais-pas-pour-toi/
    Il y a quand même un problème, c’est les « amis » de Zemmour (et ne pas Zemmour lui-même) qui le disent!

  18. J’attends que EZ parle à la manière de Philippe Seguin, son maître, son ami, sur l’Europe et l’euro.
    J’attends qu’il tende la main à NDA, Asselineau, de Villiers et Philippot.
    J’attends qu’il attaque franchement les réformes de démembrement des régions de Hollande.
    J’attends qu’il prenne à bras le corps la politique hyper-étatiste, centralisatrice de Macron.
    Qu’il s’en prenne à la dette sans fin, à l’assistanat des petits chèques, à la casse de l’état providence.
    Qu’il parle démographie éducation formation et non immigration
    Qu’il comprenne le sens réel de la liberté d’entreprendre, détachée des subventions et passe-droits entre amis.Qu’il entrave la braderie de notre économie.
    Qu’il voie l’importance vitale des corps intermédiaires, collectivités locales, syndicats, mutuelles.
    Qu’il se confronte avec le mensonge covidiste, aussi.
    On peut ajouter l’indépendance numérique et le bannissement des Gafam, et la lutte contre la fraude fiscale et écologique mondialisée.
    Tout ça finira en programme fleuve des 101 propositions ou rien

  19. Merci pour cet excellent article!
    Zemmour ne s’est pas vraiment exprimé sur le Grand Reset, sur le passe sanitaire, sur la vaccination.
    A Bordeaux, il a déclaré que le passe sanitaire ne le “dérangeait pas”. Donc la violation des libertés publiques ?.
    Et pourtant, sujets totalement décisifs.
    Aucune responsabilité dans un poste électif ou public.
    La France selon le Figaro !
    Où est l’avenir ?

  20. L’élection se joue au centre, évidemment et comme toujours puisque cela permet
    le en même temps qui permet de figer la situation en ne heurtant personne. Croire que les électeurs
    veulent un profond changement est juste un fantasme ou une hypocrisie sans nom …

  21. Certes M Zemmour n’a probablement ni toutes les clés, ni toutes les compétences, mais quelle alternative, LR a renié complètement son histoires, ils envisagent encore plus de restrictions des libertés que ne se permet M Macron, et ce n’est pas rien. Je ne parle pas de l’extrême gauche et je ne suis pas convaincu que Mme Le Pen fera mieux que M Zemmour, et je n’apprécie pas pas la plupart de son etat major qui se retrouverait de facto aux commandes. Avec M Zemmour, on aurait probablement droit à des nouveaux + Philippot + Dupont-Aignan + certains LR, ca peut être plus ouvert et plus intéressant. Par ailleurs, on dépeint M Zemmour comme étant d’extrême droite, je veux bien savoir au nom de quoi, je l’écoute attentivement depuis 2 ans et je n’ai décelé ni haine ni xenophobie ni quoi que ce soit de ce genre, simplement une volonté que ceux qui prennent la nationalité française, ce soit pour devenir des français à part entière, fiers de l’être, acceptant l’histoire de la France comme la leur, et avec un souci de son avenir.

    Je n’y vais pas avec un entrain démesuré, mais aujourd’hui, c’est le seul qui me donne un peu d’espoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer