Le premier cas de Variant Omicron détecté en Californie, était entièrement vacciné et présente des symptômes bénins

Ce mercredi, lors d’un point de presse, le gouverneur de Californie, Gavin Newsom a révélé un premier patient américain positif au variant Omicron, après un voyage en Afrique du Sud le 22 novembre. Ce patient aurait moins de 50 ans et était entièrement vacciné; il ne présenterait que des symptômes légers. Pour rappel, détecté en Afrique du Sud, le nouveau variant Omicron est devenu un sujet de panique...chez les dirigeants et à l'OMS.

Les détails sur l’état du premier patient atteint de l’Omicron

Lors d’un point de presse mercredi, le gouverneur Gavin Newsom a déclaré que le premier cas américain du variant Omicron a été identifié en Californie. Revenu d’un voyage en Afrique du Sud le 22 novembre, ce  patient est âgé de moins de cinquante ans, il réside dans la baie de San Francisco. Il a eu les premiers symptômes trois jours après son arrivée.

Selon les responsables de la santé publique en Californie, il a été testé positif au Covid Omicron le 29 novembre. D’après le gouverneur, le patient était entièrement vacciné. Cela dit, lors d’un autre point de presse, M Newsom a déclaré que le patient n’avait pas encore reçu sa dose de rappel. Dans tous les cas, le malade était atteint de troubles bénins et il n’a pas été hospitalisé. Par ailleurs, son état de santé s’améliore.

Bizarrement, le secrétaire d’Etat à la santé et aux services sociaux de Californie, le Dr Mark Ghaly, a déclaré aux journalistes que l’évolution de l’état de santé de ce patient contaminé par le variant Omicron souligne l’importance de la vaccination.

Efficacité des vaccins non prouvés sur le variant Omicron

Selon le Dr Ghaly , il y a encore beaucoup à apprendre sur le variant. Et il  encourage les Californiens à se faire vacciner, car selon lui « les symptômes légers » sont dus à l’effet des vaccinations. Il fallait tout de même y penser ! Le vaccin ne joue pas le rôle d’un vaccin: empêcher la contamination; en revanche il adoucirait cette contamination ! Le médecin ajoute le mantra habituel: à savoir que le vaccin offre une protection contre les formes graves du Covid-19, l’hospitalisation et le décès.

Pourtant, la présidente de l’Association médicale sud-africaine, Angélique Coetzee, avait déjà évoqué  le fait que la dangerosité de la nouvelle souche de coronavirus n’est pas encore prouvée. Les personnes infectées en Afrique du Sud vaccinées ou pas, ne présentaient que des symptômes légers comme la fatigue, des muscles endoloris et un peu de toux. Jusqu’à présent, le variant Omicron ne cause qu’une maladie bénigne.

Notons que les scientifiques continuent d’étudier le profil du nouveau variant originaire de l’Afrique australe. Le conseiller médical en chef de la Maison-Blanche, le Dr Anthony Fauci, estime que les nombreuses mutations de l’Omicron pourraient réduire l’efficacité des vaccins déjà disponibles. Quel aveu ! On remarquera en tout cas la contradiction avec le discours précédent, qui affirmait une efficacité du vaccin pour modérer Omicron !  

Le PDG de Pfizer, Albert Bourla a déclaré que ce variant pourrait réduire l’efficacité des vaccins. Selon lui,  il est possible développer un nouveau vaccin en 100 jours en cas de besoin.

Bancel, le patron de Moderna a déclaré à l’émission “Squawk Box”: « la dose plus élevée pourrait être faite tout de suite, mais il faudra des mois avant que la variante spécifique à l’Omicron soit prête à être expédiée en quantités massives”.

Maria Van Kerkhove, responsable technique du programme Covid de l’Organisation mondiale de la santé, a déclaré mercredi que des rapports en provenance d’Afrique du Sud indiquent que certains patients infectés par l’Omicron présentent des symptômes légers, mais que dans d’autres cas, la maladie est devenue plus grave. Il ne dit pas où. M. Van Kerkhove a indiqué que des études sont en cours pour examiner les personnes hospitalisées afin de déterminer si elles sont porteuses de la variante Omicron. Que ce serait bien si le réel se pliait à l’envie de la gouvernance sanitaire internationale de faire peur au maximum de personnes pour que l’envie de se vacciner ne disparaisse pas ! 

Loading
57 Shares:
1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer