mer. Juil 15th, 2020

Renaissance et LREM: plus de protectionnisme qu’on ne croit

La liste Renaissance de la République En Marche (LREM) et de quelques autres a longtemps fait la course en tête. Ces dernières semaines, sous l'impulsion d'une tête de liste contestée, Nathalie Loiseau, elle semble être passée, dans les intentions de vote, "derrière" le Rassemblement National. Son programme est pourtant, et contrairement aux affirmations des deux bords, loin d'être orthogonal à celui du Rassemblement National. Dans la pratique, la liste Renaissance propose, au mal dont souffre la France, une logique de "encore plus d'Europe" là où le Rassemblement National en réclame moins. Mais sur de nombreux sujets, il est frappant de constater la proximité des deux programmes sur des sujets comme le rôle du Parlement européen. Marché unique: un glissement certain vers le protectionnisme Le programme de Renaissance est loin de sacrifier à un optimisme béat sur la question du marché unique. Si le principe de celui-ci est évidemment préservé, la doctrine du libre-échange (qui est tout de même au cœur du projet européen) en prend un sacré coup. Ainsi, une série de barrières réglementaires serait mise en place au sein de l'Union (avec un objectif d'harmonisation sociale et fiscale qui vise à renchérir les coûts des Etats-membres concurrents), mais aussi dans ses relations extérieures. Ainsi, un principe de réciprocité serait mis en place avec les Etats-Unis et la Chine sur les marchés publics: Exiger la réciprocité en matière de mar
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter