Ghislaine Maxwell reconnue coupable d’avoir aidé Jeffrey Epstein à agresser sexuellement des mineures

Le 29 décembre 2021, un jury a déclaré Ghislaine Maxwell, l'amante de longue date du (présumé) pédophile décédé Jeffrey Epstein, coupable de cinq des six chefs d'accusation. L’étau de l’affaire Epstein se resserre autour du Prince Andrew, qui devra répondre de ses actes en janvier devant le même tribunal de Manhattan.

Ghislaine Maxwell risque jusqu’à 65 ans de prison

La mondaine britannique Ghislaine Maxwell risque jusqu’à 65 ans de prison après qu’un jury de Manhattan l’a reconnue coupable de cinq des six chefs d’accusation retenus contre elle pour trafic d’adolescents qui seraient maltraités par elle et le défunt pédophile Jeffrey Epstein.

 L’un des chefs d’accusation, le trafic sexuel d’un mineur, peut entraîner un maximum de 40 ans de prison. Une autre condamnation entraîne un maximum de 10 ans et le reste un maximum de cinq ans. Cela signifie que Maxwell, 60 ans, pourrait potentiellement passer jusqu’à 65 ans en prison – essentiellement le reste de sa vie. Les jurés ont pris leur décision après avoir délibéré cinq jours. 

 « Un jury unanime a déclaré Ghislaine Maxwell coupable de l’un des pires crimes imaginables, avoir facilité et participé à des abus sexuels sur des enfants », a déclaré le procureur américain du district sud, Damian Williams. “Crimes qu’elle a commis avec son partenaire de longue date et co-conspirateur, Jeffrey Epstein. La route vers la justice a été beaucoup trop longue. Mais, aujourd’hui, justice a été rendue.”  

Il a ajouté: “Je tiens à saluer la bravoure des filles – des femmes maintenant adultes – qui sont sorties de l’ombre et sont entrées dans la salle d’audience. Leur courage et leur volonté de faire face à leur agresseur ont rendu cette affaire et le résultat d’aujourd’hui possibles.”

Le jury a acquitté sur un seul chef d’accusation, incitation d’une personne de moins de 17 ans à voyager avec l’intention de se livrer à une activité sexuelle illégale.

“Ghislaine Maxwell était dangereuse”, a déclaré la procureure américaine adjointe Alison Moe dans ses déclarations de clôture. “Elle a manipulé ses victimes et les a soignées. Elle a causé un préjudice profond et durable aux jeunes filles. Il est temps de la tenir responsable.”

Moe l’a qualifiée de “prédatrice sophistiquée” qui “a commis des crimes horribles”.

Annie Farmer, une des 4 victimes, a célébré la décision du jury. “J’espère que ce verdict apportera du réconfort à tous ceux qui en ont besoin et démontrera que personne n’est au-dessus des lois”, a-t-elle déclaré. “Même ceux qui ont un grand pouvoir et de grands privilèges seront tenus responsables lorsqu’ils abusent et exploitent sexuellement les jeunes.”

Les avocats de Maxwell ont déclaré qu’ils prévoyaient de faire appel.

L’étau se resserre autour du Prince Andrew

Le verdict rendu par un tribunal new-yorkais à l’encontre de Ghislaine Maxwell torpille la défense du prince Andrew. En effet, le fils cadet d’Elizabeth II est toujours accusé d’agression par Virginia Giuffre, une ancienne call-girl, qui affirme avoir eu avec lui une relation sexuelle moyennant rémunération alors qu’elle était mineure.

Annoncée le 29 décembre, la décision à l’unanimité du jury risque de peser lourd sur l’issue du procès au civil visant le duc d’York. En effet, le procès de Giuffre allègue qu’elle avait 17 ans lorsque le Prince Andrew l’a agressée sexuellement à trois reprises à New York et à l’étranger sous la direction de feu le financier Jeffrey Epstein et Maxwell.

Le 20 décembre, dans le courrier, nous vous indiquions déjà que l’issue de ce procès aurait des répercutions probable sur le prince Andrew.

En effet, ce dernier avait précédemment nié avoir effectué de fréquentes visites au domicile d’Epstein en Floride, bien que l’ancienne gouvernante Juan Alessi ait affirmé qu’Andrew avait passé «des semaines à la fois» dans la propriété lorsqu’il y travaillait.

Bien que le Prince, un ami proche de Maxwell, ai toujours nié avec véhémence ses affirmations, ses avocats ont organisé une réunion d’urgence sur l’impact potentiel du verdict sur son cas, a rapporté le Daily Mirror .

La décision des jurés a suscité des craintes au sein de l’équipe juridique du duc d’York, étant donné que la charge de la preuve dans une affaire criminelle est bien plus élevée que celle requise dans une affaire civile, comme celle à laquelle Andrew est confronté.

Au cours du procès de la Britannique, l’une de ses quatre victimes a témoigné de la manière dont elle a été présentée à l’ami milliardaire délinquant sexuel d’Andrew, Epstein.

La femme, connue au tribunal sous le nom de “Carolyn”, a révélé que ce n’était pas la Britannique qui l’avait recrutée, mais Giuffre.

Les allégations de Giuffre ne faisaient pas partie de l’affaire pénale de Maxwell, mais la condamnation de l’ami de longue date du prince Andrew pourrait entacher sa situation.

Notons également, que dans une victoire « mineure » pour le duc d’York, un juge fédéral a décidé mercredi que l’accord de règlement secret de 2009 entre Epstein et Giuffre serait rendu public le 3 janvier.

Par ailleurs, dans une précédente affaire civile, M. Alessi, l’ancien majordome d’Epstein à son manoir de Palm Beach en Floride, a juré sous serment qu’il avait installé quotidiennement des tables de massage pour le prince pendant un séjour prolongé au début des années quatre-vingt-dix.

“Le prince Andrew a passé des semaines avec nous”, a-t-il déclaré. “Il dormait dans la pièce principale, la chambre d’amis principale. C’était la chambre bleue.”

A la lumière de cette condamnation, la longue amitié de Ghislaine Maxwell, de Jeffrey Epstein et du prince Andrew pose de nombreuses questions, qui pourraient bien rejaillir et jeter le discrédit sur la souveraine britannique qui n’a pas hésité à dépenser des millions de livres pour financer la défense de son fils cadet.

Au-delà du Prince et faisant (implicitement) allusion au fameux livre noir, le procureur américain Damian Williams a fait particulièrement référence, durant le procès, aux individus « puissants et bien connectés », affirmant que son équipe ne s’arrêterait pas tant que tous les coupables d’une infraction n’auraient pas été traduits devant un tribunal. De quoi s’attendre à de nouvelles révélations sur des hautes personnalités ?

Shamez avec nous pour les faire reculer !

Le shaming consiste à faire honte publiquement à quelqu'un pour son comportement. C'est l'une des techniques que Rester libre ! utilise pour dissuader les vaccinés d'abuser de leur pouvoir sur les non-vaccinés. Vous aussi, donnez cinq minutes de votre temps chaque semaine pour participer aux campagnes de shaming.
59 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer