Israël: échec de la 4e dose face à Omicron

Les résultats d’une étude menée au centre médical Sheba en Israël ont révélé l’inefficacité de la « quatrième dose » du vaccin face au variant Omicron. Le niveau de protection offert par l’injection est relativement faible.

Protection élevée contre Alpha et Delta mais insuffisante contre l’Omicron

En Israël, la campagne concernant l’administration d’une quatrième dose de vaccin du vaccin Covid-19 chez les personnes âgées de 60 ans et plus et les immunodéprimés a débuté il y a déjà quelques semaines.

Les scientifiques ont mené une étude à l’hôpital Sheba de Tel-Aviv  pour vérifier la nécessité de cette nouvelle injection. Les résultats de la recherche ont dévoilé qu’elle offrirait une protection élevée contre les variants Alpha et Delta. En revanche, la quatrième dose est peu efficace face à l’Omicron.

La quatrième dose conseillée aux groupes à risque

Selon l’experte en maladies infectieuses, le professeur Gili Regev-Yochay, « l’essentiel est que le vaccin est excellent contre Alpha et Delta mais pour Omicron, il n’est pas assez bon ». Elle a donc déclaré que l’administration quatrième dose est recommandée pour les groupes à risques. Elle a ajouté qu’il serait toutefois nécessaire de modifier les recommandations en incluant uniquement les personnes plus âgées.

Notons que près de la moitié de la population en Israël a reçu trois doses de vaccin contre le Covid et plus de 537.000 personnes éligibles ont reçu une quatrième dose. Ces derniers jours, un record de contaminations a été enregistré. Cela dit, les hôpitaux ne sont pas débordés et le nombre de décès reste faible.

En parallèle, le gouvernement de l’Etat hébreu a décidé de réduire la durée de la quarantaine des personnes atteintes du Covid-19 vu que la situation sanitaire s’est améliorée et que le variant Omicron ne provoque que des symptômes plutôt légers. Ainsi, depuis lundi, elle est passée de 7 à 5 jours.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a averti sur les effets nocifs des rappels excessifs des vaccins , et que des rappels répétés tous les quatre mois pourraient même affaiblir le système immunitaire.

Ces doses de rappel sont également critiquées par le Directeur Général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, même si ce sont plutôt des condidérations politiques qui le motivent. Il  a déclaré qu’ « aucun pays ne peut se sortir de la pandémie  à coups de doses de rappel ». Il voudrait qu’il y ait assez de vaccins pour les pays “pauvres”.

Moi aussi, j'objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.
40 Shares:
2 commentaires
  1. “Les résultats de la recherche ont dévoilé qu’elle offrirait une protection élevée contre les variants Alpha et Delta. En revanche, la quatrième dose est peu efficace face à l’Omicron.”
    Ils n’ont toujours pas compris que ces doses à répétition sont la CAUSE de l’arrivée de ce variant échappant aux “vaccins” ?
    Heureusement que la nature est bien faite et qu’elle sélectionne les variants échappant aux “protections”, donc plus contagieux, mais aussi ceux qui sont moins dangereux (n’en déplaise à Castex).
    Sinon, on serait mort au sens propre du terme à cause de ces ânes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer