L’antiracisme pour tous sauf pour les Russes?

A cause d'une directive interne prise à la suite de l'invasion de l'Ukraine, le ministère des Armées a décidé d’interdire aux ressortissants russes l’accès au château de Vincennes dans le Val-de-Marne. Le 30 juillet dernier, deux femmes russes se sont vu refuser l'entrée. Mais le cabinet du ministre des Armées Sébastien Lecornu a contacté l'AFP mardi pour exprimer ses regrets qu’il s’agît d’un manque de discernement. Il a assuré que les Russes étaient toujours autorisés à pénétrer dans ses zones touristiques. Incident malheureux ou signe d'une russophobie répandue dans le monde occidental?

En réaction aux attaques militaires russes en Ukraine, les pays européens et nord- Américains ont imposé plusieurs paquets de sanctions contre la Russie. Elles comprennent des sanctions économiques, diplomatiques, des sanctions imposées aux médias, des sanctions sportives…Malgré tout, ces sanctions impressionnantes n’ont pas fait la preuve de leur efficacité. Plusieurs voix européennes les accusent même d’être responsables de la hausse des prix de l’énergie. Par ailleurs, ces sanctions ont aussi mené à – ou se sont accompagnées d’ une montée d’intolérance envers les Russes voire une diabolisation de ces derniers dans les territoires dont les gouvernements sont hostiles au Kremlin.

Simple restriction d'accès aux « bâtiments militaires » pour les Russes ?

Le ministère des Armées a pris certaines mesures depuis le début de la guerre en Ukraine. A cet effet, une directive interne interdit aux ressortissants russes d’accéder au château de Vincennes dans le Val-de-Marne.

Le 30 juillet, deux femmes russes se sont vu refuser l’entrée au château d’après leur témoignage sur AFP. Lorsqu’elles ont demandé les raisons, les gardiens ont rétorqué « parce que vous êtes Russes ».

On aimerait bien savoir comment les gardiens ont identifié les deux femmes ! 

L’une de ces femmes est une journaliste qui a quitté la Russie à cause de la guerre. Elle est présente en France depuis environ 5 mois d’après l’AFP. Notons qu’il est possible de demander une visite lorsqu’elle est relative à des fonctions journalistiques.

En effet, interrogé par l’AFP ; le ministère des Armées a justifié cette décision afin de « restreindre l’accès aux emprises militaires du ministère aux ressortissants russes ». Le ministère des Armées a expliqué que le lieu renfermerait un des centres du Service Historique de la Défense (SHD). Mais selon le ministère, les « demandes relatives aux fonctions journalistiques » pouvaient être effectuées. Cependant, l’information diffusée par l’AFP a suscité un  malaise qui a fait sortir de la routine de la communication du Ministère de la Défense. C’est remonté jusqu’au Ministre!

Mardi, le cabinet du ministre des Armées, Sébastien Lecornu, a contacté l’AFP et a assuré que ce genre d’incidents ne se reproduirait plus. Il a reconnu un « manque de discernement de la règle édictée en février pour toutes les installations militaires ».

Il est évident que cette règle ne peut pas être utilisée de la même manière sur les bâtiments stratégiques et sur les lieux ouverts au public, comme les musées.  Il a précisé que les Russes étaient toujours autorisés à accéder sur ces sites touristiques comme le château de Vincennes, le Musée de l’air et de l’espace ou les Invalides. En revanche, l’accès aux « bâtiments stratégiques reste restreint pour les Russes » a-t-il insisté.

L'antiracisme pour tous sauf pour les Russes?

Dans notre société où la communication remplace souvent la politique, le Ministre français de la Défense a essayé de retomber sur ses pieds. Mais cela ne doit pas nous détourner de poser la question de la russophobie, phénomène occidental. 

Depuis le début du conflit, la consigne a été simple en Amérique du Nords et au Japon, pour soutenir l’Ukraine, il faut bannir tout ce qui provient de Russie. Nombreux ont été les Russes installés en Europe et en Amérique du Nord à subir des marques de rejets aussi bien dans leur vie professionnelle que personnelle.

En France, ils seraient quelques 1500 Russes et français d’origine russe à avoir leurs comptes bancaires bloqués. Au lendemain de l’invasion de l’Ukraine, les établissements bancaires avaient eu pour instruction des impératifs de contrôles sur “toutes les opérations de tous les clients russes et ceux portant un nom à consonance slave”.  Un tel énoncé  ne manque pas de surprendre dans des sociétés qui se glorifient de leur antiracisme !

Toutes les opérations bancaires courantes sont devenues inaccessibles pour les personnes concernées.Tel fut le cas du compositeur français, Evguenie Galperine: tous ses comptes à la Banque Postale ont été suspendus. Il s’est dit extrêmement déçu “de voir que le pays qu’il pensait être le sien ne l’est pas vraiment et ne le sera certainement jamais”. Mais de son côté, la Banque postale a répondu que cette clôture n’avait aucun lien avec les origines d’Evgueni Galperine. La banque n’avait pas donné plus de précisions, en invoquant le secret bancaire. Une pétition a été lancée en mars sur le site change.org recueillant plus de 3.500 signatures.

Certains clients ont décidé de porter plainte et dénoncent l’excès de zèle des banques. Les clients déplorent les méthodes discriminatoires, et soulignent, souvent avec humour, qu’ils ne sont ni “oligarques” ni proches du pouvoir pourtant leurs comptes ont été bloqués sans ménagement, ni préavis, ni mail, ni appel.

Beaucoup craignent que plus le conflit s’enlise, plus la diffusion de préjugés va être importante, un bashing anti-russe qui peut vite devenir du racisme, de la xénophobie. 

Plusieurs artistes russes ont déjà été déprogrammés d’événements culturels. Le monde du sport ne fait pas exception, les athlètes russes sont écartés des grandes arènes internationales.

On pourrait multiplier les exemples occidentaux de cette russophobie ordinaire, à l’opposé des principes dont se réclament les “démocraties libérales”. Ainsi le gouvernement norvégien a-t-il dû présenter des excuses officielles au gouvernement russe après qu’une diplomate du pays nordique avait déclaré dans un hôtel à Mourmansk, “Je hais les Russes”. 

About Post Author

46 Shares:
7 commentaires
  1. La manipulation médiatique bat son plein. Ce n’est pas nouveau mais ça a prit une ampleur démesurée depuis le début de la crise covid. Nous savons bien que tous les médias mainstream sont soit au service du grand capital soit au service de l’état. Ce qui revient à la même chose vu que la finance mondialisée a corrompu nombre de politiques dans tous les pays. Ce qui est inquiétant c’est que des citoyens normalement cultivés et intelligents puissent se fourvoyer dans cette russophobie après s’être fourvoyé dans l’abattage des antivax.
    Plus inquétant encore : que des états qui se proclament démocraties puissent agir comme des dictatures. Nous sommes dans la dictature de la pensée unique.
    Ainsi il y a deux vérités qui s’opposent : celle officielle que l’on ne peut remettre en cause sous peine de sanctions et celle qui décrit précisèment ce qui se passe.
    A titre d’exemple ces derniers jours l’armée israélienne a bombardé le territoire palestinien tuant quinze enfants. ça n’a même pas fait un entrefilet dans un journal quelconque. Il faut dire qu’Israel est soutenu par les USA depuis des années : on ne contrarie pas les USA. Ce sont eux qui décrètent si une guerre est juste ou pas.

  2. Et dire que la France est un pays qui fustige régulièrement l’amalgame…
    Plus profondément, notre civilisation est fondée sur la liberté et la responsabilité, qui se rapportent à la personne humaine: personne n’est responsable de ce qu’a commis quelqu’un d’autre. On peut admettre une exception en cas de guerre, mais justement, nous n’y sommes pas.
    Dès lors, condamner par toutes sortes d’exclusions, des citoyens Russes – y compris ceux qui sont morts – à cause de “l’agression de Poutine”, et ce alors même que cette dernière n’est pas dirigée contre nous, est une aberration. J’y vois une sorte de tribalisme qui est une inquiétante régression.
    Quelle sera la suite? Condamner quelqu’un parce qu’un membre de sa famille a commis un délit ou un crime?

  3. Oui évidemment le racisme anti-russe contre les populations russes ou d’origine, vivant en France ou en Europe est devenu une évidence scandaleuse !!!
    La désinformation bat son plein quant aux prétendus crimes de guerre russes, sans ne jamais évoquer les crimes, la corruption et le trafic ukrainien ! C’est un deux poids deux mesures tel que nous le subissons depuis mai 2017 …
    Je souligne une pétition signée par près de 20.000 personnes sur mes opinions.com et qui dénonce ce racisme anti-russe, n’hésitez pas à la signer et à la relayer… l’heure est grave et pas seulement à ce sujet précis … merci beaucoup 😊

    Répondre moderated
  4. Les Russes depuis la guerre de Crimée de 1853 à 1856, ont toujours été considéré par les Occidentaux, surtout les Anglo-saxons, comme étant des “nègres des steppes ou des nègres des neiges”, et je ne m’étonne pas du tout que les ” pseudo-élites corrompues et prédatrices” en Europe de l’Ouest reprennent à leur compte la rhétorique du parti national-socialiste des travailleurs allemands quant au fait de se permettre d’ostraciser toute la population russe, enfin bon, après l’affaire des pass-sanitaires, logiquement nous ne sommes plus très loin d’un apartheid assumé au nom du camp du bien. Si comme le souhaitent certains dans l’UE, interdire aux citoyens russes de voyager dans l’espace Schengen alors, cela sera du même acabit que les abjectes interdictions antijuives dans l’Allemagne nazie.

    Répondre moderated
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer