Von der Leyen annonce le Great Reset, la guerre totale contre la Russie et la récession économique.

Ursula von der Leyen prononçait hier son "discours sur l'état de l'Union" devant le Parlement européen. Petit frère du discours tenu aux USA par le Président devant le Congrès, ce moment oratoire a confirmé ce que nous savions déjà : la présidente de la Commission est la fidèle et zélée bureaucrate chargée de mener le Great Reset, dans une parfaite subordination aux USA et en menant une guerre désormais totale contre la Russie. Elle a par ailleurs annoncé une récession, tout en expliquant que l'Europe était au mieux de sa forme.

Tous ceux qui veulent lire le discours d’Ursula Von der Leyen (en anglais, français et allemand selon les passages) peuvent se rendre sur le site de la Commission Européenne. Si vous n’avez pas trop de temps à perdre, je vous propose une analyse de son contenu, jugé par Politico très axé sur la communication et vide de véritables mesures concrètes pour régler les problèmes énumérés par la présidente de la Commission. 

La guerre totale avec la Russie est déclarée

L’ouverture du discours d’UVDL a tout de suite donné le ton : 

Never before has this Parliament debated the State of our Union with war raging on European soil.

(Jamais jusqu’ici ce Parlement n’avait débattu de l’état de notre Union avec une guerre qui faisait rage sur son sol). 

La guerre, donc, la guerre partout. Plus loin, dans son discours, Ursula aura d’autres mots édifiants :

This is not only a war unleashed by Russia against Ukraine.

This is a war on our energy, a war on our economy, a war on our values and a war on our future.

This is about autocracy against democracy.

And I stand here with the conviction that with courage and solidarity, Putin will fail and Europe will prevail.

(Ce n’est pas seulement une guerre déclenchée par la Russie contre l’Ukraine.

C’est une guerre contre notre énergie, une guerre contre notre économie, une guerre contre nos valeurs et une guerre contre notre avenir.

Il s’agit de l’autocratie contre la démocratie.

Et je me tiens ici avec la conviction qu’avec courage et solidarité, Poutine échouera et l’Europe l’emportera.)

On retiendra la liste des cibles que la Russie vise en nous déclarant la guerre : notre énergie, notre économie, nos valeurs, notre futur, la démocratie, et bien d’autres encore, si nous le pouvions. 

On remarquera, à ce stade, qu’Ursula a totalement occulté l’intervention américaine dans cette guerre et, à l’en croire, nous l’emporterons seuls. Très précisément, l’Europe l’emportera seule. On ne pouvait mieux illustrer le manque total de crédibilité de ce discours dont l’objectif n’est pas de faire une présentation sincère et loyale de la situation, mais seulement de délivrer un message caractéristique d’une propagande grossière. 

Ce que n’a pas dit Ursula Von der Leyen

Si le propos d’Ursula von der Leyen avait été de préparer réellement la guerre totale contre la Russie, elle aurait clairement expliqué quelle vision militaire elle développe. Or, non seulement l’Europe de la Défense n’a pas été évoquée une seule fois, mais elle a bien pris garde à ne pas plus citer l’OTAN, ni le soutien qu’elle lui accorde. 

Voilà donc une responsable politique qui annonce la guerre avec un voisin, qui loue la “solidarité européenne” face à l’ennemi, mais qui n’a pas un mot sur la préparation militaire de cette guerre. 

C’est tout juste si elle rappelle les sommes consacrées par l’Union au soutien de l’Ukraine. 

On comprend ici que la guerre dont Ursula Von der Leyen parle est une guerre d’images, de communication, de canapés, et que la présidente de la Commission n’a même pas pris la mesure des propos qu’elle a tenus. Pur UVDL, la guerre a tout du jeu vidéo. 

UVDL annonce notre obéissance aux USA

Dans ces silences si troublants qu’ils en deviennent parlants, on comprend peu à peu que la présidente de la Commission n’est pas là pour incarner un projet européen, mais seulement pour administrer ce que l’on a, à une époque, appelé l’AMGOT, le Gouvernement américain en Europe. 

Et ce qui n’est pas dit aujourd’hui, c’est que la guerre en Ukraine est le prétexte rêvé pour imposer celui-ci derrière le paravent d’institutions européennes désormais dépourvues de toute forme d’autonomie. 

Ainsi, UDVL proclame :

We have diversified away from Russia to reliable suppliers. US, Norway, Algeria and others.

(Nous avons remplacé la Russie par des fournisseurs fiables. USA, Norvège, Algérie et autres). 

Tout le monde a surtout compris, comme nous l’avons déjà expliqué, que la guerre en Ukraine est l’occasion, pour les USA, de devenir le premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié. Mais nos autorités se gardent bien de souligner ce point précis. 

Accessoirement, UDVL a survolé la réforme du marché de l’énergie en Europe, qui indexait le prix de l’électricité sur le prix du gaz. 

UDVL annonce le Great Reset

Nous avons déjà rappelé que, lors du conseil de ministres de rentrée, Emmanuel Macron avait repris la sémantique du Great Reset pour annoncer des privations dans le domaine de l’énergie. Ursula von der Leyen ne s’est guère démarquée de lui, en prônant une transition énergétique :

This is why we are putting forward measures for Member States to reduce their overall electricity consumption.

(C’est pourquoi nous envisageons des mesures pour que les Etats membres réduisent leur consommation globale d’électricité). 

Jusqu’ici, nous avions compris que la vocation de l’Union Européenne était de nous apporter l’abondance et non la pénurie. Notre politique russophobe vient de retourner les “termes du contrat” : nous abandonnons progressivement notre souveraineté pour vivre moins bien plutôt que mieux. 

Comme nous l’avons expliqué à plusieurs reprises l’idée d’utiliser les crises (celle du COVID, puis celle de l’Ukraine) pour accélérer la “transition énergétique”, est le coeur même du Great Reset de Schwab. Celui-ci a chiffré les gains attendus à au moins 10.000 milliards $ d’ici à 2030 grâce à cette politique. 

UDVL annonce aussi la récession

Autre phrase forte que l’on retiendra du discours d’UDVL :

We were in the deepest recession since World War 2.
We achieved the fastest recovery since the post-war boom.

(Nous étions dans la plus profonde récession depuis le Deuxième Guerre Mondiale. Nous sommes sur la voie de la remontée la plus rapide depuis le boom d’après-guerre).

Sur ce point, UDVL ne donne guère d’indications précises, et prend bien soin de ne pas s’étaler sur le sujet. Mais enfin, l’inflation (mot cité une seule fois dans le discours), la guerre en Ukraine, l’instabilité internationale compromettent-ils ou non ce “recovery” ?

UDVL n’en dira pas plus. Ce silence est là aussi très évocateur. Tout se passe comme si nous avions face à nous une marionnette chargée de “communiquer des éléments de langage”, d’amuser la galerie, pendant que les solutions ou les décisions sont pensées, débattues et prises ailleurs. 

Retenons en tout cas que, quelques jours après une remontée historique des taux de la BCE, la présidente de la Commission n’a aucune vision sur la situation économique réelle de l’Union ni sur les dangers qui la guettent. 

Une inquiétante auto-congratulation

Face à ces menaces systémiques qui interrogent l’Union sur son sens lui-même, Ursula von der Leyen a fait preuve d’une très inquiétante cécité. 

This is Europe at its best.

A Union of determination and solidarity.

(L’Europe est à son sommet. Une Union de détermination et de solidarité). 

On ne pouvait mieux dire. Et les semaines qui viennent devraient illustrer à la perfection la légendaire solidarité de l’Union face aux épreuves. 

D’ici là, on rappellera qu’UDVL n’a toujours pas accédé à la demande officielle de communication de ses SMS échangés avec Pfizer. De façon surprenante, elle a néanmoins annoncé des actions contre la corruption dans l’UE. Une réponse subliminale à la question, peut-être. 

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

About Post Author

241 Shares:
30 commentaires
    1. Il n’y a pas de nos politicards, il y a NOUS et personne d’autres. Si maqueron fait ce que veut McKinsey ce n’est pas la fôte de maqueron, il n’a jamais menti sur ses objectifs, c’est NOTRE grande fôte.

      1. Personne *d’autre. Tous les commentaires qui tartinent sur les messieurs-dames alpha mâles &femelles (UVDL) vus à la télé sont à côté de la plaque. Ces commentateurs se font plaisir, n’éclairent pas sur l’essentiel: pourquoi maqueron ça marche, pourquoi obama est il prix nobel? 😳😳 Voilà la question. AMHA parce que maqueron c’est NOUS tout simplement, yaPad secret. Les plus triomphants d’entre nous, certes, mais pas que; aussi les wanabe pareil.

        1. Pierre Yves Rougeyron dit, dans une video youTube, quelque chose de juste à propos de l’échec des systèmes éducatifs à l’Ouest. Ils échouent parce qu’ils ne savent pas dire clairement le type d’homme et de femme qu’ils veulent. Ils éduquent par la négation: pas ci, pas ça, pas rien. L’empire du rien. Contrairement à l’Asie qui affirme qui elle veut voir sortir de leur système éducatif. De là procèdent tous nos maux: le renoncement de nous tous.

  1. Lorsqu’on regarde et écoute UVDL, on se rappelle qu’effectivement le ridicule ne tue pas et qu’à l’évidence l’honnêteté et la fierté ne sont pas ou plus des valeurs européennes. Il apparaît de mieux en mieux que la réunification de l’Allemagne a fait l’objet non d’un accord tacite mais d’une entente déterminée à livrer l’Europe à la puissance allemande sous condition qu’elle oeuvre à la soumettre à la tutelle anglo-saxonne. C’est ce à quoi K.Schwab, O. Scholz et UVDL dévouent leurs efforts au son de la 9e de Beethoven, l’hymne à la joie de F. Schiller sur les lèvres. Il ne restera plus qu’à changer le drapeau !

  2. L’ancêtre du world economic forum, enfin avant qu’il ne s’appelle ainsi, était appuyé par la CIA. Les anglo-saxons veulent rester les maîtres du monde, leur monde maçonnique sans éthique ni valeurs, ni même ancré dans le réel.

  3. Prenons les au sérieux ce ne sont pas des plaisantins: von der la hyène 🐺 a jeté le masque, les neocon des USA &la bande du Davos ont pris les clés du camion. L’ue est un camion fou, une bétaillère avec plein de moutons 🐑🐑🐑🐑 dedans. Bientôt le méchoui de nous autres. 🔥🔥🍖

  4. Pour justifier des mesures calamiteuses qui ont été décidées et réfléchies bien avant la guerre en Ukraine (transition énergétique), il faut bien trouver des excuses ou un prétexte. Et cette guerre tombe à pic. Pour le discours en lui-même, cela relève en effet de la pure propagande bas de gamme. On accuse toujours les mêmes: la guerre ou la Russie. Et la guerre totale n’est pas pour demain contrairement à ce que pourrait faire croire cette bourgeoise dégénérée.

    1. Je trouve qu’il y a beaucoup de choses qui tombent à pic en ce moment.
      En particulier des choses qui auraient dues arriver bien avant.
      Un exemple ; l’Opération Spéciale Russe en Ukraine.
      Pourquoi avoir attendu 8 ans pour la faire alors qu’elle était nécessaire et inévitable dès 2014. Le Monde entier savait que les USA était dès lors aux commandes en Ukraine que l’Europe le veuille ou non : la secrétaire d’État assistante américaine pour l’Europe Victoria Nuland à la place Maidan à Odessa baisait l’Europe, c’est à dire que seules les décisions étasuniennes comptaient.
      Les accords de Minsk qui ont suivis étaient donc voués à l’échec avant même d’avoir commencés, les politiques de haut rang le savaient.

    2. Ils nous ont bai… avec le virus et leurs vaxxins: ON y a mordu à belle dents ! Puis, pour faire oublier tous ces morts et les futurs Ils nous ” amusent ” avec leur guerre ! Prochainement nous serons ” vitrifiés ” et Ils nous expliqueront que c’est bon pour notre santé !!!! On y mordra encore ? NOUS ne sommes que des lâches et apeurés OU aveugles volontaires ! STOP et à bientôt…

  5. Finalement, il faut extraire quelques vérités de ce discours: « C’est une guerre contre notre énergie, une guerre contre notre économie, une guerre contre nos valeurs et une guerre contre notre avenir. »
    Ceci est parfaitement exact, dans le cadre d’un faux drapeau dont Poutine est l’agresseur officiel…
    Sur le chapitre de la guerre économique, si l’on transpose à une guerre militaire, cela reviendrait à dire à la population: «Je vous envoie au carnage, mais il faut y aller pour défendre “nos valeurs” »
    Quel soldat ne déserterait pas avec un pareil discours?
    Enfin… Ursula Von der Leyen après avoir invité l’auditoire à s’apitoyer sur les victimes civiles de la guerre, vante un “quoi qu’il en coûte” aux côtés de l’Ukraine qui enterre définitivement la promesse de paix et de prospérité de l’UE. Si cette dernière a aussi été vendue comme un moyen de résoudre la “question allemande”, le discours de VDL est à mettre en rapport avec celui de Scholtz du 29 août à Prague dans lequel il affirme clairement le leadership européen que l’Allemagne veut endosser… Y compris militaire.
    Dire que des dirigeants français s’enthousiasment presque à l’annonce du réarmement allemand de 100 milliards… Les mêmes auraient applaudi à la remilitarisation de la Rhénanie en 1936. Les mêmes n’ont rien opposé au traité d’Aix-la-Chapelle, aux projets militaires franco-allemands avortés, au dernier règlement européen sur l’énergie… Ils ne diront rien non plus si la France perd son siège au Conseil de sécurité de l’ONU ou si Macron abandonne la dissuasion nucléaire française à l’UE… c’est-à-dire à l’Allemagne.
    Le “suicide français” disait un certain EZ…

  6. Derrière le great reset, il y aura le crédit social le plus feroce jamais mis en place. Les laogai chinois passeront pour le club méditerranée.

    Répondre moderated
  7. Ce qui ne me surprend pas, c’est l’apathie des français. Grâce à l’OTAN on va battre la Russie avec le bétail humain ukrainien, les sanctions font du mal au peuple russe ( même si ça ne se voit pas ) et nous, nous avons reconstitué nous dit-on nos réserves énergétiques ( la dette n’est qu’un détail qui se réglera plus tard ), et nous passerons l’hiver au chaud. Avec les primes l’inflation sera indolore ou si peu ressentie. Cette époque a beaucoup d’analogie avec les années 30 du siècle dernier, et de plus on ne s’affole pas que l’Allemagne mette 100 milliards sur la table pour reconstituer son armée. La vie est est belle, reste plus qu’à acclamer Daladier-Macron, non pas de l’envahissement de la France par la Russie, mais de la victoire de l’UE sur la Russie qu’il préconise, Hollande ne dit pas mieux d’ailleurs. Et en partie grâce à l’OTAN ( qu’il disait en état de mort cérébrale il y a peu ). Pour ma part je maintiens avec quelques rectifications une victoire de la Russie (que je rapporte au printemps) et un dur hiver pour la France d’autant plus dur si l’hiver est rigoureux. Pour l’Allemagne aussi d’ailleurs. Ayant du bois pour me chauffer, des conserves maison pour me nourrir, la campagne vallonnée pour marcher et les Pyrénées à admirer, la santé parfaite pour un vieux retraité combattant, je regarde tout cela avec distance respectueux des choix du peuple . A suivre

    Répondre moderated
  8. Ce qui toujours me fascine quand j’entends parler les hommes et femmes politiques occidentaux a l’instar de cette dame, c’est la certitude qui semble les habiter que le jour ne viendra jamais oû ils devront répondre de leurs paroles et de leurs actes. La place que la postérité devrait leur réserver ne les préoccupe pas, comme si l’avenir qu’ils anticipent effacera le passé et la mémoire, comme si l’Histoire s’évanouira et l’Humanité avec elle.

  9. et personne au parlement européen, ni parmi les dirigeants européens ne sont choqués de voir une allemande pousser aux extrêmes…
    Manifestement, les années 30 sont oubliées !
    Quelque part, heureusement que les armées européennes ne sont réduites à pas grand chose…

  10. « Jamais jusqu’ici ce Parlement n’avait débattu de l’état de notre Union avec une guerre qui faisait rage sur son sol ».

    Ah bon ! Parce que l’Ukraine fait partie de l’Europe ??? Depuis quand ???

    Comment cette bonne femme est-elle arrivée à la tête de l’Europe ??? A l’entendre débiter tant de sottises on peut vraiment se demander qui et comment choisissent leurs leaders ceux qui nous gouvernent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer