La propagande sur les bienfaits des vaccins sur les enfants continue

A doctor making a vaccination to a child

Au cours de ce mois de juin, les conseillers du régulateur américain du médicament devront se réunir pour discuter de l’autorisation du vaccin de Moderna pour les enfants âgés de 6 mois à 6 ans et du vaccin Pfizer/BioNTech pour les enfants âgés de 6 mois à 5 ans. Plusieurs points seront discutés lors de cette réunion. Voici les informations concernant les deux vaccins qui pourraient bénéficier d’une autorisation de mise en vente sur le marché bientôt.

Alors que les données provenant de l’Etat de New York avaient mis en évidence le manque d’efficacité du vaccin Pfizer pour les enfants de 5 à 11 ans. Voilà que dans un communiqué, la cheffe par intérim de l’Agence américaine des médicaments (FDA), Janet Woodcock, avait mis en avant la nécessité de vacciner rapidement les enfants de moins de 5 ans, en déclarant: “Avoir un vaccin sûr et efficace disponible pour les enfants de cette classe d’âge est une priorité pour l’agence“. Si au départ la vaccination avait pour objectif de protéger les personnes à risque, les autorités sanitaires ne voyaient pas l’intérêt de procéder à des injections sur des enfants dont l’immunité est encore très élevée. En effet, depuis le début de cette pandémie, aucun variant agressif pour les enfants n’est apparu. Aussi est-on en droit de s’interroger sur les raisons d’une telle demande.

Les deux vaccins proposés et les doses nécessaires

Après la demande d’autorisation en urgence du vaccin anti-covid de Moderna pour les enfants de moins de 6 ans, les conseillers de la FDA vont se réunir le 15 juin prochain concernant l’utilisation des vaccins Spikevax de Moderna pour les enfants de moins de 6 ans et du Cominarty de Pfizer et BioNTech pour les moins de 5 ans.

Moderna propose l’administration de deux de doses de son vaccin Spikevax. Lors de l’essai clinique, les deux injections ont été réalisées à 28 jours d’intervalle. Par ailleurs, Moderna a utilisé une dose de 25 microgrammes au total. Les bénéficiaires cibles sont les enfants âgés de 6 mois à 6 ans.  

Pour l’alliance Pfizer/BioNTech, lors de l’essai clinique, le laboratoire a opté pour un schéma de trois doses de son vaccin Cominarty avec une formulation de 3 microgrammes en 3 injections. Les deux premières injections ont été réalisées à trois semaines d’intervalle. Quant à la troisième dose, elle a été administrée trois mois après la seconde dose.

Notons que les bénéficiaires sont les enfants âgés de 6 mois à 5 ans. L’alliance prévoit déposer ces résultats auprès de la FDA à partir de cette « semaine, mais également auprès des agences de régulation à travers le monde », a déclaré le PDG de Pfizer dans un communiqué.

L’efficacité et la sûreté des vaccins

Selon Moderna, l’essai clinique a été réalisé sur environ 6700 enfants. Les données fournies ont révélé que la protection contre les infections symptomatiques offerte par le Spikevax était de 43,7 % pour les enfants de 6 mois à 2 ans et de 37,5 % pour les enfants de 2 à 6 ans. Les effets secondaires détectés étaient légers et modérés dans la plupart des cas.

On cite entre autres la fièvre similaire à celle qui se manifeste après l’injection d’autres vaccins pédiatriques. Seul 0,2% des enfants présentait une fièvre supérieure à 104 degrés Fahrenheit. Les données fournies par Moderna n’indiquent aucun cas de péricardite ou de myocardite, des effets secondaires observés chez les jeunes hommes ayant reçu des vaccins à ARNm.

En ce qui concerne le vaccin Cominarty, Pfizer n’a pas encore établi le chiffre d’efficacité définitif suite à l’insuffisance des cas symptomatiques enregistrés pendant l’essai clinique. Toutefois, une première analyse réalisée auprès de 10 enfants de moins de 5 ans infectés par le variant Omicron a montré un niveau de protection de 80,3%.

Quant à la sûreté du vaccin de Pfizer, les effets secondaires observés chez les 1678 enfants vaccinés sont aussi légers ou modérés.  Dans un communiqué, Albert Bourla, PDG de Pfizer avait déjà fait savoir que « trois doses du vaccin seront nécessaires pour les enfants âgés de 6 mois à 4 ans afin d’atteindre des niveaux élevés de protection contre les variantes actuelles et les futures variantes potentielles. »

Pour rappel, en février l’alliance avait sollicité une autorisation de son vaccin auprès de la FDA, mais après avoir effectué un test à deux doses, il a été constaté que les injections n’étaient pas en mesure d’atteindre le seuil d’immunité attendue pour les enfants de moins 5 ans.

L’utilité de la vaccination des jeunes enfants

La vaccination des jeunes enfants reste encore un sujet de débat. Nombreux sont les parents qui hésitent à faire vacciner leurs progénitures. Aux Etats-Unis, avec la vague Omicron, le nombre d’enfants infectés était élevé. Les experts estiment que l’immunité naturelle diminue au fil du temps.

Ainsi, les enfants vaccinés bénéficient d’une meilleure protection contre les maladies graves, les hospitalisations et les décès d’après le Dr Matthew Harris, médecin urgentiste pédiatrique au Northwell Health de New York.

Pourtant, avouons-le, la vaccination des enfants reste un choix hasardeux, à ce jour, aucune étude fiable n’a prouvé formellement l’innocuité de ces vaccins chez eux. La vaccination n’est ouverte au grand public que depuis quelques mois, à ce jour on ignore encore les effets secondaires du vaccin d’ici 5 ou 10 ans, notamment chez les enfants.

Les dossiers d'Aventin

Retrouvez les dossiers de référence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin être informé clairement et avec rigueur sur la situation
ESSENTIEL

Encore + de confidentiels et d'impertinence ?

Le fil Telegram de Rester libre ! est fait pour ça
103 Shares:
7 commentaires
  1. Donc nous avons un produit qui ne protège en rien, ne bloque pas la transmission et comporte des effets secondaires non negligeables d’un côté et une tranche de la population qui ne risque rien de l’autre… Allez on fonce !
    Le monde a déraillé à quel moment ?

  2. C’est pas un choix hasardeux c’est criminel, c’est du génocide et de la stérélisation déguisée dans un soin sanitaire. A vomir ce genre d’article qui ose encore mettre des pincettes et se poser des questions alors qu’il n’y a pas de questions à se poser…quand vous voyez Fauci – Gates – Schwab, Tedros – avez-vous vraiment envie de faire confiance à ses sinistres personnages ?

    Ce sont des pauvres types, des psychopathes qui ne se cachent plus que nous sommes trop sur cette terre et donc ils ond décide de procéder à un programme de dépopulation.

    Un enfant comprendrerait cela et donc tous ces pseudo-journalistes qui osent encore adopter une narration du genre “Mais pourquoi ? Mais est-ce vraiment utile ? Peut-on parler d’un vrai coût – bénéfice ? ne sont que des idiots utiles qui veulent encore argumenter sur un sujet et face à des individus qui représentent le mal absolu et qui seront jugés demain pour “Crimes de Guerres et Génocide de Masse”.

    Maintenant si la journaliste pense que ces personnes nous veulent du bien et nous protéger et bien autant donner ses enfants à Jimmy Saville et Marc Dutroux ou toute cette élite pédophile…peut-être que le coût – bénéfice est toujours favorable non ?

    Répondre moderated
  3. Avant d’envisager une quelconque injection adulte comme enfants, vu les effets secondaires chez les injections adultes, il serait peut etre quand meme temps de s’interesser au contenu de ces poisons , non ?

    Répondre moderated
  4. qui peut arrêter cette folie ???? Pauvres enfants j’ai de la peine pour vous et quel avenir vous attends !!!!avec ces psychopathes hypocrites . c’est le combat des parents il ne faut pas laisser faire .notre seule arme c’est dire non .notre devoir est de protéger nos enfants. Réveillez vous chers parents .

    Répondre moderated
  5. Une cohorte de 6700 enfants est tout à fait insuffisante car elle ne permet pas de détecter des effets secondaires rares. Et une protection contre les infections symptomatiques de 43,7 % pour les enfants de 6 mois à 2 ans et de 37,5 % pour les enfants de 2 à 6 ans montre une chose: l’inefficacité du produit puisqu’en-dessous de 50%, on considère qu’un vaccin est inefficace.
    Mais on sait bien qye ces simulacres d’essais sont destinés à faire des communications pour emporter la décision des parents. Lesquels devraient se demander s’il est même éthique de faire des essais sur des enfants alors que la maladie ne les touche pas vraiment…
    Voici un argumentaire qui aborde tous les sujets autour de la vaccination, et qui vise à faire réfléchir ceux qui prendraient la responsabilité de leur injecter ces produits faussement appelés “vaccins”
    https://lepointcritique.fr/2022/04/22/vaccination-obligatoire-enfants-injectes-quoi-qu-il-leur-en-coute/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer