Starbucks n’imposera plus la vaccination ou les tests hebdomadaires à ses employés

À la suite de la décision de la Cour suprême des États-Unis, Starbucks a suspendu l'exigence de vaccin ou de test COVID-19 pour ses employés. Peu de temps après l'annonce, beaucoup se sont tournés vers les réseaux sociaux pour exprimer leur opinion sur la décision de l'entreprise, et le hashtag #BoycottStarbucks a rapidement fait le buzz.

Starbucks n’exigera plus que ses employés soient vaccinés ou testés

Le géant du café avait déclaré, le 27 décembre 2021, qu’il exigerait que ses quelque 220 000 employés américains soient entièrement vaccinés contre le COVID-19 ou subissent des tests hebdomadaires.

Or, le jeudi 13 janvier, la Cour Suprême des États-Unis a bloqué l’obligation vaccinale imposée par Biden aux employeurs privés, jugeant cette « politique » outrepassait l’autorité exécutive.

“Nous respectons la décision du tribunal et nous nous conformerons”, a écrit le directeur de l’exploitation de Starbucks, John Culver, dans une note envoyée, mardi 18 janvier, aux employés.

Dans cette note, Culver a déclaré que la société continuait d’encourager fortement les vaccinations et les rappels. L’entreprise a également déclaré aux travailleurs qu’ils ne devraient pas porter de masques en tissu pour travailler et devraient plutôt utiliser des masques chirurgicaux de qualité médicale.

Le 3 janvier, Starbucks a déclaré qu’il exigerait  que tous les employés soient vaccinés  avant le 9 février ou qu’ils soient soumis à une exigence hebdomadaire de test COVID. À l’époque, Culver a déclaré qu’il était de la responsabilité de la direction de Starbucks “de faire tout ce que nous pouvons pour vous aider à rester en sécurité et à créer l’environnement de travail le plus sûr possible”.

L’annulation de Starbucks est l’une des actions d’entreprise les plus médiatisées en réponse à la décision de la Cour suprême. De nombreuses autres grandes entreprises, dont Target, ont été muettes sur leurs projets.

Le hashtag « #BoycottStarbucks » enflamme les réseaux sociaux

C’était l’un des sujets les plus en vogue mercredi 19 janvier, le hashtag #BoycottStarbucks enflamme les réseaux sociaux.

« Favorisez les entreprises qui exigent des vaccinations et boycottez celles qui n’en ont pas besoin. #BoycottStarbucks », a posté l’auteur Barb Johansen Newman.

A l’inverse, les opposants aux « mandats de vaccination » ont salué la décision de la chaîne du café et considèrent comme de l’hypocrisie ces appels au boycott.

«Les démocrates menacent maintenant de #BoycottStarbucks parce qu’ils ont annulé leur mandat de vaccination pour les employés. Ils ne l’ont pas fait parce qu’ils sont tout d’un coup conservateurs, ils l’ont fait parce qu’ils ne trouvent pas d’employés. Les démocrates sont malades dans la tête, ils ne veulent pas passer à autre chose », a écrit l’auteure Brigitte Gabriel.

Le conservateur Scott Presler a tweeté : « En l’honneur de l’annulation par Starbucks du mandat de vaccination pour les employés, je vais m’asseoir devant un Starbucks avec mon ordinateur portable… Joe Biden a laissé les Américains en Afghanistan ».

Les boycotts peuvent avoir de l’importance pour une entreprise s’ils génèrent suffisamment de buzz, a expliqué Scott Steinberg, expert en marketing de marque et spécialiste des médias sociaux.

“Aujourd’hui, vous êtes vraiment damné si vous le faites, damné si vous ne le faites pas”, a ajouté Steinberg. « Nous sommes tellement polarisés, et les deux côtés sont retranchés. Sur les réseaux sociaux, nous voyons également des arguments être argumentés pour être argumentatifs. Il n’est donc pas si surprenant qu’un côté soit toujours en colère.”

“Tant que nous resterons divisés, du point de vue des entreprises, les entreprises continueront de risquer de s’aliéner un segment du marché”, a averti Steinberg.

En annonçant, début novembre 2021, cette réglementation, qui concerne 84 millions de salariés du privé, Joe Biden savait qu’il déclencherait une offensive tous azimuts des Républicains et de groupes représentant les entreprises.

Par contre, il n’avait, sans doute, pas anticipé l’ampleur des défaites juridiques qu’il subirait, ni la fracture profonde que cela allait provoquer au sein du peuple américain.

Moi aussi, j'objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.

About Post Author

39 Shares:
1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer