Covid-19 : Le B.1.640.2 plus connu comme “variant IHU”, est un « variant sous surveillance »

Un variant du Covid-19 a été récemment découvert par les chercheurs de l'IHU de Marseille. Il s’agit d’une mutation qui demeure sous surveillance selon l’Organisation mondiale de la Santé. Le B.1.640.2 (appelé plus familièrement "variant IHU") est supposé provenir du Cameroun. Dans une interview accordée à DW, le Professeur Yap Boum, épidémiologiste camerounais fondateur d’Épicentre pour l’Afrique, donne des éclaircissements sur l’avancée des recherches locales.

Des travaux de séquençage en cours

Malgré la découverte récente de ce variant, les médias se sont empressés de parler du  B.1.640.2 détecté au sud de la France par l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille, chez un individu revenu du Cameroun.

Les chercheurs de l’IHU ont déjà publié un article sur medRxiv,  qui attend sa revue par les pairs, « mais qui a un résultat qui peut être intéressant »,  selon le Professeur Yap Boum.

Au Cameroun, on mobilise les moyens afin d’obtenir rapidement des séquences locales et savoir si le virus IHU circule réellement dans le pays. 

Variant sous surveillance qui ne semble pas dangereux

Toutefois, le Pr Yap Boum, en qualité d’épidémiologiste, tient à préciser les limites d’un tel processus à un stade aussi précoce « On a encore besoin d’avoir des confirmations. On espère que dans les semaines à venir, on pourra avoir la confirmation des variants en circulation au Cameroun. C’est une question de patience, dans quelques jours, on pourra avoir plus de précisions. »

En outre, il est encore difficile de se prononcer définitivement sur les différents symptômes que le variant occasionne. En effet, on parle de “variant” lorsque le virus passe par plusieurs mutations. En ce sens, le fait de retrouver sa présence chez une seule personne ne permet pas de l’étudier ni de savoir s’il engendre une forme sévère ou non. En sens inverse, l’IHU de Marseille est l’un des lieux dans le monde où l’on a fait le plus de recherche sur le COVID-19. Et on y est en mesure de comparer ce variant à ses prédécesseurs. 

L’Organisation mondiale de la santé parle d’un “variant sous surveillance”. Ses experts ont également indiqué que plusieurs souches continuent d’apparaître, mais cela ne signifie pas qu’elles seront plus dangereuses que les souches précédentes.

Bloquez vous aussi le passe vaccinal

Rester libre ! vous fournit un kit de shaming pour dissuader votre député de voter le passe vaccinal. Prenez 5 minutes de votre temps pour participer à la campagne.
3 Shares:
3 commentaires
  1. Comme avec la grippe aura des variants tout le temps, donc il faut apprendre à vivre avec et soigner le gens avec les molécules qui sont vraiment efficaces comme l’Ivermectine, hydroxychloroquine,etc et arrêter ces injections qui sont toxiques et qui font croire une fausse sécurité

  2. Comment peut-on trouver des variants d’un virus qui n’a jamais été isolés ? Avec tout ce battage médiatique de variants, la plandémie peut continuer indéfiniment. Quand le totalitarisme sera total, ce sera trop tard…
    159 health/science institutions globally all failed to cite even 1 record of “SARS-COV-2” purification, by anyone, anywhere, ever
    https://www.fluoridefreepeel.ca/68-health-science-institutions-globally-all-failed-to-cite-even-1-record-of-sars-cov-2-purification-by-anyone-anywhere-ever/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer