Artemisia vulgaris : le potentiel pharmacologique de cette plante divinatoire

L’artemisia regroupe plus de 400 variétés, dont l’artemisia vulgaris, également appelée « Armoise commune » ou « Armoise vulgaire ». Cette plante utilisée depuis 2000 ans dans la médecine traditionnelle chinoise fait toujours partie de sa pharmacopée à l’heure actuelle. Les racines, les feuilles, les tiges et les fleurs de la plante sont toutes utilisées en médecine traditionnelle pour fabriquer des teintures, des extraits, des tisanes, des poudres et des huiles essentielles.  Mais à quoi sert-elle exactement ? Peut-on la cultiver chez soi ? Comment l’utiliser ? Y a-t-il des précautions à prendre ?

L’artemisia vulgaris, d’où vient cette plante médicinale ?

L’Artemisia vulgaris est une plante apparentée à l’herbe à poux utilisée en cuisine et en phytothérapie. Cette plante vivace aromatique atteint environ 2 mètres de haut et dont les feuilles mesurent environ 2,5 à 20 cm de long. On peut également identifier l’artemisia vulgaris aux nombreux capitules. On pense entre autres qu’elle stimule l’énergie, calme les nerfs, favorise la digestion, soulage les démangeaisons et la douleur et favorise des règles régulières.

Également appelée armoise commune, armoise vulgaire, ou armoise citronnelle, elle a été mentionnée pour la première fois au premier siècle par le médecin botaniste Dioscoride qui avait déjà dressé un inventaire important des remèdes à base de plantes médicinales. Les thérapeutes chinois en connaissaient également les vertus depuis plus de 2000 ans.

Elle est présente dans toutes les zones tempérées de l’hémisphère nord. C’est une plante qui pousse un peu partout en France, sur tous les types de sols que celui-ci soit sec ou riches en humus, à condition qu’il ait une acidité moindre et qu’il soit bien exposé au soleil. Elle est donc très facile à cultiver chez soi et nécessite peu ou pas d’entretien.

Elle est utilisée comme massif  et haies dans les jardins et peut pousser sur les terrains en friche. Elle possède des feuilles très découpées à la couleur blanche ou gris très clair sous le dessous, et verte sur le dessus. Ce côté est recouvert d’un léger duvet. Elle n’est cependant pas aussi parfumée que l’artemisia annua.

En cuisine, elle sert à aromatiser les plats riches en matières grasses et en sauces mijotées afin d’en faciliter la digestion. Son utilisation dans les recettes à longue cuisson n’affecte pas sa saveur qui est toujours préservée. Elle permet aussi d’assaisonner les viandes grasses.

Le potentiel botanique et pharmacologique de l’armoise vulgaire

L’Artemisia vulgaris possède de nombreuses propriétés qui lui permettent d’être aussi bien utilisée comme aromate que comme remèdes contre diverses pathologies plus ou moins graves.  Selon une étude publiée en 2018 dans la Food Research International, elle possède une longue histoire dans le traitement des maladies humaines par les plantes médicinales dans plusieurs pays.

Cette plante médicinale possède effectivement un large spectre de propriétés thérapeutiques :

  • Antipaludique ;
  • Anti-inflammatoire ;
  • Antihypertenseur ;
  • Antioxydante
  • Antitumorale ;
  • Immunomodulatrice ;
  • Hépatoprotectrice ;
  • Antispasmodique.

Ces propriétés sont principalement attribuées à diverses classes de métabolites secondaires de la plante, dont les flavonoïdes, les acides phénoliques, et les acides organiques.

Les bienfaits de cette plante médicinale

Soulager les douleurs menstruelles

Traditionnellement, cette plante est le plus couramment utilisée pour traiter les problèmes liés aux menstruations et à la digestion, ainsi que pour se débarrasser des vers intestinaux.

Les femmes ayant des problèmes avec leur cycle menstruel peuvent également utiliser l’artemisia vulgaris étant donné qu’il s’agit d’une plante dite emménagogue. Elle a la capacité de stimuler la circulation et le flux des menstruations. Elle peut aussi aider à soulager les douleurs menstruelles ou dysménorrhées. Celles-ci peuvent être très importantes, mais sans forcément avoir de complications.

Cependant, elles peuvent être les symptômes de maladies touchant les organes génitaux, dont l’endométriose. Dans ce contexte, il est indispensable de consulter, dans la mesure où elles sont souvent source d’autres problèmes de santé. Ses propriétés abortives sont utilisées par certaines populations pour aider les futures mamans à accoucher plus facilement. L’artemisia est posée en cataplasme sur leur ventre pour que l’expulsion du bébé et du placenta puisse se dérouler sans difficulté majeure.

Soulager les troubles digestifs

Elle permet également de soulager les troubles digestifs, car elle favorise l’assimilation des aliments par l’organisme en produisant des sucs gastriques. Les personnes souffrant d’anorexie en particulier peuvent en consommer régulièrement afin de stimuler l’appétit.

En 2009, le Dr Arif-Ullah Khan, Doyen et directeur en Sciences pharmaceutiques au Collège médical international islamique au Pakistan, a publié une étude dans le Journal of Ethnopharmacology. Celle-ci a permis de mettre en évidence les propriétés antispasmodiques et antidiarrhéiques de l’artemisia vulgaris. Elle a également clairement explicité ses agents anticholinergiques qui ont la capacité de bloquer l’acétylcholine dans certaines maladies, telles que la maladie de Parkinson.

Renforcer l’énergie vitale

Dans la médecine traditionnelle chinoise, l’armoise est utilisée dans un processus appelé « moxibustion ». Ses feuilles sont formées en bâtons ou en cônes de la taille et de la forme d’un cigare, puis brûlées sur ou au-dessus d’un point d’acupuncture pour libérer de l’énergie.

La moxibustion est pratiquée depuis plus de 3 000 ans en Chine et ses partisans affirment qu’elle peut renforcer et réchauffer le sang et l’énergie vitale, et traiter les inflammations et les cancers. En comparaison avec l’acupuncture, la plupart des applications courantes de la moxibustion sont non invasives, elles peuvent donc être acceptées par les personnes plus facilement. En tant que l’une des thérapies majeures de la MTC, il existe une abondante littérature sur l’histoire de moxibustion qui a montré que la moxibustion est applicable à de nombreuses maladies, en particulier pour les affections chroniques, le schéma déficient d’une maladie, la prévention de la maladie et la préservation de la santé.

Cette étude publiée en 2011  montre comment la fumée de moxa peut améliorer le système nerveux autonome et induire un effet relaxant sur le corps. Les 24 volontaires sains exposés à la fumée de moxa avaient des réductions significatives de la fréquence cardiaque et également des changements significatifs dans les paramètres de la VRC. Les résultats ont démontré que la fumée peut améliorer l’activité du système nerveux autonome. En même temps, l’inhalation de cette fumée induit un effet dépresseur sur le corps humain.

Plante divinatoire (car la déesse Artémis lui a donné son nom),  l’armoise procure également des visions prophétiques. L’huile essentielle de l’armoise vulgaire peut ralentir le fonctionnement cognitif, rendre l’état de veille un peu plus « onirique » ou améliorer l’activité mentale et la concentration. Certaines personnes appliquent une ou deux gouttes sur leur oreiller avant de se coucher afin de promouvoir des rêves plus clairvoyants. (source : Books of Dante, 2020)

Posologie : comment prendre l’artemisia vulgaris?

Les racines réduites en poudre et ensuite diluées dans de l’eau sont utilisées pour favoriser le sommeil, mais aussi apaiser le stress, ou les crises d’hystérie comme le stipule François-Joseph Cazin au XIXe siècle, dans son Traité pratique et raisonné des plantes médicinales indigènes.

Les feuilles sont les parties les plus couramment utilisées dans la pharmacopée traditionnelle. Mais les inflorescences peuvent aussi servir à traiter certains maux. Ainsi, pour faciliter la digestion et le transit intestinal, infusez 1 à 1,5 g de feuilles et fleurs sèches dans ¼ de litre d’eau. Buvez ensuite cette tisane une demi-heure avant le déjeuner et le dîner.

Pour soulager les douleurs menstruelles, buvez une tisane à base d’artemisia vulgaris 10 jours avant les règles, en répétant l’opération jusqu’à ce que les douleurs disparaissent. Prenez 25 g de feuilles et de sommités fleuries et infusez-les pendant environ 15 min dans un litre d’eau bouillante. Buvez ensuite la tisane trois fois par jour. Si vous préférez les gélules, prenez 1g trois fois par jour.

Bien évidemment, il est recommandé de consulter un médecin avant tout traitement, car ces conseils à titre indicatif ne remplacent en aucun cas l’avis d’un professionnel de santé.

Quelles précautions prendre ?

En France, l’armoise vulgaire n’est pas en vente libre, car elle présente des risques éventuels de toxicité en cas de surdosage. L’huile essentielle en particulier est dite neurotoxique, potentiellement épileptisante et convulsivante, car elle est richement dotée de cétones. 

Néanmoins, elle est recommandée contre l’épilepsie à très faibles doses  (source : Books of Dante, 2020). Par ailleurs, elle est dite oestrogen-like, c’est-à-dire qu’elle aurait les mêmes comportements qu’un œstrogène humain. Dans ce cas, elle est à éviter chez les personnes souffrant de cancer œstrogéno-dépendant. Elle est aussi à proscrire chez les femmes enceintes, car elle est réputée abortive.

About Post Author

77 Shares:
3 commentaires
  1. En MTC, ce n’est pas l’armoise vulgaire qui est utilisé. Soit c’est Qing Hao Herba Artemisiae Annuae, de nature froide et amère et disperse la chaleur par defficience, soit c’est Ai YE ( Artemisia argyi )dont on se sert pour les moxa , qui est amer et chaude qui pénètre dans les méridien et chasse le froid. On voit bien que du point de vue de la Mtc , ces plantes ne font pas du tout la même chose ! attention à utilisation intempestive de l’armoise annuelle qui risque de “flinguer” le fonctionnement de rate-esto … HH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer