Nouvelle-Zélande : second décès signalé après une injection de Pfizer, la vérité sur la dangerosité de ce vaccin commence peu à peu à émerger

Un lien entre le décès d’un homme de 26 ans et le vaccin anti-Covid de Pfizer a pu être établi par les autorités néo-zélandaises. Ce dernier a été atteint de myocardite après l’administration de sa première dose.

Deuxième décès causé par le vaccin de Pfizer

Alors que la Nouvelle-Zélande fait face à l’échec de la vaccination et de la doctrine absurde du “zéro Covid”surgit un nouveau coup dur pour les autorités sanitaires, qui ont reconnu un deuxième décès engendré par l’apparition d’effets secondaires du vaccin.

Les autorités néo-zélandaises ont déclaré lundi qu’elles avaient établi un lien entre le décès d’un homme de 26 ans et le vaccin COVID-19 de Pfizer, après que l’intéressé avait souffert d’une myocardite, une inflammation rare du muscle cardiaque, après avoir pris sa première dose. Le jeune homme serait décédé dans les deux semaines suivant l’administration de sa première dose. Il n’avait pas cherché à obtenir un traitement pour ses symptômes.

Ce décès est le deuxième officiellement reconnu en Nouvelle-Zélande comme lié à un effet secondaire du vaccin. En effet, dans le courant du mois d’aout, le décès d’une femme a déjà été rapporté par les autorités sanitaires. Le comité indépendant de surveillance de la sécurité vaccinale a ainsi indiqué dans un communiqué “Avec les informations actuellement disponibles, le conseil a considéré que la myocardite était probablement due à la vaccination chez cet individu“.

Malgré sa dangerosité, les autorités sanitaires prônent son efficacité

De son côté, un porte-parole du groupe Pfizer a fait savoir que la firme tient compte de la déclaration  sur le décès qui s’est produit en Nouvelle-Zélande et qu’elle prêtera oreille attentive aux différents rapports d’évènements indésirables en lien avec son vaccin. Toutefois, la société souligne que le profil bénéfices et risques demeure toujours positif.

Outre ces deux décès, le conseil de sécurité des vaccins de la Nouvelle-Zélande a également déclaré que deux autres personnes, dont un enfant de 13 ans, étaient décédées d’une possible myocardite après avoir été vaccinées.

Toutefois, d’autres données sont nécessaires pour pouvoir établir un lien effectif entre les décès et le vaccin.

Malheureusement, ces effets secondaires n’auront aucune incidence sur la suite de la campagne de vaccination. Le comité a tenu à rassurer l’ensemble de la population que les avantages de la vaccination l’emportaient largement sur les risques.

Pour rappel, une étude récente publiée dans The New England Journal of Medecine,  après le déploiement massif des vaccins à ARN messager contre le Covid-19, a déjà évoqué des cas de myocardite chez les jeunes hommes.

132 Shares:
1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer