13 août 2020

Le courrier des stratèges

Prenez de l'avance sur l'actualité

Rumeurs: après la BCE, quelle banque française ne passera pas l’hiver?

La BCE, à l'unisson de la Réserve Fédérale, a décidé d'approfondir son quantitative easing, en baissant ses taux et en reprenant ses achats d'actifs. Cette décision a suscité des résistances, en Allemagne, aux Pays-Bas et en France. Dans la pratique, les rumeurs courent sur les difficultés que le secteur financier (banque et assurance) rencontrerait à l'issue de ce directoire houleux. Combien de temps les banques françaises peuvent-elles tenir avec des taux négatifs, donc sans rémunération de l'épargne? Combien de temps les compagnies d'assurance peuvent-elles tenir sans pouvoir rémunérer l'assurance-vie qui leur est confiée, surtout lorsqu'il s'agit de fonds en euros? La question serait désormais posée clairement dans les instances les plus officielles, et les inquiétudes commenceraient à se faire jour. D'ailleurs, la Société Générale vient d'annoncer un nouveau plan social. Beaucoup considèrent qu'elle ne devrait pas être la seule à annoncer des mesures ingrates (rappelons que la BP a de son côté annoncé plusieurs centaines de suppressions d'emplois dans la banque d'investissement). Après la BCE, le spectre d'un grand krach Dans la pratique, la situation est particulièrement dangereuse. D'une part, malgré plusieurs années de quantitative easing, l'inflation ne repart pas et la croissance de la zone euro demeure morose. On peut donc parler d'échec de la politique monétaire, qui s'est accompagnée d'un dangereux rachat, par la
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.