Quel est le foyer originel de l’épidémie récente et internationale de variole du singe ?

On trouve beaucoup de publications sur la variole du singe dans la presse française depuis l’apparition des premiers cas début mai 2022. Environ 400 cas dans 26 pays ont été recensés au 28 mai 2022 alors que les premiers cas de cet épisode ont surgi simultanément dans plusieurs pays en zone non endémique. Cependant, l’une des questions essentielles qui consiste à déterminer le foyer originel de cette épidémie et les liens entre les personnes infectées n’est pas résolue.

Dans cette nouvelle épidémie – dont l’évolution reste encore incertaine faute de recul – le Royaume Uni est le pays qui a notifié le plus de cas en Europe au moment où nous rédigeons cet article (106 cas entre le 7 et le 28 mai 2022).

Cependant, l’impasse est faite sur l’analyse épidémiologique et la cinétique virale, c’est à dire l’identification du cas 0 et la traçabilité des cas contacts et le nombre de ces cas contacts infectés dans un délai déterminé. Cela e peut se faire qu’en début d’épidémie pour des raisons évidentes de traçabilité. Cette approche permet notamment d’estimer – dans les meilleurs délais – la contagiosité de la souche circulante et de mettre en place des mesures adaptées de prévention et de prise en charge de la maladie.

Une épidémie de monkeypox multi-foyers survenue simultanément en dehors des zones endémiques

Dans le cas de « l’épidémie de mai 2022 », il est en effet très surprenant de constater plusieurs départs d’épidémie qui touchent simultanément des personnes qui n’ont pas voyagé en zone endémique – à savoir l’Afrique de l’ouest et l’Afrique centrale (pas voyager du tout pour la très grande majorité) et qui vivent dans les 4 coins du monde. Ces personnes n’ont par ailleurs pas été en contact les unes avec les autres dans un aéroport, une gare, un lieu de rassemblement…

 Il faut lire un article du Monde accessible à tout public pour comprendre comment se repère un départ d’épidémie de variole du singe (ou de toute épidémie de nature infectieuse). Une étude parue dans le Lancet Infectious Diseases fait état de 7 cas de monkeypox humain établis au Royaume Uni entre août 2018 et septembre 2021. L’étude phylogénétique précise que le virus de mai 2022 est une souche ouest africaine, probablement le Nigéria qui avait fait une première incursion en 2018 et 2019 au Royaume Uni, en Israël et à Singapour. Les analyses phylogénétiques sont généralement rapides, elles sont d’ailleurs publiées sur le site https://virological.org.

La souche ouest africaine (taux de létalité d’environ 3%) est moins dangereuse que celle issue du bassin du Congo (taux de létalité d’environ 10%). Dans l’étude du Lancet précédemment citée, sept patients britanniques ont été identifiés parmi lesquels quatre ont contracté le monkeypox en dehors du Royaume Uni (voyage), alors que trois ont été infectés dans le pays (personnes issues d’une même famille). Deux patients avaient été identifiés peu de temps après leur retour du Nigéria. Le troisième patient était un personnel de santé qui avait été en contact avec l’un des deux voyageurs alors qu’il ne portait pas de tenue de protection. Monkeypox se transmets notamment par les voies respiratoires (gouttelettes de salive).

Des questions en suspens

La traçabilité de l’épidémie reste lisible pour les cas notifiés au Royaume Uni de 2018 à 2021 mais quid de l’épidémie actuelle ? Peu de voyages des premiers cas notifiés début mai 2022 en Europe, au Canada, aux Etats-Unis ou en Australie. Si les publications scientifiques incriminent, à juste titre, les voyages en zone endémique pour la transmission du monkeypox, pourquoi une implosion soudaine de cette épidémie en dehors de la zone endémique et sans voyage pour la plupart des malades diagnostiqués ?

Certains scientifiques font l’hypothèse d’un réservoir actif chez l’homme après le traitement et la guérison des patients atteints de monkeypox, ce qui pourrait expliquer une résurgence épidémique en dehors des zones endémiques. Cela reste une hypothèse mais on aurait alors établi un lien (contact) entre les nouveaux cas de mai 2022 et d’anciens cas, ce qui n’a pas été évoqué. Par ailleurs, la survenue simultanée de différents foyers épidémiques dans plusieurs régions non endémiques ne permet pas de valider une telle hypothèse.

Les dossiers d'Aventin

Retrouvez les dossiers de référence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin être informé clairement et avec rigueur sur la situation
ESSENTIEL
76 Shares:
18 commentaires
    1. Le ministère de la défense russe, dans une nouvelle déclaration le 27 Mai dernier, fait état de problèmes de sécurité flagrants dans les laboratoires d’armes de biotechnologie américains en Ukraine. Sur fond des constatations établies, le ministère sollicite de la part de l’OMS un rapport urgent dont les résultats devront être communiqués à la communauté internationale, sur la sécurité des laboratoires financés par les USA au Nigéria. Il s’agirait de 4 laboratoires. Selon le journaliste indépendant allemand, T. Röper, résidant à St. Petersburg, aucun des experts interrogés par les médias russes ne croit à la fortuité d’une réapparition de la variole, qui serait désastreuse pour l’humanité. T. Röper rappelle qu’en Mars 2021, un scénario de lutte contre la résurgence d’une épidémie de variole à dater du 15 Mai 2022, avait fait l’objet d’une étude lors de la Conférence sur la Sécuritè de Munich.

      https://www.anti-spiegel.ru/2022/besteht-ein-zusammenhang-zwischen-den-affenpocken-und-der-us-biowaffenforschung/

      1. Comme tout ce qui provient d’une source officielle russe, qu’elle soit soviétique ou néosoviétique, cette déclaration est à prendre avec autant de précautions que certaines dépêches de l’AFP.

        Répondre moderated
  1. Au point où l’on en est, allons, soyons fous… et s’il s’agissait d’un effet secondaire (voulu ou non) provoqués par certaines des dernières injections !!

    Répondre moderated
    1. Personnellement, je pencherais pour l’hypothèse d’effets “secondaires programmés” des injections expérimentales. Destruction de l’immunité, et composition même des produits (qui changent pour ce que l’on en sait). C’est un programme qui se déroule selon un agenda précis, nous avons été avertis par les auteurs mêmes des forfaits ! Par ailleurs, les modes de transmission sont approximatifs, dans l’information donnée au public par les MMS, faites vos recherches, comme d’habitude.

  2. Hypothèse possible : et si les piqûres récemment signalées dans les night-clubs avaient justement servi à inoculer la pustule de la banane ? (notamment parce que dès qu’une saloperie émerge quelque part, les zobèses y dépêchent une “équipe médicale” (venant la plupart du temps de Dugway)).

    Répondre moderated
  3. déjà 7 cas en France et DEJA la ministre de la santé est en panique !
    et encore ! la transmission se fait par voies aériennes…….
    vite vite vite TOUTE LA FRANCE MASQUEE jusqu’au yeux et PARTOUT PARTOUT PARTOUT et même les bébés sortant du sein de leur mère…
    vite vite vite PANIQUER TOUTE LA FRANCE ET VACCINER TOUTE LA FRANCE, il faut remplir les caisse de PFIZER….
    c’est MAC KYNSEY qui l’a dit….. vite vite macron OBEIT vite et donne toute autorité à l’OMS
    (mais ça c’est déjà fait)

    perso, je CROIS DUR COMME FER que cette nouvelle épidémie a été PROGRAMMEE et REPANDUE par B. GATES qui est venu sur A2 nous prévenir et par l’OMS en personne qui nous a prévenu en décembre 2021 qu’il y aurait UNE HORRIBLE PANDEMIE MORTELLE DE VARIOLE EN SEPTEMBRE 2022 ; c’est en mai 2022 que ça commence……
    GREAT RESET / NOUVEL ORDRE MONDIAL / EXTERMINATION DE LA POPULATION TERRESTRE…. NORMAL ! SCHAWB ATTALI GATES OMS LE NOUVEL ORDRE MONDIAL EST BIEN EN MARCHE ET FONCTIONNE TRES BIEN :
    MALADIE / CONTAGION / GUERRE / FAMINE / MORT……. tout va très bien….

    Répondre moderated
  4. Est-ce qu’il y aurait un lien avec le vaccin Astrazénéca qui comporte de l’ADN de singe, un lien de cause à effet?

    Répondre moderated
  5. Et personne ne demande si les cas de monkeypox sont des gens vaccinés ?
    Je pense que ce sont des effets secondaires de l injection,parmis d autres…

    Répondre moderated
  6. Comme tout ce qui provient d’une source officielle russe, qu’elle soit soviétique ou néosoviétique, cette déclaration est à prendre avec autant de précautions que certaines dépêches de l’AFP.

    Répondre moderated
    1. Et quelles sont les sources fiables que vous recommandez ? L’épidémie de 2003 aux USA n’a pu être rapidement circonscrite que grâce à l’identification rapide, elle aussi, du foyer initial . Dans le cas actuel , si vous avez lu l’article ci-dessus, l’affaire se présente tout autrement. Et puis, pour ce qui est de la fiabilité des autorités russes, apprenez à vous garder des préjugés et considérez plutôt que le Pentagone a il y a peu, soudainement retiré de son site internet toutes les factsheets concernant ses actvités dans les laboratoires de recherche biotechnologique ukrainiens.

  7. Une petite épidémie de monkey pox s’est déclarée aux USA en 2003. La source première en était des rats de Gambie importés d’Afrique ayant contaminé des “Prairie dogs” de la Prairie. Une quarantaine de personnes ont été infectées dans plusieurs états, tracées, traitées et l’épidémie fut rapidement circonscrite.

    Répondre moderated
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer