Marion Maréchal brise le sortilège “Le Pen”

30.05.1968, manifestation de soutien au général de Gaulle.

Les Droites de Husson n°34: (1) "Dallas à Montretout": rappel de la saison 4. (2) La saison 5, sans vous gâcher le suspense (3) Pourquoi Marion Maréchal est en train de vaincre la malédiction "Le Pen"

Retour sur la saison 4 de "Dallas à Montretout"

J’ai vu la nouvelle saison de “Dallas à Montretout”.  Je ne voudrais surtout pas tuer le suspense pour les lecteurs de cette lettre confidentielle.  Je vous promets que vous n’allez pas vous ennuyer. Je sais qu’il y a des nostalgiques des premières saisons: 

+ la saison 1, qui racontait l’ascension spectaculaire de Jean-Marie Le Pen, brisée par de douteuses formules antisémites

+ la saison 2, qui menait de la calomnie de Carpentras à l’arrivée de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle en 2002, après avoir surmonté la scission de Bruno Mégret

+ la saison 3, qui racontait le déclin politique du patriarche et l’ascension de Marine Le Pen, sa fille, jusqu’aux très bons 17% de l’élection présidentielle de 2012

Je rappelle les grandes lignes de la saison 4, essentielles pour comprendre la nouvelle saison: après son score très honorable au premier tout de la présidentielle de 2012, Marine (17%) n’avait pas pu se reposer longtemps sur ses lauriers. En effet le Patriarche avait convaincu sa petite-fille, nièce de Marine, Marion Maréchal, de se présenter aux élections législatives dans le Vaucluse; plus précisément à Carpentras, pour laver l’honneur de la famille: le clan Le Pen avait en effet été faussement accusé d’être à l’origine des profanations de tombes juives de Carpentras en 1991. Et Marion avait été élue député à la surprise générale !   

Cauchemar pour Marine, pendant cinq ans! Elle -même n’avait pas réussi à être élue député. Les médias n’avaient d’yeux que pour la jeune femme de vingt-deux ans, plus jeune député de l’histoire de France. Mais surtout, une étoile politique était née. De passage dans le Vaucluse, le vieux briscard mitterrandien Jean-Michel Boucheron avait regardé la petite fille de Jean-Marie Le Pen en action dans sa circonscription et on l’entendit un soir de l’hiver 2014-2015, dans un dîner parisien déclarer tout de go: “Elle a le talent politique d’un Mitterrand ou d’un Sarkozy”. 

L’animosité de Marine pour Marion était bien entendu alimentée par leur vision politique différente. Marine parlait de réunir les classes populaires de droite et de gauche tandis que Marion voulait faire l’union des droites, des dirigeants aux classes populaires; Marine voulait sortir de l’euro tandis que Marion pensait que c’était bien imprudent si l’on voulait être efficace sur les sujets d’immigration et d’identité; Marine se moquait des questions bioéthiques quand Marion en faisait un point central. 

A Montretout, cependant, personne n’était dupe: au lieu de faire de Marion son adjointe, pour pouvoir mieux la surveiller, Marine la tenait à distance. Elle ne pouvait pas supporter que Marion et les siens arrivent en tête dans les élections internes. Une véritable guerre avait été engagée par Marine contre sa nièce. 

Coup de théâtre à la fin de la saison:  de manière inattendue, Marion annonçait son retrait de la vie politique. 

La saison 5, sans trahir le suspense

La saison 5  commence cinq ans plus tard. Marine a eu le champ libre mais n’en a rien fait. Elle n’ jamais voulu se réconcilier avec Marion, malgré la main tendue – plusieurs fois  – par cette dernière. Au contraire, avec la rage de ceux qui ont souffert d’être sans cesse comparés à plus jeune, plus intelligent et plus travailleur que soi, Marine a systématiquement fait partir les amis et les soutiens politiques de Marion. Cela ne lui a pas apporté le succès pour autant. Aux élections européennes de juin 2019, le Front National rebaptisé Rassemblement National n’est arrivé que d’une courte tête devant le parti du Président. Aux élections régionales de juin 2021, une abstention record des électeurs du Rassemblement National a fait passer Marine en-dessous de 20% ! 

Pire encore, à l’élection présidentielle, un candidat se présente contre Marine et sur une ligne qui est proche de celle que Marion a toujours défendue: celle de l’union des droites. Il s’agit d’Eric Zemmour

Le premier épisode de la saison est intéressant parce qu’on voit le Rassemblement National de l’intérieur. Après avoir perdu largement au second tour de l’élection présidentielle de 2017, Marine a fait partir Florian Philippot, qui avait tenu l’appareil du parti et l’ avait confortée dans sa ligne “ni droite ni gauche”. Marion et d’autres s’étaient toujours plaints de l’emprise de Florian sur le parti. Mais quand d’autres prennent sa place, le mode d’organisation du RN, fondé sur le centralisme, la paranoïa, la mise à l’écart des gens considérés comme un peu trop intellectuels a continué. Le premier épisode se termine alors que le Patriarche fait l’éloge du candidat rival, Eric ! 

Le deuxième épisode est centré sur Marion. Dans la première scène, on la voit en février 2018,  prôner “Make France Great Again” devant un auditoire de conservateurs américains . De quoi faire souffrir Marine, qui n’a jamais osé parler anglais et n’a jamais été invitée à ce niveau. Puis on voit comment Marion crée une nouvelle école libre des sciences politiques. Là encore Marine dissimule sa jalousie en laissant ses proches expliquer que cette école est un fiasco complet  alors que sa nièce révèle un talent de chef d’entreprise et crée un lieu où peuvent se réfugier bien des universitaires qui fuient la culture woke des autres campus. Enfin, le dernier tiers de l’épisode est centré sur le mariage de Marion avec Vincenzo, un Milanais d’origine calabraise. Marine fait exprès d’organiser l’université de rentrée du Rassemblement National le jour du mariage de Marion. Et durant la réception, elle fait envoyer des messages aux membres du Rassemblement national qui assistent à la fête de Marion pour leur reprocher de ne pas être avec elle. 

Le troisième épisode monte en tension, comme le veut toute bonne saison d’une série à succès. Marion est venue voir Marine pour lui proposer, sinon une réconciliation, du moins un modus vivendi. La conversation vire rapidement à l’aigre. Les critiques ont raison de souligner que le dialogue est  un modèle d’enchaînement psychologique. Tout le ressentiment accumulé par Marine depuis des années, fruit d’un complexe d’infériorité se transforme, le temps d’une entrevue en arrogance et en sarcasmes. L’interprète de Marine est au sommet de son art. Et elle s’y maintient tout au long de l’épisode. Il y a ensuite une séquence extraordinairement conçue de la part du réalisateur.  Marine est interviewée dans la voiture qui l’amène à une réunion de campagne par un journaliste inexpérimenté d’une nouvelle chaîne YouTube qui s’appelle Livre Noir. Comme l’intervieweur manque encore de métier, Marine devient rapidement celle qui conduit l’entretien. Elle fait preuve d’une certaine condescendance vis-à-vis de son compétiteur Eric. Elle joue la tante bienveillante et bien au-delà de l’agacement vis-à-vis de Marion. Elle réécrit l’histoire de leurs relations. Cette séquence n’est ni trop longue ni trop courte et permet la montée en tension suivante.

Eric, le compétiteur, est à quelques encablures de Marine dans les sondages, lorsque la rumeur commence à se répandre que Marion pourrait soutenir la campagne d’Eric. En fait, une des qualités de Marion, c’est la discrétion. Dans l’épisode 2 de la saison, elle avait réussi à organiser un dîner avec des élus du parti LR au nez et à la barbe du tout Paris journalistique et politique, qui avait découvert la nouvelle le lendemain du dîner.

C’est pourquoi Marine décide de lancer une attaque préventive pour forcer sa nièce à se dévoiler. Sa garde rapprochée prend contact avec le journal souverainiste de gauche  Front populaire et fait savoir que c’est fait, ça y est, le rapprochement avec Eric Zemmour est imminent. 

Marion ne tombe pas dans le piège que lui tend Marine. Elle ne dit pas si elle va appeler à voter Eric. Elle explique qu’en tout cas elle ne votera pas Marine. Rupture ! L’épisode se finit sur un sommet : Marine versant des larmes, à la télévision, quand on l’interroge sur la trahison de Marion…..C’est du grand art ! Digne des meilleures scènes de Baron Noir ou de West Wing. 

Je m’arrête ici: la seconde moitié de la saison vous éclairera sur l’éventuelle alliance de Marion et d’Eric….Arrivés au point que je viens de décrire, vous n’êtes pas au bout de vos surprises. 

Pourquoi Marion Maréchal est en train de vaincre la "malédiction du clan Le Pen"

C’est un lieu commun du commentaire politique. Reconnaître le talent politique de Marion Maréchal mais ajouter que malheureusement elle n’y arrivera jamais à cause de son nom ! 

Il est d’ailleurs curieux que l’on s’obstine à enfermer dans leur lignée Marine Le Pen et Marion Maréchal après avoir critiqué Jean-Marie Le Pen pour sa complaisance envers une pensée de la lignée, éventuellement raciste. 

Ajoutons qu’il y a toutes les chances pour que la République dresse un jour un mausolée à Jean-Marie Le Pen. On finit toujours par vénérer les boucs émissaires, les diviniser même nous a dit René Girard

Mais l’enjeu est différent pour Marion Maréchal. Elle a déjà abandonné le nom “Le Pen” en 2018. Cependant, jusqu’à maintenant, elle hésitait à rompre complètement avec sa tante. “La politique a détruit ma famille”, lui a-t-on souvent entendu répéter.  Et puis elle a vu dans la campagne d’Eric Zemmour à la fois une chance et un risque pour elle. La chance: Zemmour accomplissait le “sale boulot” de “tuer Marine”; et la tentation pouvait être grande de le laisser faire; cependant, qu’aurait pesé Marion Maréchal à venir après la bataille? 

Quoi qu’elle décide ensuite, l’histoire politique retiendra la vitesse à laquelle elle a saisi l’occasion que lui tendait sa tante. 

En partant du Rassemblement National, elle avait suggéré à Marine Le Pen de cesser de livrer un vain combat. Mais Marine Le Pen n’a pas mis fin à sa vindicte. Pendant presque cinq ans, Marion Maréchal a esquivé tous les coups portés. Elle a écarté en septembre 2019 la possibilité d’une candidature à l’élection présidentielle. Mais rien n’y a fait: pour les élections régionales de 2021, Marine Le Pen avait choisi de ne pas reconduire les “marionistes”. 

Il y a un moment où, si l’on veut continuer à faire de la politique, on ne peut plus refuser le combat. C’est ce que vient de rappeler Marion Maréchal.

Jean-Marie Le Pen invite les deux femmes de son clan à une conciliation. Mais il est trop tard. Profitant de ce qu’Eric Zemmour brise le sortilège prononcé par François Mitterrand sur la droite, Marion Maréchal brise le sortilège dans le sortilège: celui qui voudrait qu’un héritier de la famille Le Pen soit condamné à ne jamais gagner en politique soit du fait des mauvaises plaisanteries de Jean-Marie Le Pen dans les années 1980; soit du fait de l’absence de travail et de méthode de Marine Le Pen. 

Rien ne le montre le mieux que la froideur analytique avec laquelle Marion Maréchal fait remarquer (voir le tweet reproduit ci-dessus) que jamais le Front/Rassemblement National n’a atteint les chiffres d’adhésion s – 90 000 – que connaît Reconquête, le parti d’Eric Zemmour.  Oui, Jean-Michel Boucheron a raison de souligner le sens politique de Marion Maréchal mais il se double d’une intelligence analytique, froide, comme il y en a peu dans la classe politique française. Elle voit la dynamique de terrain de la campagne d’Eric Zemmour. Et elle suppose que les sondages n’ont pas encore tout dit de la trajectoire du candidat. Quelles conséquences va-t-elle en tirer pour elle-même? A suivre.  

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

17 Shares:
10 commentaires
  1. Marion Maréchal a un potentiel nettement plus élevé que sa girouette de tante, pas besoin d’être grand clerc pour s’en apercevoir rapidement…!
    Il serait dommage qu’elle n’en fasse pas usage.

  2. Malédiction Le Pen. Pourquoi voir les problèmes par le biais de ceux qui les ont provoqués ?! Et ainsi non seulement ne pas exposer les auteurs à leurs responsabilités comme en plus inverser l’accusation ? Il y a un manque de discernement qui fini par être suicidaire. Malediction ou diffamation politique ? Autrement dit, ce qui c’est passé
    n’aurait pas été plutôt une campagne orchestrée de dénigrement d’un patronyme et une affabulation systematique autour d’une fausse étiquette politique alors que c’est chez ceux là même qui la menaient cette campagne qu’il, le fascisme, a cuvé pendant ces 40 années là, auprès du UMPS et des ramifications au-delà du Ps ?! D’où sortent ceux qui parmi d’autres perles, veulent empêcher les soins aux non vaccinés, sont empêtrés dans des conflits d’intérêt et vendent leur pays ? D’où viennent les éborgnés et les mains arrachées, etc etc ?

      1. Totalement d’accord. De toute façon LEPEN depuis le père avec Mitterand n’est que le pion du système qui a fait élire Mitterand à l’époque, Macron en 2017 et ce dernier compte bien sur elle pour recommencer en 2022. Espérons seulement que Zemmour est beaucoup plus haut que les sondages car s’il gagne la France a des chances de s’en sortir, s’il est dégagé, les néo libéraux vont se charger de nous !!!

        1. Hélas si Zemmour gagne, la France perd, son bla bla est inapplicable si on ne sort pas de l’UE, c’est un suppo sioniste qui sera pire que le micronibus parce qu’il est intelligent, c’est un leurre. Quant à Marine, on a tous vu qu’en bradant ses idées, elle est devenue une coquille vide. Ces élections, si elles ont lieu et j’en doute, c’est pour la cabale “pile je gagne, face tu perds” !

          1. Je mense que Z, s’il est élu, posera tôt ou tard mais plutôt très tôt, la question du référendum sur l’UE. Il est intelligent, il sait qu’il est impossible de faire quoi que ce soit attaché à lk’UE, mais les français ne sont pas prêts à entendre qu’il faut fuir et vite. Je pense qu’ils compte sur quelques cas concrets pour lancer le processus.

  3. C’est effectivement une série ou plutôt une novela interminable. Autant j’apprécie les séries US ou le Baron Noir ou Le bureau des légendes, autant j’ai du mal avec la saga Le Pen. C’est l’écriture mais aussi la qualité des seconds rôles qui fait la différence. Beaucoup de médiocrité au RN me semble t il. Je ne les fréquente pas mais je me souviens de ce livre Bal tragique au Front national: Trente ans au cœur du système Le Pen. Pas reluisant.

    J’estime Marine. Je ne sais pas quoi penser de Marion. J’espère et je crois que Marine, intelligente et sans aucun doute une force de caractère se gardera du mélodrame à la Evita Perón, qu’elle tiendra son rang. Désormais il faut penser Union des droites 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer