De quelques principes pour résister à la folie covidiste

Par Bertrand Leroy-Donche - Il nous arrive de déplorer la faible résistance de beaucoup de nos compatriotes au conditionnement que met en place l'Etat depuis dix-huit mois afin d'instaurer un ordre sanitaire à tendance totalitaire. Mais n'est-ce pas d'abord que beaucoup de nos contemporains n'ont pas reçu les armes de la résistance intérieure, celle qui forge les volontés pour s'opposer à la peur et à l'intimidation? La liberté s'alimente à des principes supérieurs, à ce culte des "lois non écrites" qu'Antigone oppose à Créon. L'auteur du texte que republie le Courrier des stratèges ne cache pas que c'est dans son catholicisme qu'il a enraciné son goût indéfectible de la liberté. Nous avons aussi choisi de porter ce texte à la connaissance de nos lecteurs car il contraste heureusement avec la cécité d'une partie de la hiérarchie épiscopale à travers le monde face à la manipulation des gouvernements.

Ce texte est d’abord paru sur le blog de l’auteur: fracoisdesales.wordpress.com

Nous avons tous besoin, au milieu de l’épreuve actuelle, de réaffirmer des principes et des vérités fondamentales qui nous permettent de tenir face aux folles décisions des gouvernements et aux flots d’informations charriant beaucoup de mensonges et de propagande. De se dire et se redire les certitudes inébranlables que nous avons acquises et qui nous permettront de résister encore face à ce qui reste à venir. Car nous sommes sans doute au début d’une sorte de coup d’Etat mondial pour imposer, sous prétexte sanitaire, une limitation drastique des libertés partout dans le monde.

Au matin du premier confinement, j’eus l’intuition puissante d’un basculement dans un monde kafkaïen et absurde. Cette impression d’absurde dura plusieurs jours au milieu de ces rues vides et désertes. Cette intuition initiale ne s’est jamais démentie depuis, renforcée au contraire par la série de mensonges, de manipulations et d’injonctions contradictoires des gouvernements. Je compris donc qu’il s’agissait avant tout d’une crise politique avant d’être une crise sanitaire. Que tout était planifié pour mettre en place des mesures liberticides et totalitaires et d’user de la peur pour contrôler les populations. La peur la plus redoutable qui soit puisqu’il s’agit de celle de la mort ! Les gouvernements du monde entier se sont donc comportés comme des clans mafieux qui se servent des menaces physiques pour tenir leurs obligés.

"N'ayez pas peur!"

Le premier principe qui m’est apparu est donc celui du Christ à ses disciples, relayé par St Jean-Paul II le Grand dans sa lutte contre le totalitarisme communiste : « N’ayez pas peur ! » Oui, je décidais intérieurement de ne pas avoir peur du virus, de la maladie et de la mort. Envisager sereinement sa finitude et la perspective inéluctable de sa propre mort libère radicalement et permet de résister sereinement.

En outre, il est apparu assez rapidement pour celui qui voulait bien ouvrir les yeux que ce virus n’était pas très létal et qu’il touchait essentiellement les populations vieillissantes et/ou affaiblies par la maladie. Dès le début, rien ne justifiait un tel affolement et de telles atteintes à nos libertés civiles. Les traitements précoces qui apparurent très tôt, grâce au remarquable travail de vrais chercheurs comme le Professeur Didier Raoult, auraient dû suffire à traiter l’épidémie. Mais comme par hasard, tout fut fait pour les diaboliser et faire passer une molécule non toxique utilisée massivement depuis 70 ans pour une chimiothérapie agressive et extrêmement toxique.

Le bon sens

Et là apparaît un deuxième principe à mettre en œuvre pour résister : le bon sens ! Comme dit Descartes, le bon sens est la chose la mieux partagée au monde et finalement je crois que c’est vrai. Faites confiance à votre bon sens paysan qui est enfoui quelque part en vous !

Le bon sens commandait dans cette crise de tout utiliser. Or, les gouvernements interdirent ces traitements précoces et pire que tout, l’Etat interdit aux médecins de soigner ! La nature criminelle de ces décisions ne fait pour moi aucun doute.

Si cette crise n’est pas sanitaire mais que le virus n’est qu’une excuse pour prendre des décisions politiques au niveau mondial qui ne seraient pas possibles sans le contrôle extrêmement fin des populations, quelle est l’origine exacte de cette crise ? Quelle est sa nature ?

Quelques mois avant le déclenchement de l’épidémie, réfléchissant à la crise économique et monétaire que l’Occident affronte depuis 2008, j’eus la certitude que seulement deux solutions s’offraient à nos dirigeants. 

  • Soit laisser s’effondrer le système et notamment l’Union européenne et l’euro en proposant des alternatives politiques de décentralisation radicales répondant aux désirs identaires nouveaux des peuples (Brexit, Trump, Catalogne…) et en se servant des technologies nouvelles répondant à ce désir de décentralisation radicale, je pense notamment à la Block Chain.
  • Soit accélérer le projet centenaire de gouvernance mondiale, exact opposé des désirs populaires exprimés récemment, en brusquant sa mise en place par l’installation d’un mode de gouvernance autoritaire dans tous les pays occidentaux. Il fallait simplement trouver les bonnes conditions pour réaliser ce coup d’Etat.

La virus Covid-19 fut l’occasion rêvée. Il y eut probablement une tentative en 2009 avec le virus H1N1 mais le virus ayant évolué naturellement vers des formes bénignes, l’épidémie s’arrêta d’elle-même.

Le Covdi-19 en revanche nous hante déjà depuis deux ans et chacun de ses variants provoquent une aggravation de la crise et des mesures de plus en plus liberticides et totalitaires. Il semble avoir été créé tout exprès…Le fait qu’il soit issu des recherches de gain de fonction semblent aujourd’hui une piste très sérieuse. Même si je ne crois pas que ce virus ait pu être créé dans le but d’engendrer cette panique, la question de son origine et de son instrumentalisation politique se pose de manière aiguë.

Le bénéfice des peuples est dans une organisation décentralisée

Un troisième principe politique de résistance apparait clairement ici : le bénéfice des peuples est toujours dans une organisation fortement décentralisée. Le bénéfice de l’Etat dans une organisation autoritaire et centralisée. Toutes les décisions politiques doivent être jugées selon ce principe.

Au matin du premier confinement, ces trois principes étaient déjà bien installés dans mon esprit ce qui m’a, je crois, permis de mesurer l’ampleur de la manipulation en cours au regard de la réalité, somme toute négligeable, de l’épidémie.

La dignité inaliénable et irréfragable de la personne humaine, la richesse précieuse de nos libertés personnelles, civiles et politiques, conquises de haute lutte, ne sont pas compatibles avec le régime inédit, mondial et autoritaire, qu’on cherche à nous imposer.

C’est un NON POSSUMUS radical que nous devons opposer aux dérives liberticides actuelles.

La science consiste à respecter le réel

Je souhaite maintenant aborder les principes scientifiques, heuristiques et épistémologiques qui permettent de résister à la fausse science et à la médecine corrompue qui se déversent dans nos têtes depuis le début de la crise.

Les menaces et pressions faites sur des sommités scientifiques et médicales qui ne sont pas conformes à la narration qu’on cherche à nous imposer doit alerter tout esprit rationnel. Qu’est-ce que la science ? Le doute. Le fait qu’on ne puisse pas critiquer le narratif officiel est un signe évident que nous ne sommes pas en présence d’un discours scientifique, ni même rationnel.

Le doute et la possibilité de falsifier la théorie dominante sont des principes épistémologiques qui sont aujourd’hui connus du grand public cultivé Or, face à la narration covidiste, il est interdit de douter et il est interdit de tenter de falsifier le discours dominant. Il s’agit donc de propagande, pas de science.

Ce qui m’a frappé depuis le début de la crise est cette volonté de noyer les citoyens sous des flots de statistiques qui semblent rationnelles et imparables. Les chiffres ne mentent pas…En fait si, les chiffres peuvent mentir, seuls les faits ne mentent pas.

Quatrième principe de résistance intellectuelle : La science c’est l’humble observation du réel, alliée à un discours qui suit les règles de la logique pouvant éventuellement déboucher sur une théorie mathématisée. La science n’est ni un flot de statistiques, ni de simulations numériques. 

L’effondrement intellectuel des générations contemporaines permet toutes les manipulations, notamment celles des No Fake Med et celle de ceux qui vous noient sous un flot de statistiques invérifiables dont les biais sont impossibles à déterminer facilement pour un non spécialiste.

C’est à cause de cette incroyable confusion intellectuelle, savamment entretenues, que purent alors s’imposer des traitements expérimentaux. 

Application de nos principes aux vaccins proposés

Si ces principes de refus de diffuser la peur, de bon sens, de décentralisation des décisions politiques et d’une conception rationnelle de la science avaient été maintenus, jamais ces vaccins géniques expérimentaux n’auraient pu être imposés à la totalité de la population mondiale, particulièrement occidentale.

Je souhaite maintenant appliquer ces principes au cas particulier des vaccins expérimentaux qui nous sont désormais partout imposés sous peine d’exclusion sociale. Celle-ci pouvant aller jusqu’à la mise en camp de quarantaine comme en Australie, ou pire, à la mise en danger de la vie en interdisant l’accès aux biens de première nécessités comme au Canada.

Première question. Comment des vaccins ont-ils pu être développés en six mois face à un virus inconnu, à l’origine incertaine, dont les conséquences cliniques commençaient seulement à être traitées et étudiées. Tous les spécialistes disent qu’il faut 7 à 10 ans pour mettre un nouveau vaccin sur le marché.  La létalité du Covid-19 ne justifiait pas une telle précipitation. 

En outre, ces traitements font appel à des technologies nouvelles, certes connues et développées en laboratoires et testées dans de rares essais cliniques, mais jamais utilisées à si large échelle. L’homme libre que je suis n’est pas un cobaye. Vous n’êtes pas des cobayes, aucun homme ne l’est !

Ici le bon sens et la prudence commandent de dire : non, je ne vaccinerai pas.

La technologie utilisée dite à ARN messager est très innovante et c’est très certainement une technologie qui apportera dans le futur de grands bienfaits à l’humanité. Mais la science, humble et patiente face au réel, nous dit aujourd’hui qu’une cellule vivante est la chose la plus complexe de l’univers. Nous ne savons non seulement pas synthétiser la vie, mais plus encore, nous ne savons ni la définir précisément, ni en fixer précisément les limites. Les virus étant d’ailleurs ironiquement à cette frontière entre vie et non vie…

En utilisant cette technologie qui va au cœur des mécanismes de la cellule pour faire une protéine toxique de la surface du virus Covid-19 nous jouons aux apprentis sorciers. Malheureusement, des premiers effets secondaires gravissimes commencent à apparaître : thromboses, myocardites et péricardites, troubles neurologiques, maladie de Kreuzfel-Jacob, affaiblissement du système immunitaire…

Je rappelle que les vaccins ne sont pas des médicaments. Ils ne soignent pas, ils préviennent. Injectés à une population en bonne santé, leur sécurité doit être absolue.

La véritable science, telle que nous l’avons définie, impose la prudence et de ne pas prendre l’humanité entière pour cobaye ! C’est pourquoi, non, je ne me vaccinerai pas.

Dès le début de la crise, des vétérinaires ont alerté sur la nature particulière des coronavirus. Les vétérinaires connaissent bien les coronavirus car ils sont à l’origine de plusieurs maladies mortelles chez des animaux domestiques ou d’élevage. Toutes les tentatives de vaccination contre les coronavirus se sont soldées par un échec. La mortalité post-vaccinale était beaucoup plus importante. C’est l’effet VAED (Vaccine Associated Enhanced Disease). Les anticorps formés au cours de la vaccination sont paradoxalement facilitateurs d’une post infection vaccinale au lieu d’en protéger. L’infection étant facilitée, les malades font des formes plus sévères. C’est ce phénomène qui s’est produit avec des vaccins Sanofi contre la dingue aux Philippines et qui a conduit à la mort de milliers d’enfants. SANOFI a été condamné. Les coronavirus sont connus pour créer le même effet.

La reprise épidémique dans des pays fortement vaccinés suggère que c’est cet effet qui se produit.

C’est pourquoi, non, je ne me vaccinerai pas, même avec des vaccins traditionnels à virus atténué.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

266 Shares:
8 commentaires
  1. C’est une grave et contre-productive erreur didactique, avec les dangereuses conséquences que l’on peut constater non seulement sur le plan de la santé, mais aussi voire surtout sur le plan sociétal, que d’utiliser le mot “vaccination” quand il s’agit d’une “injection gén(om)ique”

    Utiliser le juste mot pour la juste chose permet d’attirer l’attention, d’interloquer, de provoquer une interrogation précisément en n’utilisant pas le mot “vaccin” dont la définition officielle est claire.

    Dès l’école primaire on nous a très regrettablement et nuisiblement inculqué un culte du vaccin qui nous a fait inconsciemment entrer dans l’ « Église du Sacro-Saint Vaccin Miraculeux, Indispensable et Irremplaçable » dont ce triste sire très mal connu mauvais Pasteur est le Prophète, sinon le dieu.

    1. La novlangue c’est bien connu..est un des “outils” de propagande à la stratégie de manipulation de masse! Je parle toujours “d’injecté expérimental “moi. Vous pensez bien que ça aurait été présenté comme cela aux futurs “vaccinés” : “on va vous injecter un produit expérimental madame…”JAMAIS ô grand jamais ils auraient tendu leurs bras! 🙂 la bataille passe aussi par les mots!

  2. Bonjour,
    Je suis en accord total avec cette réflexion très bien argumentée; mais comment se fait il que l’auteur n’applique pas sa capacité d’analyse à sa religion catholique?
    Ce faisant, il pourrait ainsi fuir cette institution catholique bibliquement hérétique et comprendrait alors pourquoi cette “église” favorise l’instauration de la gouvernance mondiale et de l’antéchrist…

  3. Un vrai petit livre rouge pour les no-vax, no-sinovax ou résistants aux OGM. Merci.Simple, convainquant, reposant sur nos racines culturelles qui ont fait le succès du développement occidental. Mais l’occident est-il encore l’occident quand les principes qui ont fait sa force et son intelligence ne sont plus enseignés. Sa quête d’universalité s’est éteinte devant les revendications tribales qui se réveillent. Cette organisation tribale naturelle et désordonnée de l’homme primitif ne réclame-t-elle pas une autorité toujours plus forte?

    1. Entre l’Empire et la Tribu, il me semble qu’il existe la Nation. Et c’est dans le cadre de la Nation que la démocratie peut s’exercer pleinement, comme le disait De Gaulle à la Libération. Aujourd’hui, la Nation est attaquée par le haut par les partisans d’un gouvernement mondial et par le bas par les partisans du communautarisme. On comprend pourquoi les uns financent les autres…

  4. “un flot de statistiques invérifiables dont les biais sont impossibles à déterminer facilement pour un non spécialiste.”
    ça a marché un temps, mais les pinocchios ont fini par se prendre les pieds dans les mille tapis.
    A la veille de Noël, avec l’arrivée tant attendue d’omicron, virus naturellement atténué, le roi est nu.

  5. Excellente analyse avec en plus une excellente illustration iconographique pour le subliminal. Ceci étant, vous faites remonter les problèmes actuels à la crise de 2008 mais l’ “effondrement intellectuel des générations contemporaines( qui ) permet toutes les manipulations” comme vous l’écrivez remonte à bien plus loin notamment en France où le système éducatif est encore plus en ruine intellectuelle et morale que le système médicale car engagé lui dans cette voie pas seulement depuis une quinzaine d’années mais depuis prés de 40 ans. Et quant quand vous nous invitez à faire confiance au “bon sens paysan qui est enfoui quelque part” en nous. j’ai bien peur que pour beaucoup il faille creuser très profond… Le bon sens paysan on peut encore peut être aujourd’hui aller le convoquer en Afrique ou peut être dans des pays d’Amérique du sud ou d’Asie centrale mais ici… Et là c’est un problème beaucoup plus grave que la simple gestion qu’une épidémie de grippe car c’est sur la certitude de ce bon sens partagé et donc pouvant être exprimé par 50% plus un des citoyens de la Nation que repose le fondement de la Démocratie que nous sommes censé convoqué dans dans une centaine de jours afin, théoriquement, d’actualiser, justement, la gestion des défis posés à notre avenir collectif et individuel…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer