Hunter Biden a fourni des capitaux à des entreprises à l’origine de la création de laboratoires biologiques en Ukraine

La firme de Hunter Biden, Rosemont Seneca, aurait fourni des capitaux à des entreprises à l’origine de la création de laboratoires biologiques en Ukraine. L’une de ces entreprises, Metabiota de l’obscure virologue Nathan Wolfe, est surement la plus liée aux biolabs ukrainiens. En plein conflit russo-ukrainien et en pleine polémique concernant ces laboratoires, cette énième implication du plus jeune des fils Biden est un nouveau coup dur pour Joe Biden.

Les liens entre Hunter Biden et l’obscure société Metabiota

 Metabiota a été lancé avec l’aide du fils du président américain Joe Biden, Hunter Biden, et de sa société d’investissement Rosemont Seneca Technology Partners (RSTP), qu’il a fondée aux côtés du beau-fils de John Kerry en 2009.

En juin 2021,  The National Pulse a  détaillé le financement, par la société Biden, de Metabiota, basé à San Francisco.

Un rapport financier de juin 2015 montre que  RSTP a donné à Metabiota 30 millions de dollars pour aider à “protéger le monde contre la propagation des épidémies“.

Un an avant que le RSTP ne commence à financer Metabiota, la société de suivi des maladies s’est associée à la désormais tristement célèbre EcoHealth Alliance (EHA) dans le cadre du  projet Predict de l’USAID.

En 2021, grâce à Joe Biden, l’USAID a de nouveau  demandé l’aide d’EcoHealth Alliance et de Metabiota  pour une enquête financée par les contribuables sur ce qui pourrait causer la prochaine pandémie.

Le fondateur de Metabiota, le “chasseur de virus” Nathan Wolfe , siège également au conseil d’administration de l’EcoHealth Alliance de Peter Daszak et est membre du Defense Science Research Council de la DARPA. Wolfe est également l’un des jeunes leaders mondiaux du fondateur du Forum économique mondial, Klaus Schwab.

En 2016, Daszak,  a assisté à un forum de la Fondation Rockefeller aux côtés  du directeur scientifique de Metabiota, Edward Rubin, pour discuter du projet Global Virome, qui promeut une base de données internationale et un système de suivi “semblable au projet du génome humain”.

A noter qu’en 2014, Metabiota, l’EHA et l’Institut de virologie de Wuhan  ont tous été nommés comme chercheurs  dans une étude sur les maladies infectieuses dérivées des chauves-souris chinoises.

 Rosemont Seneca,, dont Hunter Biden est le co-fondateur, a fourni du capital (a investi dans) Metabiota comme indiqué sur le site Web de la firme en 2014.

Les liens entre Hunter Biden et les biolabs en Ukraine

En 2014, Metabiota, qui est spécialisée dans la détection, le suivi et l’analyse des épidémies potentielles, a signé un contrat  fédéral de 18,4 millions de dollars en tant que sous-traitant pour Black & Veatch en Géorgie et en Ukraine.

Black and Veatch Special Project Corp et Metabiota & Veatch partageait même un bureau situé au cœur de Kiev.

Lors d’une réunion en 2016 à Lviv, en Ukraine, des représentants de Black & Veatch et de Metabiota ont discuté de la sécurité, de la sûreté et de la surveillance biologiques avec des représentants de l’Ukraine, de la Pologne et des États-Unis.

Metabiota a fait connaître sa relation avec Black & Veach en 2018 :

« Aujourd’hui, Metabiota, le pionnier de la modélisation du risque épidémique, a annoncé qu’il avait obtenu un contrat de sous-traitance de Black & Veatch (B&V) pour soutenir le programme coopératif d’engagement biologique (CBEP) de l’Agence de réduction des menaces de la défense américaine (DTRA) en Irak dans le cadre du contrat intégrateur de réduction des menaces biologiques (CTRIC). Metabiota s’est également associée à B&V dans le cadre du Cooperative Threat Reduction Integrating Contract (Contrat d’intégration de la réduction de la menace coopérative CTRIC) III de la DTRA, récemment attribué, avec un plafond de contrat à livraison indéfinie/quantité indéfinie (ID/IQ) de 970 millions de dollars. »

 Or, lors d’une conférence de presse du lundi 7 mars, le chef des forces de défense contre les radiations, chimiques et biologiques de l’armée russe, Igor Kirillov, a mentionné une société privée américaine appelée Black & Veatch comme étant partenaire du Pentagone sur des projets secrets de biolabs ukrainiens.

“Une entreprise affiliée au ministère de la Défense (Black et Veatch avant tout) est impliquée dans la mise en œuvre des projets“, a-t-il déclaré.

En 2015, un  article d’Infowars  intitulé  « Pourquoi le Pentagone a-t-il besoin de laboratoires en Ukraine ? » évoque l’implication de Black & Veatch dans les biolabs.

Les laboratoires biologiques exploités dans le cadre du programme de la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) du Pentagone de 2008 à 2017 ont été construits et exploités par Black & Veatch après des travaux estimés à 215,6 millions de dollars .

D’ailleurs, La société américaine revendique d’avoir travaillé avec le Pentagone depuis 2003.

Le projet de Black & Veatch comprenait la construction de laboratoires en Ukraine, en Azerbaïdjan, au Cameroun, en Thaïlande, en Éthiopie, au Vietnam et en Arménie.

Aujourd’hui, nous avons la confirmation factuelle qu’il y a des Biolabs en Ukraine et que la société de Hunter Biden, Rosemont Seneca, a investi dans des entreprises qui construisaient ces laboratoires.

Pourquoi Joe Biden essai de démentir le fait qu’il y ait des laboratoires biologiques financés par les Etats-Unis en Ukraine… C’est peut-être parce que la société de son fils finançait les entreprises impliquées dans la construction de ces laboratoires en Ukraine et qu’il ne veut pas le peuple américain et le monde entier le sachent.

D’ailleurs, ce vendredi 11 mars pourrait être une (autre) très mauvaise journée pour Joe Biden. En effet, la Russie a demandé une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur les biolabs ukrainiens financés par le Pentagone. Celle-ci a lieu en ce moment même.

Moi aussi, j'objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.
1K Shares:
5 commentaires
  1. J’adore cet article factuel, et surtout sa locution première « La firme ». Pourquoi chercher plus loin quand aux USA elle est utilisée pour signaler les entreprises en lien avec la mafia ? Qui ne sait qu’Obama était Sénateur de Chicago ? Qui ne sait que les fraudes massives lors de l’élection POTUS 2020 étaient principalement localisées dans des capitales d’Etats autour des Grands Lacs ? Région originelle du Syndicat du Crime car les premiers italiens immigrés travaillèrent comme ouvriers, puis s’affilièrent aux syndicats ouvriers majoritaires dans la Rus Belt, dont ils prirent ensuite les commandes (menaces de mort, trafics en tous genres et d’influences, blanc-seing pour trouver un travail)… Régions qui votèrent historiquement socialiste donc « Démocrates »… L’Histoire parle autant que le présent. Les racines de ce qui se passe aujourd’hui sont donc relativement faciles à mettre à jour. D’autant que chez les Biden on est dans le socialisme des beaux quartiers. On s’intéresse au peuple et aux minorités lors des échéances électorales. Et basta ! Le reste du temps c’est « par ici l’oseille » – publique, propre quoi !

  2. Regardez ce documentaire de 2018 en Géorgie limitrophe à la Russie, des labos de recherche bactériologique
    (maladies des tiques, transport de pathogènes et non pathogènes par des moustiques relargués par drones, fièvre hémorragique du congo)
    sous contrat avec le Pentagone , avec des zones interdites d’accès aux nationaux(Géorgiens) et dont les scientifiques US ont des voiture diplomatiques,
    Des documents internes fuités révélant des informations très troublantes , ces labos échappant qui plus est à toute juridiction internationale
    la journaliste Bulgare est intervenue au parlement européen (conférence sur les armes biologiques)
    où était présent un responsable du ministère U.S à la santé (voir dans reportage) :

    Pentagon Biolaboratories – Investigative Documentary” 22 sept. 2018 par
    Dilyana Gaytandzhie “diplomatic Viruses”

    “The US Embassy to Tbilisi is involved in the trafficking of frozen human blood and pathogens as diplomatic cargo for a secret military program.
    Internal documents, leaked to Bulgarian journalist Dilyana Gaytandzhieva by Georgian insiders, implicate US scientists
    in the transportation of and experimenting on pathogens under diplomatic cover.
    According to these documents, Pentagon scientists have been deployed to the Republic of Georgia and
    have been given diplomatic immunity to research deadly diseases and biting insects at the Lugar Center – the Pentagon bio laboratory
    in Georgia’s capital Tbilisi. The military facility is just one of the many Pentagon bio laboratories in 25 countries across the world.”

    https://youtu.be/_8hQi2Zv1L0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer