L’économie russe n’a jamais été aussi grande qu’à genoux, par Florent Machabert

Le vice-ministre des Finances de la Russie, Alexei Moiseev, a déclaré qu'il était « désormais impossible de se passer des paiements en cryptomonnaies » au vu du contexte géopolitique que l’on devine. La Russie, historiquement opposée aux cryptos, aurait finalement repensé sa stratégie monétaire, au point de se montrer favorable à l'utilisation de ce type d'actifs, notamment pour les paiements transfrontaliers.

Si la démocratisation de cet actif venait à se concrétiser rapidement en Russie, le pays connaîtrait un grand tournant compte tenu de la position actuelle de la Banque de Russie qui a jusqu’ici souhaité maintenir le monopole du rouble à Moscou. Rappelons tout de même que Vladimir Poutine a signé en juillet dernier une loi visant à interdire l’usage des cryptos comme moyen de paiement au sein du pays. Cependant, ses banquiers centraux ainsi que la plupart des autorités du pays ont été contraintes de changer de camp du fait des sanctions imposées par les gouvernements occidentaux. Comme toujours, on voit à l’œuvre la capacité des Russes à encaisser les coups pour retourner à leur avantage les efforts déployés par l’adversaire pour les mettre à genoux. 

Le chiffre de la semaine

Vers 0,83$ pour 1€ comme en 2000 ?

L’euro est tombé sous la barre de 0,99$ lundi 8/09, son niveau le plus bas depuis 20 ans, après l’annonce la semaine dernière que la Russie allait couper ses livraisons de gaz à l’Allemagne via le gazoduc Nord Stream 1, qui devait reprendre du service ce samedi après une maintenance mais qui sera finalement complètement arrêté jusqu’à la réparation d’une turbine. L’euro a brièvement reculé à 0,9883$, son point le plus bas depuis décembre 2002. Depuis le début de l’année, la monnaie européenne ne cesse de s’affaiblir face au dollar (-12%). Le mirage de 0,83$ pour 1€, comme en 2000, commence à se rapprocher de plus en plus…  

Pour mettre en place et appliquer votre stratégie personnelle d’investissement, n’hésitez pas à consulter les précédents hebdos de l’épargnant et dossiers thématiques ou à vous abonner à notre mensuel de (ré)(in)formation Finance & Tic. Nous vous préparons un dossier dédié aux devises étrangères à mettre en portefeuille pour éviter le krach de l’euro.

 

La déclaration de la semaine

« Si la responsabilité collective n’est pas au rendez-vous alors on ira vers des mesures de rationnements et de sobriété contrainte. » E Macron

Emmanuel Macron, qui rêve de dupliquer à la question énergétique son brillant autoritarisme sanitaire, a demandé aux Français, ce lundi, d’« être au rendez-vous de la sobriété » afin d’éviter les rationnements de gaz et d’électricité pendant les mois à venir. « Chacun a son rôle à jouer », a-t-il affirmé, en appelant à la sobriété énergétique et estimant que, toute allusion marketing étant purement fortuite, « la meilleure énergie [était] celle qu’on ne consomm[ait] pas ». Ce n’est pas sans rappeler la sortie de Castex pendant le Covid qui nous expliquait benoîtement que pour éviter l’encombrement hospitalier, la meilleure chose était encore de… « ne pas tomber malade ».

En ce qui concerne les aides financières pour les ménages, comme le bouclier tarifaire, le chef de l’Etat a reconnu qu’elles ne pourraient pas être conservées « pendant des mois et des mois ». Voilà qui est précis. On sait pourtant qu’il a été très marqué par la colère des Français lors de la crise des Gilets jaunes, en particulier lors de son déplacement à la préfecture du Puy-en-Velay, début décembre 2018, suite auquel, semble-t-il, il aurait pris la décision de lâcher du lest. G Attal a annoncé pour sa part que le gouvernement allait maintenir un « système de bouclier » en 2023, qui a, selon l’Insee, déjà permis de réduire de moitié l’effet de la flambée des prix de l’énergie sur l’inflation. Cela sonne comme un aveu de ce qu’en incluant la part de nos impôts qui financent ces nombreux dispositifs (bouclier, chèque énergie, remise à la pompe, etc.) l’inflation réellement vécue par nos concitoyens est d’au moins 12%…

 

L’actif de la semaine 

Vers la fin des livrets d’épargne réglementés ?

Les plans d’épargne logement (PEL) sont dans le viseur de la Cour des Comptes qui a demandé lundi 8 que leur rémunération soit réduite compte tenu de son coût pour l’État et les banques. Actuellement, le PEL n’est que peu avantageux avec un taux de 1% depuis 2016, tandis qu’un livret A rapporte désormais le double (2%) et un livret d’épargne populaire (LEP) 4,6%. Mais cela n’a pas toujours été le cas : avant 2015, l’argent placé sur un PEL rapportait plus de 2%. Son rendement était même monté à 3,27% entre 2000 et 2003. Alors pourquoi le supprimer ?

Depuis 2011, il n’est possible de l’alimenter que pendant 10 ans et de cumuler des intérêts que pendant 15. Les PEL souscrits avant 2011 continuent d’accumuler des intérêts pour une durée illimitée, au taux fixé au moment du contrat, ce qui pousse certains épargnants à les conserver plus longtemps. Les PEL coûtent donc cher à l’État en moins-value fiscale car ceux ouverts avant 2018 sont exonérés d’impôt sur le revenu jusqu’à leur 13ème anniversaire et permettent, lorsqu’ils sont dépensés pour un prêt, d’obtenir une prime d’État (jusqu’à 1525€), dont le montant dépend des intérêts perçus. La Cour des Comptes estime à 411 M€ annuels les économies réalisables en envoyant définitivement le PEL aux orties. Ce qui aurait pour avantage de pousser les Français à sortir leur bas-de-laine de cette fausse solution de sécurité que constituent les livrets d’épargne réglementés où dorment quelque 400 Mds €, pour un FGDR (Fonds de garantie des dépôts et résolution) pourvu à hauteur de seulement… 5 Mds € ! Vous croyez toujours aux 100 000 € garantis par établissement bancaire ? 

Retrouvez nos dossiers bimensuels dans la boutique : le N°1 consacré aux différentes classes d’actifs pour traverser la stagflation ; le N°2 sur l’or-investissement ; le N°3 sur les métaux blancs ; le N°4 sur les matières premières ; le N°5 sur l’art-investissement. Le N°6, à paraître le 25/09, portera sur l’investissement dans les PME-PMI. 

 

Sources : Banque de France, Les Echos

 

Acheter des oeuvres d'art ?

Une autre façon de protéger son patrimoine

9,90 le dossier
  • Explication générale
  • Rendement de l'art aujourd'hui
  • Premiers conseils d'achat

About Post Author

7 Shares:
9 commentaires
  1. Le calendrier de l’agenda 2030 vient d’être avancé à 2028 par l’ONU et le WEF. Le “Tous locataires mais…” est donc avancé et la belle manoeuvre des sanctions russes y est probablement pour beaucoup.
    Le PEL perd de son sens et il est logique de faire sauter l’espoir d’être propriétaire. La crise énergétique et l’inflation permettront d’endetter les peuples occidentaux. Leurs biens immobiliers pourront progressivement être repris par les Etats avec les fonds de pension à la manoeuvre aux fils des impayés. Un programme de même nature se profile pour les PME.
    Le PEL est un coût dérisoire pour l’Etat en ces temps de débauche budgétaire. Tout ce qui est fait par l’Etat doit être analysé sous l’angle du projet mondialiste. On est sûr de ne pas se tromper tant l’imbécilité est devenue profonde…

  2. On nous prend vraiment pour des pensionnaires du bac à sable.
    Le covid et l’Ukraine ont été des outils pour créer l’inflation par la pénurie et le prix de l’énergie en sus de gonfler la dette ( formidable instrument, la dette )
    et enrichir les petits copains. Qu’on cesse de nous prendre pour des gamins attardés pris en charge par un éducateur sportif – “ba-aalloon ! Répètes après moi ! Ba-aallon !”- On va pas nous faire croire que l’on s’est soucié de la vie de grabataires atteints de comorbidités en bloquant l’économie mondiale et faisant une ardoise supplémentaire de 600 milliards pour la France. On va pas nous faire avaler que le chef de la Russie a soudain eu envie d’imiter le Furher du siècle dernier, et que l’otan n’y est pour rien mais arrive comme Superman ou Zorro pour nous sauver du gros méchant aux gros yeux roulants.
    C’est irritant à la fin.
    Un complotiste qui serait heureux de ne pas l’être.

  3. « Si la responsabilité collective n’est pas au rendez-vous alors on ira vers des mesures de rationnements et de sobriété contrainte. »
    Il va bien réussir à nous faire croire que tout est de notre faute…
    Entendre le mot “responsabilité” dans la bouche de cet individu est pénible. Mais c’est le propre des pervers de projeter sur d’autres leurs propres fautes.
    Il a été dit au début du conflit que les Français n’iraient pas “mourir pour l’Ukraine”. La rhétorique de la guerre et les conseils de Défense suffiront-ils à leur faire accepter de mourir énergétiquement et économiquement? Dans cette forme de guerre comme les autres, on verra que la note est payée par les populations suite à des décisions de leurs dirigeants, comm toujours.

  4. @ Huger
    Si la responsabilité collective n’est pas au rendez-vous alors on ira vers des mesures de rationnements et de sobriété contrainte.

    Parce que la meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas (cela s’adresse aux sans dents, sans aucun doute)
    Dans une belle caisse en bois, 6 pieds sous terre, nous ne consommerons plus aucune énergie, serait-ce ainsi la finalité du projet ?

  5. Quoi de plus normal lorsque l’on voit l’incapable qui y a été parachuté – c’est d’ailleurs l’une des marques de fabrique de Benito, faire en sorte de n’utiliser que des citrons gens incapables, comme le font tous les individus dont la médiocrité le dispute à l’insignifiance.

  6. Je n’ai ni Livret A, ni LDDS, ni LEP, et j’ai converti une grosse part de mon épargne en métaux précieux physiques depuis de nombreuses années.
    Par ailleurs j’ai rédigé en 2019 un document sur les fonds de garantie bancaire et d’assurance que j’ai adressé à les proches pour les alerter, sources primaires à l’appui, sur le mensonge de la “garantie jusqu’à 100 000 Euros”. Les “garanties” sont en gros de l’ordre du millième des encours, voire même bien plus en-dessous selon les classes d’épargne ; le pire étant le micro confetti du FGAP, autrement dit le fond de garantie des assurances-vie. Je n’ai pas caché non plus à mes proches mon scepticisme sur la capacité de notre État – potentiellement incapable en cas de crise systémique de se financer sur les marchés financiers, à garantir 418 milliards en livrets A, LDDS et LEP.

    Ceci étant dit, qu’est-ce qui fait dire à l’auteur de l’article que la garantie de ces trois produits d’épargne règlementée là repose sur le FGDR ? effectivement calibré pour des mini accidents financiers, et non pas pour un choc systémique.
    Ce que moi j’en ai compris c’est que concernant ces trois produits spécifiques le FGDR sera l’organisme qui agira pour le compte de l’État, autrement dit avec l’argent de l’État (si ce dernier en a encore pour ça… telle est la question ici, selon moi) et non pas qu’il s’y substituera avec son pistolet à bouchon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer