Les États-Unis doublent leurs commandes de pilule Pfizer, la perspective adoptée ne sort pas du “tout vaccinal”

Au cours d'une allocution à la Maison-Blanche mardi 4 janvier 2021, le président Joe Biden avait fait savoir que le gouvernement projetait de doubler la commande passée auprès de Pfizer pour les pilules Paxlovid. Pour rappel alors que la pilule antivirale du laboratoire pharmaceutique Pfizer n’avait pas encore obtenu l’approbation des autorités sanitaires, l'administration Biden avait déjà fait commander des traitements pour 10 millions d’Américains estimés à 5.29 milliards de dollars. La pilule Paxlovid a obtenu une autorisation en urgence de l'Agence américaine des médicaments (FDA) le 22 décembre dernier.

20 millions de traitements en attente

Les données publiées par le fabricant américain affirment que la pilule Pfizer peut réduire le risque d’hospitalisation et de décès. La pilule Paxlovid serait efficace contre le variant Omicron. Son taux d’efficacité serait de 89% si le médicament est pris trois jours après l’apparition des premiers symptômes. 

Médicament par voie orale similaire au monulpiravir , le traitement au Paxlovid consiste en une combinaison de deux pilules prises deux fois par jour pendant cinq jours. Le Paxlovid pourrait être administré aux patients présentant des comorbidités âgés de plus de 12 ans.

L’administration Biden a déjà commandé des traitements pour 10 millions d’Américains, qui vont coûter 5.29 milliards de dollars en fin d’année. M. Biden souligne ainsi “La production bat son plein. Les États-Unis ont plus de pilules que n’importe quel autre pays du monde et notre approvisionnement va s’intensifier au cours des prochains mois, au fur et à mesure de la fabrication de ces pilules … Aujourd’hui, j’ordonne à mon équipe de travailler avec Pfizer pour doubler notre commande de 10 millions à 20 millions de traitements qui seront livrés dans les mois à venir.”

Le premier lot de commande a été ainsi envoyé à la veille de Noël, tandis que les autres pourront être réceptionnés au cours de la semaine. Néanmoins, les États-Unis devront tout de même redoubler de patience, car l’augmentation d’un tel approvisionnement risque de prendre des mois du côté de Pfizer. 

En ce sens, il y a de fortes chances que les pilules ne soient expédiées qu’au moment où la courbe Omicron redescendra – c’est-à-dire, de l’avis de spécialistes sérieux, le moment où la “pandémie” prendra fin. Pfizer a indiqué dans un communiqué que “d’ici la fin du mois de septembre, 20 millions de traitements (Paxlovid) seront livrés, dont environ 10 millions accélérés pour être livrés d’ici la fin du mois de juin.”

Les États-Unis se démènent face à Omicron

Il se peut qu’il n’y ait plus de marché au moment où la pilule anti-COVID de Pfizer commencera à être largement diffusée. C’est pourquoi les laboratoires pharmaceutiques se lancent dans une course haletante. Cependant, Joe Biden vient de leur donner l’assurance que la commande publique était là pour fausser à leur avantage le cours naturel des choses. 

Depuis le début de cette pandémie, ces derniers sont les principaux bénéficiaires de la crise sanitaire et profitent grassement de l’argent public. Comme avec les vaccins, le marché des pilules anti-covid cherche à s’établir peu à peu après avoir fait écarter des médicaments existants(et surtout peu couteux) comme l’hydroxychloroquine ou l’ivermectine. À ce jour, ni les autorités sanitaires ni les laboratoires pharmaceutiques ne répondent aux questions que de plus en plus de personnes commencent à se poser, à savoir les effets secondaires et  la durée d’efficacité de leurs traitements.

Shamez avec nous pour les faire reculer !

Le shaming consiste à faire honte publiquement à quelqu'un pour son comportement. C'est l'une des techniques que Rester libre ! utilise pour dissuader les vaccinés d'abuser de leur pouvoir sur les non-vaccinés. Vous aussi, donnez cinq minutes de votre temps chaque semaine pour participer aux campagnes de shaming.
31 Shares:
9 commentaires
  1. Pfalzar-Fiontech sait varier les plaisirs, après la mort par aiguille, la mort en gélules ;-p) (et toujours avec un taux de réussite supérieur à 80 %… c’est comme la pub, le taux est supérieur, mais on ne dit jamais à quoi;)

  2. Les exactions mafieuses de Pfizer et d’autres ne dont pas nouvelles. Elles sont juste révélées à l’occasion du Covid.
    Lire “remèdes mortels et crime organisé” de Peter Gotzsche

  3. Je voudrais comprendre : si la pilule se révèle efficace ou si même elle est autorisée, cela signifierait qu’un traitement existe et dans ce cas l’AMM conditionnel des “vaccins” saute ainsi que tout pass vaccinal et/ou sanitaire. Non ?

    1. Mon intuition est que depuis l’été dernier, moment où les données catastrophiques de la pharmacovigilance ont été rendues publiques, Pfizr & Co savent que leur AMM ne pourra pas être renouvelée. Il y a plusieurs indices en ce sens.
      Ils en ont pris acte et préparent “l’après vaxxin”.
      D’ici là les gouvernements complices accélèrent pour piquer le maximum de gens, tant que c’est encore possible.
      “Gouverner c’est prévoir” : on exploite à fond le filon actuel jusqu’à extinction, tout en préparant la campagne suivante.

      1. Et ils ont raison de le faire, tant l’opposition est “molle” à exploiter les résultats de la pharmacovigilance…
        En ce qui concerne le pass vaccinal, je pense qu’il est conçu pour rester. D’ailleurs le projet de loi français ne prévoit pas de durée, contrairement à ce qui se passe pour les lois relatives à l’état d’urgence, toujours assorties d’une date limite. Peut-être ne sera-t-il pas exigé partout et tout le temps, mais soyez sûre qu’il restera dans votre smartphone, prêt à être réactivé sur un nouveau prétexte (sanitaire, et bientôt climatique, comportemental…).

    2. Non, les amm conditionnelles et/ou en urgence concernent les “vaccin” et non un autre traitement tout aussi expérimental . les définitions et codages sont différents.

  4. Le but de la caste apparaît de plus en plus évident : booster plusieurs fois par an toutes les populations avec des injections d’acide ribonucleique “messager”qui donne des instructions de fabrication directement à nos cellules corporelles. Le message actuel est la fabrication d’une proteine pique dans une campagne antivirale. Le prochain message pourrait être de fabriquer une héroine afin d’inciter les injectés à être des héros dans une nouvelle campagne ad hoc! Le grand théatre de la drogue à l’échelle planétaire est commencé.

  5. encore “Pfizer” ce charlatan !Paxlovid ritonavir
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04960202
    Date réelle de début de l’étude : 16 juillet 2021
    Date d’achèvement du primaire estimée : 9 décembre 2021
    Date d’achèvement estimée de l’ étude : 21 avril 2022
    https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)02657-X/fulltext
    Problèmes de sécurité
    L’association du PF-07321332 et du ritonavir pourrait être difficile à tolérer par certaines personnes en raison du potentiel du ritonavir à affecter la façon dont les autres médicaments sont métabolisés par le corps. De nombreux médicaments ne doivent pas être administrés en même temps que le Paxlovid, comme les médicaments contre les maladies cardiaques, les maladies immunitaires ou les analgésiques, car ils peuvent provoquer des interactions.
    Le molnupiravir, une autre pilule du COVID-19, a suscité l’inquiétude des experts en raison d’une étude qui suggère qu’il pourrait provoquer des mutations dans l’ADN humain (alors qu’il est conçu pour ne provoquer que des mutations dans l’ARN du virus). Selon les études précliniques, il n’y a aucune preuve que le PF-07321332 provoque des mutations génétiques de l’ADN.
    https://fr.thesocialmedwork.com/blog/paxlovid-information

    Nouveau remède miracle de Pfizer. Heu nouveau ? vraiment ?
    le mélange lopinavir-ritonavir qui a été testé chez les malades atteints du COVID-19. L’essai clinique chinois a inclus 199 patients, dont 99 ont été traités par les IP du VIH tandis que 100 ont reçu des soins standards. Les résultats indiquent que les IP du VIH n’apportent pas de bénéfice pour traiter les patients atteints de COVID-19. Leurs effets indésirables ont même conduit à arrêter prématurément le traitement chez 13 patients
    https://www.medecinesciences.org/en/articles/medsci/full_html/2020/06/msc200106/msc200106.html
    https://www.vidal.fr/medicaments/gammes/lopinavir-ritonavir-mylan-75573.html
    LOPINAVIR/RITONAVIR MYLAN 200 mg/50 mg : comprimé (blanc) ; boîte de 120
    Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte – Remboursable à 100 % – Prix : 182,33 €.
    Super on passe du chat à l’humain !
    Au cours des essais en double-aveugle, 1039 patients ont reçu Paxlovid et 0,8% d’entre eux ont été hospitalisés ou sont morts dans les 28 jours, comparé à un pourcentage de 6% parmi les 1046 patients qui ont reçu un placebo.
    Le ritonavir est un médicament antirétroviral, utilisé pour le traitement de l’infection par le VIH. !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer