🎖Exclu : la Chine a-t-elle discrĂštement bloquĂ© les exportations de masques vers l’Occident ce week-end ?

Selon nos informations, la Chine aurait bloquĂ© les exportations de masques vers l’Occident, en reprĂ©sailles aux dĂ©clarations de Donald Trump et des gouvernements occidentaux. Cette dĂ©cision, encore officieuse, n’a pas fuitĂ© dans la presse et aurait Ă©tĂ© levĂ©e aujourd’hui. Elle a provisoirement retardĂ© les livraisons de masques et autres appareils mĂ©dicaux. Le bras de fer commence. 

Selon nos informations, les plates-formes logistiques ont Ă©tĂ© bloquĂ©es en Chine entre vendredi et lundi, et les commandes de masques ne pouvaient ĂȘtre expĂ©diĂ©es en Europe et aux États-Unis par une dĂ©cision unilatĂ©rale non publiĂ©e du gouvernement chinois. En reprĂ©sailles aux propos de Donald Trump et des gouvernements europĂ©ens (France et Grande-Bretagne en particulier) sur l’origine du virus, la Chine aurait donc dĂ©cidĂ© de montrer sa puissance en rappelant Ă  l’Occident toute sa dĂ©pendance vis-Ă -vis de la production chinoise. 

La Chine pourrait ruiner les stratégies de déconfinement

Alors que l’Occident entame les rĂ©flexions sur son dĂ©confinement, et prĂ©pare politiquement des plans de retour Ă  la normale, le grain de sable chinois pourrait se rĂ©vĂ©ler redoutable pour leur mise en oeuvre. Sans un Ă©quipement massif en masques, les pays d’Europe et les États-Unis ne pourraient en effet dĂ©confiner sans exposer leur population Ă  une redoutable seconde vague d’Ă©pidĂ©mie. 

Nul ne sait comment pourrait se dĂ©rouler une deuxiĂšme vague “aiguisĂ©e” par une pĂ©nurie de masques. La Chine le sait, et utilise visiblement de façon maximale les armes dont elle dispose pour faire plier les Occidentaux. 

Guerre d’Ukraine – Jours 89-90 – Le Forum de Davos ridiculisĂ© par la percĂ©e militaire russe au Donbass

“Le rĂ©cit occidental selon lequel la Russie est confrontĂ©e Ă  une dĂ©faite aux mains de l’armĂ©e ukrainienne s’effondre. Le rĂ©cit inventĂ© selon lequel l’Ukraine Ă©tait “en train de gagner” a fait illusion Ă  Kiev, ce qui a crĂ©Ă© les conditions permettant Ă  Washington et Ă  Londres de prolonger la guerre, d’y entrer progressivement et de la transformer en une guerre d’usure contre la Russie. Mais la rĂ©alitĂ© incontournable est que les forces russes prennent progressivement le dessus dans la bataille du Donbass. Le porte-parole du ministĂšre ukrainien de la dĂ©fense a dĂ©clarĂ© mardi que “la phase la plus active” de l’opĂ©ration spĂ©ciale russe a commencĂ© dans le Donbass. En termes militaires, les forces russes sont confrontĂ©es Ă  la tĂąche redoutable de s’emparer des zones les mieux fortifiĂ©es de l’Ukraine, qui se prĂ©parent soigneusement Ă  cette bataille depuis sept ans. Mais d’un autre cĂŽtĂ©, aprĂšs leur victoire triomphale Ă  Marioupol, les forces russes ont le vent en poupe”. (M.K.Bhadrakumar) La bataille d’Ukraine En suivant Southfront.org: L’armĂ©e russe et les forces des rĂ©publiques populaires de Donetsk et de Lougansk poursuivent les opĂ©rations militaires dans plusieurs directions en Ukraine. Les tirs d’artillerie sont de plus en plus soutenus et l’armĂ©e ukrainienne est progressivement encerclĂ©e. Selon “Eurasia & Multipolarity”, il ne resterait plus que 40 000 Ukrainiens en capacitĂ© de combattre face aux troupes russes et rĂ©publicaines AprĂšs avoir pris le contrĂŽle des environs de Liman, les unitĂ©s russes ont commencĂ© Ă  prendre d’assaut la ville. AprĂšs des frappes d’artillerie massives sur les positions de l’armĂ©e ukrainienne, les groupes d’assaut sont entrĂ©s dans la ville, avançant depuis la direction nord-est. Au 24 mai, la majeure partie de Liman Ă©tait dĂ©jĂ  sous le contrĂŽle des Russes. Les forces dirigĂ©es par les Russes avancent dans plusieurs directions depuis PopasnaĂŻa. Des groupes d’assaut se dirigent vers Bakhmut (Artemovsk). Des affrontements Ă©clatent Ă  Pilipchatino. Les forces russes sont entrĂ©es dans la ville de ZolotoĂŻe. Les affrontements se poursuivent dans les quartiers du sud de la ville. Au nord-ouest de PopasnaĂŻa, les combats ont atteint Vasilevka. L’autoroute entre Bakhmut/Artemovsk et Lisitchansk est sous le contrĂŽle des forces russes. En consĂ©quence, l’approvisionnement militaire des troupes ukrainiennes Ă  Severodonetsk et Lisitchansk est compliquĂ©. Les combats de rue se poursuivent Ă  Severodonetsk. MalgrĂ© la menace d’encerclement, le commandement de l’armĂ©e ukrainienne poursuit le dĂ©ploiement de forces supplĂ©mentaires Ă  l’intĂ©rieur de la ville. Au moins deux bataillons supplĂ©mentaires des formations de dĂ©fense territoriale ont Ă©tĂ© rĂ©cemment transfĂ©rĂ©s sur le champ de bataille. En RĂ©publique populaire de Donetsk, l’armĂ©e russe et la milice populaire de Donetsk ont progressĂ© dans la rĂ©gion de Svetlodarsk. Le 23 mai, elles ont pris le contrĂŽle des villages de LuganskoĂŻe et Mironovski. Le 24 mai, un drapeau russe a Ă©tĂ© accrochĂ© au-dessus du bĂątiment administratif de Svetlodarsk. Les troupes ukrainiennes se sont retirĂ©es vers le nord. Afin de ralentir l’avancĂ©e de l’ennemi, les sapeurs ukrainiens ont fait sauter un pont et ont essayĂ©, apparemment sans succĂšs, de dĂ©truire le barrage du rĂ©servoir d’Ouglegorsk. La reconstitution de la Nouvelle Russie se poursuit Dans le sud de l’Ukraine, alors que les hostilitĂ©s se poursuivent, le processus d’intĂ©gration commence dans la rĂ©gion de Kherson, qui est sous le contrĂŽle des troupes russes. Le 23 mai, une zone de double monnaie a Ă©tĂ© officiellement introduite dans la rĂ©gion. Le rouble sera dĂ©sormais utilisĂ© en mĂȘme temps que la grivnia. Gesticulations occidentales Le SecrĂ©taire amĂ©ricain Ă  la DĂ©fense, Lloyd Austin, a annoncĂ© de nouvelles fournitures militaires Ă  l’Ukraine de la part de ses alliĂ©s occidentaux. Le Danemark remettra bientĂŽt un lot de missiles antinavires Harpoon, tandis que la RĂ©publique tchĂšque a dĂ©jĂ  fourni Ă  Kiev des chars, des hĂ©licoptĂšres d’appuie-feu et des systĂšmes de missiles. Cependant le haut responsable de la politique Ă©trangĂšre de l’UE, Josep Borrel, avait dĂ©clarĂ© la semaine derniĂšre, avec une franchise Ă©tonnante, que les stocks militaires de l’Union Ă©taient presque Ă©puisĂ©es en raison du soutien apportĂ© Ă  Kiev – au dĂ©triment de sa propre sĂ©curitĂ©. + L’Occident a tellement piĂ©tinĂ© les conventions de GenĂšve depuis trente ans, Ă  l’occasion des guerres de l’OTAN, que le Guardian raconte avec surprise comment les prisonniers d’Azovstal sont correctement traitĂ©s par les Russes. + ‘Les rĂ©gions de Kherson et de ZaporojĂ© Ă  partir du 25 mai entrent dans la zone du Rouble et commencent Ă  payer des pensions et des prestations en monnaie russe. Selon le nouveau maire par intĂ©rim de Berdyansk Alexander Saulenko, le taux de change du Rouble Ă  la monnaie ukrainienne est fixĂ© Ă  2:1 (le mĂȘme taux a rĂ©cemment Ă©tĂ© introduit dans la DNR Ă  Marioupol” Profanations ukrainiennes + Un certain nombre de partisans du rĂ©gime de Kiev semblent fascinĂ©s par les dĂ©sacralisations, qu’il s’agisse des monuments aux hĂ©ros de la lutte contre l’Allemagne nazie; ou bien, plus rĂ©cemment, Ă  Paris au PĂšre Lachaise: des militants de la cause kiĂ©vienne ont collĂ© sur des tombes de personnes illustres des messages du type “Si je vivais encore, je soutiendrais Zelenski”. Le propre de l’humanitĂ©, c’est de prendre soin des morts et de les respecter. La profanation des monuments Ă  l’ArmĂ©e Rouge, l’instrumentalisation des personnages illustres du PĂšre Lachaise, les nombreux vandalismes commis sur des Ă©glises orthodoxes russes – quand elles ne sont pas volĂ©es Ă  leur communautĂ© – tĂ©moignent que le nihilisme est le vrai ressort des KiĂ©viens. Tout comme la fascination d’une partie d’entre eux pour le fascisme. Henry Kissinger dĂ©tone Ă  Davos đŸ—ŁïžHenry Kissinger has urged the West to stop trying to inflict a crushing defeat on Russian forces in Ukraine. The veteran US statesman said that it would have disastrous consequences for the long term stability of Europe Thread đŸ§”â€”ïžhttps://t.co/9jhNmOvxjI — Telegraph World News (@TelegraphWorld) May 24, 2022 + Le prĂ©sident turc Erdogan continue Ă  bloquer le processus d’adhĂ©sion de la Finlande et de la SuĂšde Ă  l’OTAN en se plaignant du soutien de ces pays aux Kurdes. + Russie et BiĂ©lorussie ont signĂ© un accord de dĂ©fense contre les armes biologiques. + Henry Kissinger a choquĂ© des participants du Forum de Davos en suggĂ©rant qu’il faudrait trouver un accord avec la Russie (voir ci-dessus). Le prĂ©sident du Forum, Klaus Schwab, lui, a prĂ©fĂ©rĂ© fĂ©liciter la Commission europĂ©enne pour avoir saisi l’occasion de la “crise existentielle” que traverse l’Europe! “Mais la vie est rĂ©elle, commente M.K. Bhadrakumar. Selon les estimations de la Banque mondiale, l’Ă©conomie ukrainienne pourrait se contracter de 45 % d’ici la fin 2022. L’idĂ©e d’une contre-offensive ukrainienne majeure dans le courant de l’annĂ©e, soutenue par l’armement lourd des alliĂ©s occidentaux, restera une chimĂšre. Kiev pourrait mĂȘme ne pas disposer d’effectifs suffisants pour mener une guerre d’ici la fin de l’annĂ©e. La Russie est un ennemi redoutable et Kiev pourrait risquer une reddition abjecte dans des conditions humiliantes en aval de la bataille du Donbass“. + Et l’essayiste et grand reporter brĂ©silien Pepe Escobar prend encore moins de gants dans “Zero Hedge”, le mĂ©dia Ă©conomique conservateur amĂ©ricain: “L’Ukraine est le Saint Graal de la corruption internationale. Les 40 milliards de dollars ne peuvent changer la donne que pour deux catĂ©gories de personnes : PremiĂšrement, le complexe militaro-industriel amĂ©ricain, et deuxiĂšmement, une bande d’oligarques ukrainiens et d’ONG nĂ©o-conservatrices, qui s’accapareront le marchĂ© noir des armes et de l’aide humanitaire, puis blanchiront les profits dans les Ăźles CaĂŻmans. Une ventilation rapide des 40 milliards de dollars rĂ©vĂšle que 8,7 milliards de dollars serviront Ă  reconstituer le stock d’armes amĂ©ricain (et ne seront donc pas du tout destinĂ©s Ă  l’Ukraine) ; 3,9 milliards de dollars pour l’USEUCOM (le “bureau” qui dicte les tactiques militaires Ă  Kiev) ; 5 milliards de dollars pour une “chaĂźne d’approvisionnement alimentaire mondiale” floue et non spĂ©cifiĂ©e ; 6 milliards de dollars pour les armes et la “formation” Ă  l’Ukraine ; 9 milliards de dollars en “assistance Ă©conomique” (qui disparaĂźtront dans certaines poches) ; et 0,9 milliard de dollars pour les rĂ©fugiĂ©s. Les agences de risque amĂ©ricaines ont classĂ© Kiev dans la catĂ©gorie des entitĂ©s ne pouvant pas rembourser leurs prĂȘts, de sorte que les grands fonds d’investissement amĂ©ricains abandonnent l’Ukraine, laissant l’Union europĂ©enne (UE) et ses États membres comme seule option pour le pays. Peu de ces pays, Ă  l’exception d’entitĂ©s russophobes telles que la Pologne, peuvent justifier auprĂšs de leurs propres populations l’envoi d’Ă©normes sommes d’aide directe Ă  un État en faillite. Il incombera donc Ă  la machine europĂ©enne basĂ©e Ă  Bruxelles d’en faire juste assez pour maintenir l’Ukraine dans un coma Ă©conomique, indĂ©pendamment de toute contribution des États membres et des institutions. Ces “prĂȘts” de l’UE – essentiellement sous forme de livraisons d’armes – peuvent toujours ĂȘtre remboursĂ©s par les exportations de blĂ© de Kiev. C’est ce qui se passe dĂ©jĂ  Ă  petite Ă©chelle via le port de Constanta, en Roumanie, oĂč le blĂ© ukrainien arrive par barges sur le Danube et est chargĂ© chaque jour dans des dizaines de cargos. Ou encore, via des convois de camions roulant avec le racket “armes contre blĂ©”. Cependant, le blĂ© ukrainien continuera Ă  nourrir les riches occidentaux, pas les Ukrainiens appauvris. De plus, attendez-vous Ă  ce que l’OTAN invente cet Ă©tĂ© un autre stratagĂšme monstrueux pour dĂ©fendre son droit divin (et contraire au droit international) d’entrer dans la mer Noire avec des navires de guerre pour escorter les navires ukrainiens transportant du blĂ©. Les mĂ©dias pro-OTAN diront que l’Occident est “sauvĂ©” de la crise alimentaire mondiale, qui est directement causĂ©e par les trains de sanctions occidentaux hystĂ©riques et en sĂ©rie“. + Alors que le Forum de Davos a du mal Ă  dissimuler comme les rapports de force mondiaux  deviennent dĂ©favorables Ă  l’Union EuropĂ©enne et aux Etats-Unis, ces derniers essaient, dans la prĂ©cipitation, de lancer une nouvelle plateforme “indopacifique“: “Un nouveau bloc Ă©conomique comprenant douze pays de la rĂ©gion indo-pacifique et les États-Unis a Ă©tĂ© dĂ©voilĂ© lundi Ă  Tokyo en marge de la visite du prĂ©sident Joe Biden. BaptisĂ© Indo-Pacific Economic Framework (IPEF), il est conçu comme le corrĂ©latif Ă©conomique de la stratĂ©gie indo-pacifique des États-Unis. L’administration Biden espĂšre que l’IPEF servira d’outil important aux États-Unis dans la compĂ©tition gĂ©opolitique et Ă©conomique qu’ils mĂšnent contre la Chine. Outre les États-Unis, les premiers participants au cadre comprennent des Ă©conomies majeures comme l’Australie, l’Inde, le Japon et la CorĂ©e du Sud, ainsi que des pays en dĂ©veloppement, dont l’IndonĂ©sie, les Philippines, la Malaisie, la ThaĂŻlande et le Vietnam, et des nations plus petites comme le Brunei, la Nouvelle-ZĂ©lande et Singapour. En gros, le bloc IPEF fournirait un systĂšme d’alerte prĂ©coce pour les problĂšmes de chaĂźne d’approvisionnement, encouragerait les industries Ă  dĂ©carboniser et offrirait aux entreprises amĂ©ricaines des partenaires asiatiques fiables en dehors de la Chine. En bref, les États-Unis souhaitent renforcer leur position dans le domaine Ă©conomique de l’Asie, oĂč la Chine est le pays dominant. L’IPEF comprendrait quatre modules diffĂ©rents couvrant le commerce Ă©quitable, la rĂ©silience de la chaĂźne d’approvisionnement, les infrastructures et la dĂ©carbonisation, la fiscalitĂ© et la lutte contre la corruption.Avec le coup d’envoi de lundi, les nĂ©gociations dans chacun de ces domaines vont bientĂŽt commencer. Chacun des 13 pays participants sera autorisĂ© Ă  choisir dans lequel des quatre domaines il souhaite conclure des accords sans avoir Ă  s’engager sur l’ensemble de ceux-ci. Les paramĂštres des nĂ©gociations devraient ĂȘtre fixĂ©s d’ici fin juin ou dĂ©but juillet, et l’administration Biden espĂšre conclure tout accord dans un dĂ©lai de 12 Ă  18 mois pour le soumettre ensuite Ă  chaque gouvernement pour ratification. En rĂ©alitĂ©, l’IPEF est un geste dĂ©sespĂ©rĂ© de l’administration Biden pour rehausser son profil Ă©conomique en Asie en tant que contrepoids crĂ©dible Ă  la Chine. Il est conçu pour projeter les États-Unis dans le leadership Ă©conomique de la rĂ©gion indo-pacifique”. + Des ambassadeurs de pays africains Ă  Moscou ont commentĂ© Ă  leur maniĂšre le Forum de Davos: đŸ‡·đŸ‡șđŸ€đŸŒ #RussiaAfrica Foreign Minister Sergey #Lavrov with Ambassadors of the African nations at a reception hosted by the Russian Foreign Ministry on the occasion of #AfricaDay 😍 pic.twitter.com/HcUY0ekxcg — MFA Russia đŸ‡·đŸ‡ș (@mfa_russia) May 25, 2022 + On estime que plus de 20% des enfants ukrainiens de moins de cinq ans souffrent de malnutrition. + Selon l’Agence internationale de l’Energie, la demande de pĂ©trole russe est en augmentation depuis le dĂ©but de l’annĂ©e, en, particulier grĂące aux importations indiennes et chinoises. On notera au passage que l’Agence sort de la mission facilitatrice qui devrait ĂȘtre la sienne en joignant ses forces Ă  celles de la Commission EuropĂ©enne pour “aider l’Union EuropĂ©enne Ă  devenir moins dĂ©pendante du pĂ©trole russe”. + Le rouble poursuit son rĂ©tablissement face au dollar (60 roubles), au yen (0,47 roubles) et Ă  l’euro (64 roubles) + La Turquie, les pays d’Asie Centrale, l’Iran, Sri Lanka, le Vietnam accepteront le systĂšme russe de cartes de crĂ©dit “Mir”. + Les grands magasins britanniques commencent Ă  installer des traceurs sur les emballages de produits alimentaires du fait de la recrudescence des vols. + Renault commence Ă  Ă©tudier un projet de rĂ©installation en Russie quelques semaines aprĂšs avoir quittĂ© la Russie. Le duc de Richelieu (1766-1822), gouverneur de la Nouvelle Russie de 1803 Ă  1814, a sa statue Ă  Odessa face au port
Lire plus »

[PAYANT] Exode urbain et sĂ©cession : suis-je capable d’ĂȘtre rĂ©silient ?

Christophe Moquillon, de Vivrovert, nous livre le premier conseil sur l’exode urbain que nous vous avons annoncĂ© hier. Comment et quand dĂ©cide-t-on de quitter un jour son quartier, sa ville, sa banlieue, pour s’installer dans une nouvelle vie, faite d’autonomie et de rĂ©silience? Le cheminement personnel n’est pas toujours simple, le point d’atterrissage pas Ă©vident Ă  trouver, et la nouvelle organisation tout sauf facile Ă  prendre en main. Christophe Moquillon donne quelques pistes pour se sentir mieux ou… ne pas rater tout de suite. N’hĂ©sitez pas Ă  commenter ou Ă  poser des questions pour nous aider Ă  “affiner” nos conseils. Regarder avec envie des familles s’installer en ArdĂšche, au mois de juillet, quand il fait beau, que l’herbe est verte et le ciel est bleu. S’imaginer Ă  la place de personnes qui s’installent dans un pays tropical, en bord de mer, sur une plage magnifique bordant des eaux turquoises. C’est beau, c’est facile de s’imaginer Ă  leur place. C’est d’ailleurs comme cela, en regardant un reportage sur des expatriĂ©s Ă  Madagascar que l’un de nous a franchi le pas. Beaucoup de personnes rĂȘvent de partir depuis plus de deux ans ; en juin 2020, 72 % des cadres parisiens voulaient aller s’installer Ă  la campagne. Mais… le faire vraiment, rĂ©aliser son rĂȘve, partir pour de bon en laissant ses amis et proches n’est pas aussi facile. Pour certains c’est mĂȘme impossible. La preuve ? Combien de cadres parisiens sont partis rĂ©ellement de leur agglomĂ©ration pourtant oppressante ?  En fait seulement 20% ont fait des recherche en ce sens. D’ailleurs, nous reparlerons prochainement de ce chiffre de 20%. Il y a donc des blocages. Nous allons en analyser deux. Il faut en premier lieu se demander si je vais pouvoir ĂȘtre capable de partir vivre ailleurs, loin de mes repĂšres et aimer l’endroit choisi. Ensuite,  une fois certain de ma rĂ©ponse, vais-je pouvoir acquĂ©rir les compĂ©tences nĂ©cessaires pour m’y installer et m’adapter aux contraintes nouvelles et nombreuses. Enfin, un point important consistera Ă  savoir «s’occuper» sans culpabiliser le temps oisif. Comment aborder l’idĂ©e du dĂ©part sans peur d’un Ă©chec ? On ne part pas Ă  la  campagne et encore moins Ă  l’étranger, uniquement Ă  cause de la covid sinon c’est  vouĂ© Ă  l’échec. Nous ne disons pas que c’est impossible mais qu’une approche trĂšs fine des lieux d’expatriation est Ă  faire avec visite complĂšte nĂ©cessaire pour trouver le bon ou, Ă  dĂ©faut, un lieu qui est le plus appropriĂ© possible Ă  nos aspirations. Il faut donc une rĂ©flexion d’ensemble avec changement de vie et, accessoirement, de mĂ©tier, comme on le verra ensuite. On part si la sociĂ©tĂ© urbaine ou du pays ne nous correspond plus. Il faut rappeler que 80 % des dĂ©parts Ă  la campagne reviennent au bout de deux ans. Il suffit de taper « ceux qui partent vivre Ă  la campagne le regrettent vite » sur google pour s’en rendre compte. Si on doit partir, c’est donc en soupesant tous les critĂšres, pas sur un coup de tĂȘte ou de cƓur suite Ă  de bonnes vacances passĂ©es sur place ou bien parce que l’on a vĂ©cu lĂ  Ă©tant plus jeune (mĂȘme si ça aide). Mais quels sont ces critĂšres ?  Existe-t-il des outils qui permettent de trouver un endroit idĂ©al en rentrant des critĂšres ? Quels sont les conseils utiles qui peuvent nous aider Ă  savoir si l’on est vraiment que l’on peut partir ? Nous vous conseillons de vous renseigner le plus finement possible sur votre destination. Et pour trouver cette destination, vous pouvez utiliser l’outil, entiĂšrement gratuit, vivrovert.fr qui vous permettra d’afficher en quelques minutes les territoires qui vous correspondent le plus grĂące Ă  l’algorithme Ă©tabli par des spĂ©cialistes. Vous pourrez par la suite affiner vos critĂšres ou les modifier. Une fois les territoires affichĂ©s, vous aurez la possibilitĂ© de vous renseigner encore plus finement, sans vous dĂ©placer, en utilisant les modules cartographiques de l’application. Si la France ne vous suffit pas, pour les plus courageux, vous pourrez faire la mĂȘme dĂ©marche par vous-mĂȘme pour commencer, et bientĂŽt en utilisant un nouvel outil mondial en cours de prĂ©paration ! D’ailleurs, si vous voulez que l’on accĂ©lĂšre son dĂ©veloppement, vous pouvez nous laisser un message en ce sens. Et une fois passĂ© ce cap, il faut se rendre sur place pour ressentir l’endroit. Si c’est le bon, on le sait de suite ! Mais mĂȘme si l’endroit semble parfait, il faut ĂȘtre capable d’y rester
et cela demande beaucoup de rĂ©silience. Il me revient Ă  l’esprit une phrase entendue petit :« heureux sera celui qui aura un bout de terrain pour faire pousser des lĂ©gumes » ; le problĂšme, c’est que faire pousser des lĂ©gumes et entretenir la structure autour, cela ne s’improvise pas ! Il faut acquĂ©rir de nouvelles compĂ©tences. Comment devenir rĂ©silient en sortant de l’aliĂ©nation de l’emploi Il n’y a pas de secrets : soit on est trĂšs riche et bien Ă©videmment les autres font ce que nous devons faire Ă  notre place, et cela ne demande pas beaucoup d’efforts. Faire naviguer un yacht avec une Ă©quipe professionnelle et aguerrie est Ă  la portĂ©e de tout le monde. Mais naviguer en famille dans un petit voilier demande plus de capacitĂ©s et exige du temps d’apprentissage, donc de pouvoir laisser de cĂŽtĂ© ses aspirations professionnelles. Pour la majoritĂ© d’entre nous, la clĂ© du succĂšs rĂ©side donc tout d’abord dans notre capacitĂ© Ă  laisser  le moins possible d’aspĂ©ritĂ©s sur lesquelles la sociĂ©tĂ© de consommation mondialiste peut s’accrocher. Et des aspĂ©ritĂ©s, il y en a !  Notre propre mĂ©tier, notre « situation », notre « carriĂšre », vĂ©ritable cause d’aliĂ©nation, qui nous impose de vivre en zone urbaine avec les dĂ©penses inhĂ©rentes Ă  cette vie est l’une de ses aspĂ©ritĂ©s. Notre vie sociale, notre famille en sont d’autres. Bref, nous avons toutes les raisons de ne pas bouger, de ne pas changer et de ne pas nous mettre en danger sur un voilier.  C’est d’ailleurs cette prise de conscience, en cours dans de nombreuses Ă©coles d’ingĂ©nieur, la derniĂšre en date Ă©tant AgroParis Tech, qui est la clĂ© qui permet de se lancer dans l’acquisition de nouvelles compĂ©tences qui n’ont rien Ă  voir avec les siennes. Bien Ă©videmment, la solution du tĂ©lĂ©travail ; qui permet de garder son job tout en s’installant Ă  la campagne, voire Ă  l’étranger, est possible. Et nous vous conseillons de faire en sorte que, pour les familles, l’un de deux membres garde son job. Pour d’autres trĂšs chanceux, ils pourront conserver l’emploi qu’ils aiment Ă  la campagne ou outre-mer, mais ils sont peu nombreux. C’est un peu le Graal ! Mais, a minima, celui qui fait le choix de ne pas le garder, doit pouvoir se reconvertir. Une fois l’idĂ©e acquise de ne plus exercer son mĂ©tier, il est indispensable d’entreprendre une mise en compĂ©tences afin de pouvoir ĂȘtre Ă  mĂȘme d’affronter avec sĂ©rĂ©nitĂ© les nombreuses situations complexes qu’une vie visant une plus grande autonomie engendre. Cet apprentissage vous permettra aussi de dĂ©couvrir pour quel mĂ©tier manuel vous ĂȘtes fait afin de vous reconvertir dans un domaine qui vous plaĂźt. Certaines personnes dĂ©couvrent ainsi leur voie. L’une des plus grandes rĂ©ussites qui me vient Ă  l’esprit est celle de Samuel Mamias, anciennement professeur de mathĂ©matiques, qui a su par exemple mettre Ă  profit ses compĂ©tences en les associant Ă  sa passion, le travail du bois, pour crĂ©er une chaine youtube sur ce sujet et dĂ©mĂ©nager au fin fond de l’ArdĂšche. Samuel, si tu nous lis, nous aimerions bien t’interviewer! Si vous souhaitez ne pas vous spĂ©cialiser afin de tout faire par vous mĂȘme, votre apprentissage sera permanent mĂȘme dans des domaines que l’on n’apprĂ©cie pas forcĂ©ment : – construction : Ă  moins d’acheter un domaine parfaitement adaptĂ© et en service, il y aura des travaux Ă  rĂ©aliser et, a minima, un entretien car plus il y a de systĂšmes autonomes, plus il y a d’entretien et de maintenance Ă  faire. – adduction d’eau : nous vous conseillons de vous installer dans un endroit oĂč il y a une source ou bien suffisamment de pluie pour la rĂ©cupĂ©rer ; en effet, si une crise Ă©conomique s’installe, les infrastructures vont souffrir. – production d’énergie : tout comme l’eau, l’énergie va devenir de moins en moins accessible ; l’installation de panneaux solaires est indispensable tout comme le chauffage bois en zone climatique froide. Nous tiendrons bientĂŽt Ă  votre disposition des fiches techniques sur ces sujets. – production nourriciĂšre  qui exige des prĂ©paratifs sur le long terme ; un jardin en permaculture demande environ 7 ans pour ĂȘtre Ă  son sommet de productivité ; il faut en effet que les graines, rĂ©cupĂ©rĂ©es d’une annĂ©e sur l’autre, s’adaptent au terrain et cela prend du temps. Faire des conserves, confitures… – mĂ©canique automobile, voire agricole : cette compĂ©tence va devenir de plus en plus prĂ©cieuse mais il faut du matĂ©riel, d’oĂč l’intĂ©rĂȘt d’appartenir Ă  un rĂ©seau d’entraide. – tĂąches de type coiffure et tant d’autres! Nos fiches Ă  venir seront essaieront d’ĂȘtre exhaustives
 Bref, il faut ĂȘtre ou redevenir curieux , trĂšs actif, etc. Et nous vous recommandons d’effectuer un ou plusieurs stages en conditions rĂ©elles pour savoir si vous ĂȘtes rĂ©ellement faits pour cette vie-lĂ . Pour commencer, nous vous recommandons une formation certifiĂ©e en permaculture avec GrĂ©gory Derville (tĂ©moignage lors d’un prochain article). Par la suite, vous aurez accĂšs Ă  de nombreux documents pdf sur l’ensemble des thĂšmes indispensables Ă  traiter dans le cadre de votre future vie ! Cependant, plutĂŽt que de vous Ă©puiser Ă  tout avoir Ă  apprendre Ă  faire par soi-mĂȘme nous vous conseillons de vous spĂ©cialiser dans un domaine et pour le reste, au moins dans un premier temps, rencontrer des personnes qui ne demanderont rien ou qu’un service en retour de ce qu’ils pourront vous apporter. Cela impose de savoir crĂ©er son rĂ©seau humain social ce qui demande encore du temps. Notre conseil sera donc d’en intĂ©grer un. Nous ferons prochainement un point sur l’émergence de ces rĂ©seaux, en forte augmentation mais nous pouvons d’ores et dĂ©jĂ  vous conseiller de vous rapprocher de la cellule Solaris la plus proche de votre lieu de rĂ©sidence actuelle ou Ă  venir. Donc pas de panique, car avec un peu de dĂ©termination vous pourrez trouver des endroits qui correspondent Ă  vos attentes et besoins ; si vous ne trouvez pas du premier coup l’endroit idĂ©al, ce ne sera pas un Ă©chec car de maniĂšre gĂ©nĂ©rale, on ne trouve pas le bon endroit, celui qui nous fait comprendre que l’on est oĂč l’on doit ĂȘtre, du premier coup. Il faut voyager dans plusieurs endroits et longtemps pour trouver ce lieu idĂ©al oĂč vous vous sentirez chez vous sans comprendre pourquoi. Personnellement j’ai dĂ©jĂ  eu cette impression Ă  Chiang Mai, en Thailande
 En revanche, avec les conseils prodiguĂ©s, les fiches techniques et les formations indiquĂ©es, vous pourrez trouver un ou plusieurs lieux oĂč vous vous sentirez bien et pourrez vous soustraire au chaos actuel. C’est Ă  ce moment-lĂ  que commence le vĂ©ritable effort consistant Ă  chercher sa voie , se former, constituer son rĂ©seau humain, et apprendre Ă  revivre au rythme de la nature qui sont les conditions indispensables pour y rester. Rejoignez la sĂ©cession ! Vous en avez assez de subir cette mascarade ? Vous voulez entrer sereinement en rĂ©sistance contre cette dictature ? DĂ©jĂ  plus de 5.000 membres… Rejoignez Rester libre !
Lire plus »

Plus personne ne croit à une reprise mondiale avec un zéro-COVID chinois

La stratĂ©gie de zĂ©ro Covid en Chine ne nuit pas uniquement Ă  la qualitĂ© de vie de la population. Selon les analystes, elle dĂ©truit tout espoir d’un retour Ă  la normale de l’économie mondiale dans le plus bref dĂ©lai. Plus personne ne croit Ă  une reprise mondiale avec un zĂ©ro Covid chinois. A Shanghai, les autoritĂ©s auraient dĂ» procĂ©der Ă  la levĂ©e des restrictions avec la situation sanitaire qui s’est nettement amĂ©liorĂ©e. Malheureusement, les autoritĂ©s chinoises continuent Ă  serrer la vis dans l’application de leur stratĂ©gie zĂ©ro Covid. En Chine, nombreuses villes sont paralysĂ©es. Une situation inquiĂ©tante qui impacte sur l’économie du pays. La stratĂ©gie trĂšs stricte du zĂ©ro Covid menace les chaĂźnes d’approvisionnement dans tous les secteurs. Presque toutes les activitĂ©s Ă©conomiques du pays fonctionnent au ralenti. En raison de ces restrictions, l’OMS n’a pas hĂ©sitĂ© Ă  qualifier cette politique de « pas soutenable ». MĂȘme constat pour Anthony Fauci, qui a dĂ©clarĂ© que les mesures de confinement prises par la Chine avaient peu de chances de rĂ©ussir Ă  long terme. Ralentissement de la croissance Ă©conomique en Chine Les mesures sanitaires strictes adoptĂ©es en Chine ont gĂ©nĂ©rĂ© un ralentissement de l’économie chinoise. Dans les grandes villes, notamment Ă  PĂ©kin, on constate une hausse du taux de chĂŽmage. Le dernier bilan Ă©tabli en avril rĂ©vĂšle Ă©galement un ralentissement des exportations chinoises. Il faut dire qu’en raison des restrictions sanitaires en vigueur, de nombreuses usines de productions ont dĂ» fermer leurs portes. Les autoritĂ©s ont d’ailleurs restreint la circulation des personnes aussi bien Ă  l’intĂ©rieur qu’à l’extĂ©rieur. Les entreprises Ă©trangĂšres et investisseurs Ă©trangers envisagent sĂ©rieusement de quitter le pays. Une enquĂȘte des Chambres de commerce et d’industrie allemande (DIHK) a par exemple annoncĂ© que 47% des sociĂ©tĂ©s allemandes prĂ©voient de ne plus investir en Chine. Par ailleurs, la Chine a dĂ©jĂ  renoncĂ© Ă  l’accueil de la Coupe d’Asie de football qui devrait avoir lieu l’annĂ©e prochaine, un Ă©vĂšnement qui pourtant, devrait booster les activitĂ©s de ses nombreux secteurs Ă©conomiques. Ralentissement de la croissance Ă©conomique mondiale Selon les analystes et experts en Ă©conomie, ce ralentissement de la croissance Ă©conomique en Chine aura un impact sur l’économie mondiale. Il ne faut pas oublier que beaucoup de pays du monde dĂ©pendent de la capacitĂ© manufacturiĂšre de la Chine. Pourtant, elle est en chute en raison de la fermeture de nombreuses usines. Alors que la demande mondiale est en hausse, certains fabricants de puces informatiques ont Ă©galement dĂ» fermer. Les usines de production de vĂ©hicules sont Ă©galement paralysĂ©es. Actuellement, plus de 45 villes chinoises sont confinĂ©es, qui selon la maison courtage Nomura reprĂ©sentent 38% du PIB . Une dĂ©localisation serait encore plus difficile. De plus, la politique de zĂ©ro Covid a aussi provoquĂ© une perturbation des chaĂźnes d’approvisionnement internationales. Selon la prĂ©vision Ă©tablie sur les projections du Fonds monĂ©taire international, la contribution annuelle moyenne de la Chine Ă  la croissance Ă©conomique mondiale pourrait diminuer de 29% d’ici en 2027. Si l’économie mondiale est dĂ©jĂ  menacĂ©e par la guerre en Ukraine. La Chine, usine du monde, le retour Ă  la normalitĂ© de l’économie mondiale n’est pas encore pour bientĂŽt, tant que Xi Jinping maintient sa politique drastique du zĂ©ro Covid-19. La Chine restera fermĂ©e au monde pendant encore longtemps. D’aprĂšs John Ferguson, expert concernant la mondialisation, le zĂ©ro Covid engendrera la fermeture ou le verrouillage des zones clĂ©s. Rejoignez la sĂ©cession ! Vous en avez assez de subir cette mascarade ? Vous voulez entrer sereinement en rĂ©sistance contre cette dictature ? DĂ©jĂ  plus de 5.000 membres… Rejoignez Rester libre ! Encore + de confidentiels et d’impertinence ? Le fil Telegram de Rester libre ! est fait pour ça Je rejoins le fil Telegram Les dossiers d’Aventin Retrouvez les dossiers de rĂ©fĂ©rence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin ĂȘtre informĂ© clairement et avec rigueur sur la situation Je veux lire les dossiers ESSENTIEL
Lire plus »

Le nationalisme numĂ©rique, l’une des grandes peurs de Davos

Un rapport du Forum Ă©conomique mondial qui se dĂ©roule actuellement Ă  Davos a rĂ©vĂ©lĂ© les scĂ©narios possibles de la mondialisation dans le futur. L’un d’entre eux est baptisĂ© « rĂ©seaux analogiques : nationalisme virtuel ». Le nationalisme virtuel serait-il devenu la grande peur de Davos ? De quoi parle-t-on exactement et quelles pourraient ĂȘtre les implications de ce scĂ©nario ? Le livre blanc intitulĂ© « quatre avenirs pour la mondialisation Ă©conomique : scĂ©nario et leurs implications » dĂ©crit la maniĂšre dont la nature de la mondialisation pourra changer Ă  travers l’utilisation d’une matrice 2×2 structurĂ©e selon les voies d’intĂ©gration et de fragmentation.  Le rapport prĂ©sente quatre scĂ©narios (figure 1) : mondialisation 5.0 et scĂ©nario de reconnexion, rĂ©seaux analogiques et nationalisme virtuel, domination numĂ©rique et plateformes agiles, monde autarcique et fragmentation systĂ©mique. Ayant gĂ©nĂ©rĂ© une interdĂ©pendance de nombreux pays, la mondialisation peut ĂȘtre considĂ©rĂ©e comme une solution efficace pour lutter contre la pauvretĂ©. Cela dit, elle a aussi provoquĂ© des inĂ©galitĂ©s et des perturbations Ă©conomiques. Comme l’avait prĂ©dit Larry Fink, Directeur gĂ©nĂ©ral de BlackRock,  «C’est la fin de la mondialisation telle que nous l’avons connue ces trente derniĂšres annĂ©es ». RĂ©seaux analogiques : nationalisme virtuel L’un des scĂ©narios de la mondialisation future est celui du nationalisme virtuel, parallĂšle au maintien d’Ă©changes physiques rĂ©els. C’est, avec la survenue d’un monde autarcique, le deuxiĂšme pire scĂ©nario d’Ă©volution de la mondialisation d’ici 2027, l’un de ceux qui font peur Ă  Davos. AprĂšs la crise sanitaire et les conflits gĂ©opolitiques qui ont marquĂ© cette dĂ©cennie, les gouvernements mondiaux persistent Ă  croire aux avantages de la coopĂ©ration. C’est un moyen qui garantirait Ă  leurs populations l’accĂšs facile Ă  la nourriture, aux Ă©nergies et Ă  divers biens importants comme les mĂ©taux. Ce scĂ©nario met en Ă©vidence que l’intĂ©gration physique est redynamisĂ©e par la reprise des Ă©changes des biens, notamment des produits de base stratĂ©gique. Toutefois, la course technologique devient de plus en plus flagrante et cela va gĂ©nĂ©rer une dĂ©sintĂ©gration ou fragmentation virtuelle. En effet, les gouvernements Ɠuvrent actuellement Ă  avoir plus de contrĂŽle. Du coup, les entreprises font face Ă  des rĂ©glementations Ă  la fois strictes et contradictoires. Les problĂšmes de cybersĂ©curitĂ© s’intensifient Ă©galement. En outre, une forme de mĂ©contentement Ă  l’égard de la concurrence et des considĂ©rations culturelles apparaĂźt et elle s’amplifie au fil du temps. Tout cela fera naĂźtre une rĂ©action violente contre les plateformes numĂ©riques mondiales et les entreprises Ɠuvrant dans le domaine de la technologie moderne. Elles sont accusĂ©es d’ĂȘtre la principale cause du problĂšme. En effet, on les considĂšre comme des sources de divergences et de vulnĂ©rabilitĂ©. On assiste Ă©galement Ă  une Ă©mergence de nombreuses fractions. Le contrĂŽle Ă©tatique sur la libertĂ© d’expression numĂ©rique est de plus en plus fort. Des rĂ©glementations inadĂ©quates en matiĂšre de vie privĂ©e et des nouveaux pare-feu apparaissent. En ajout Ă  tout cela, le risque de dĂ©sinformation est en accru.  De plus, on voit apparaĂźtre de plus en plus des applications de fintech, de biotech et d’intelligence artificielle, ainsi que de devises numĂ©riques. En somme, il y a un vĂ©ritable monopole, ce qui rend le partage et la diffusion de l’innovation difficile. Les implications Quelles sont les implications de cette forme de la mondialisation ? Évidemment, la fragmentation virtuelle aura des consĂ©quences nĂ©gatives. Une coopĂ©ration Ă©conomique plus complexe En effet, la fragmentation virtuelle a gĂ©nĂ©rĂ© une stagnation de l’innovation collaborative en matiĂšre de technologies, services et production. Certes, il existe une intĂ©gration des flux commerciaux et cela permet une diversification d’approvisionnement en produits de base stratĂ©gique. Pourtant, elle est fragilisĂ©e par les contraintes sur le plan numĂ©rique et la hausse des risques de cyberattaques. De plus, il y a aussi une fragmentation au niveau des services financiers numĂ©riques. Cela rend les Ă©changes difficiles et compromet l’intĂ©gration commerciale Ă  l’échelle internationale. Les pays en dĂ©veloppement qui ne disposent pas d’une infrastructure numĂ©rique bien dĂ©veloppĂ©e sont dĂ©savantagĂ©s. Ils ne peuvent pas accĂ©der aux informations mondiales et aux flux technologiques suite Ă  un manque de connectivitĂ©. Les projections concernant l’économie numĂ©rique ne se rĂ©alisent pas Selon les prĂ©visions, 70% de la valeur crĂ©Ă©e dans l’économie mondiale entre les annĂ©es 2020 et 2030 devraient provenir des modĂšles de business numĂ©riques. Mais elles ne sont pas rĂ©alisĂ©es. La concurrence stratĂ©gique concernant les technologies, la divergence des normes industrielles et la stagnation de la production rĂ©sultant de la fragmentation virtuelle rendent impossible la reprise des chaĂźnes de valeur rĂ©gionales aprĂšs les perturbations. Il ne faut pas oublier que les industries axĂ©es sur la technologie incluant notamment l’aviation, les vĂ©hicules Ă©lectriques, la mĂ©decine et l’électronique sont gĂ©nĂ©ralement regroupĂ©es dans des petites rĂ©gions. Elles ont vu leur production diminuer au fil du temps en raison des nombreux blocages sur le plan technologique et virtuel. Ralentissement du dĂ©veloppement des technologies vertes Cette nouvelle forme de mondialisation peut aussi gĂ©nĂ©rer un ralentissement du dĂ©veloppement des technologies vertes.  En effet, la fragmentation virtuelle va rĂ©duire l’innovation dans ce domaine. Il devient difficile d’amĂ©liorer et d’accroĂźtre les solutions qui permettent d’abandonner les sources d’énergie polluantes. Pourtant, la dĂ©pendance aux Ă©nergies Ă  base de carbone engendre une hausse du coĂ»t de la vie. Pour couronner le tout, les rivalitĂ©s sur le plan politique, qui s’intensifient, renforcent la fragmentation virtuelle. Elles sont provoquĂ©es par le protectionnisme accru en matiĂšre de propriĂ©tĂ© intellectuelle, confortant la dĂ©sinformation et la cyberguerre. Rejoignez la sĂ©cession ! Vous en avez assez de subir cette mascarade ? Vous voulez entrer sereinement en rĂ©sistance contre cette dictature ? DĂ©jĂ  plus de 5.000 membres… Rejoignez Rester libre ! Encore + de confidentiels et d’impertinence ? Le fil Telegram de Rester libre ! est fait pour ça Je rejoins le fil Telegram Les dossiers d’Aventin Retrouvez les dossiers de rĂ©fĂ©rence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin ĂȘtre informĂ© clairement et avec rigueur sur la situation Je veux lire les dossiers ESSENTIEL
Lire plus »

Un 11e vaccin anti-covid validĂ© par l’OMS

L’OMS (Organisation mondiale de la santĂ©) vient de valider sur sa liste d’utilisation d’urgence (EUL) le vaccin chinois Convidecia. Il s’agit du 11e vaccin anti- Covid-19. Ce nouveau sĂ©rum est dĂ©veloppĂ© par la sociĂ©tĂ© biopharmaceutique CanSino Biologics. L’OMS qui vise la vaccination de 70% de la population de chaque pays du monde d’ici la fin 2022 vient d’homologuer un nouveau vaccin contre le Covid-19. MalgrĂ© un taux de vaccination Ă©levĂ© dans les pays adeptes du tout vaccinal comme en France, il semblerait que les vaccins anti-covid19 dĂ©jĂ  commercialisĂ©s ne sont pas aussi efficaces que prĂ©vu. Des Ă©tudes montrent mĂȘme les nombreux effets secondaires des vaccins recensĂ©s aprĂšs la vaccination. Convidecia sur la liste des vaccins anti-Covid validĂ©s par l’OMS Jusqu’à prĂ©sent, l’organisation a validĂ© 10 vaccins conçus pour optimiser la protection des gens contre les formes graves de la maladie, l’hospitalisation et le dĂ©cĂšs. Jeudi 19 mai, l’OMS a Ă©mis une autorisation d’utilisation d’urgence au titre du protocole EUL pour le sĂ©rum Convidecia de CanSino Biologics, Ă©largissant ainsi l’offre de vaccins validĂ©s par l’OMS contre le virus SARS-CoV-2, comprenant actuellement Moderna (mRNA-1273), AstraZeneca (AZD1222), Serum Institute of India (Covishield d’AstraZeneca), J&J (Ad26. COV2.5) ; SinoPharm (Covilo / BBIBP-CorV) ; Sinovac (CoronaVac) ; Bharat Biotech (Covaxin) ; Novavax(NVX-CoV2373) et Serum Institute of India (marque Covovax de Novavax). La liste d’utilisation d’urgence de ce vaccin a Ă©tĂ© publiĂ©e. Le vaccin chinois Convidecia a Ă©tĂ© Ă©valuĂ© selon le protocole EUL de l’OMS sur des donnĂ©es sur la qualitĂ©, le plan de gestion des risques, l’innocuitĂ© et l’efficacitĂ© du produit, ainsi que des inspections sur les sites de fabrication. L’OMS avait ensuite convoquĂ© le Groupe consultatif technique pour l’inscription sur la liste des utilisations d’urgence pour vĂ©rifier si ce vaccin de CanSino Biologics pourrait offrir une protection adĂ©quate contre le Covid-19. Les experts en rĂ©glementation ont estimĂ© que le nouveau sĂ©rum rĂ©pondait aux normes de l’OMS, de plus, les bĂ©nĂ©fices l’emportaient sur les risques. Ce 11e vaccin peut ĂȘtre utilisĂ© Ă  l’échelle mondiale, selon l’OMS. Un vaccin unidose Convidecia est un vaccin unidose Ă  base d’adĂ©novirus. Comme les vaccins Janssen et AstraZeneca , ce vaccin chinois utilise la technique du « vecteur viral non rĂ©pliquant ». D’aprĂšs les essais cliniques, il offre un niveau de protection Ă©levĂ© qui peut aller jusqu’à 92% contre le Covid sĂ©vĂšre et de 64% contre la maladie symptomatique. Notons que grĂące Ă  la procĂ©dure EUL de l’OMS qui vĂ©rifie la sĂ©curitĂ©, la qualitĂ© et l’efficacitĂ© du vaccin, les diffĂ©rents pays du monde peuvent accĂ©lĂ©rer l’approbation, l’importation et l’administration du Convidecia. Avec l’arrivĂ©e de tous ces nouveaux vaccins, on s’aperçoit que les autoritĂ©s de santĂ© sont incapables de justifier cette obsession vaccinale de grande ampleur alors que la protection donnĂ©e par le vaccin est moindre que prĂ©vu. On sait que la vaccination ne protĂšge pas du virus ni des nouveaux variants. On peut ĂȘtre infectĂ© et infecter les autres mĂȘme en Ă©tant vaccinĂ©. Statistiquement, les chiffres de l’INSEE montrent mĂȘme que la campagne de vaccination s’est accompagnĂ©e d’une hausse de la mortalitĂ©. Les dossiers d’Aventin Retrouvez les dossiers de rĂ©fĂ©rence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin ĂȘtre informĂ© clairement et avec rigueur sur la situation Je veux lire les dossiers ESSENTIEL
Lire plus »

28 000 pertes russes au combat? La DGSE a fait un copié-collé des chiffres du MinistÚre de la Défense ukrainien!

Le chiffre apparemment diffusĂ© par la DGSE de 28 000 pertes dans l’armĂ©e russe n’est pas dĂ©fendable. Outre le fait qu’il relĂšve d’un simple copiĂ©-collĂ© des communiquĂ©s du MinistĂšre de la DĂ©fense ukrainien, il ne rĂ©siste pas Ă  une analyse factuelle de la rĂ©alitĂ© du terrain. Les pertes russes reprĂ©sentent environ 15% des pertes ukrainiennes en chiffres absolus et 50% en proportion, en tenant compte du fait que les Russes se battent Ă  un contre trois sur le sol ukrainien. Nos services de renseignement semblent devenir adeptes des comptes fantastiques; sont-ils en train d’adopter les mĂ©thodes des services britanniques ou amĂ©ricains au moment de la guerre d’Irak de 2003? La Russie a perdu 28 000 soldats en trois mois de guerre en Ukraine, selon les estimations de la DGSE, les services de renseignements extĂ©rieurs français, confie un agent. “C’est une vĂ©ritable bĂ©rĂ©zina”, ajoute notre source. pic.twitter.com/2TgJijyve3 — Georges Malbrunot (@Malbrunot) May 23, 2022 Georges Malbrunot est un journaliste rĂ©putĂ©. On a par consĂ©quent du mal Ă  comprendre comment il peut produire un tweet comme celui que nous reproduisons ci-dessus. Passons sur le choix d’une image non circonstanciĂ©e avec des vĂ©hicules militaires et un cadavre dans la neige: la guerre d’Ukraine s’est passĂ©e essentiellement, depuis le 24 fĂ©vrier, en pĂ©riode de fonte des neiges et au printemps. Non, l’Ă©lĂ©ment surprenant, c’est l’affirmation selon laquelle  des pertes russes s’Ă©levant Ă  28 000 soldats serait un scoop fondĂ© sur une information confidentielle d’un contact Ă  la DGSE. En effet, Monsieur Malbrunot ne semble pas se rendre compte que son contact s’est moquĂ© de lui: les services français visiblement font du copiĂ©-collĂ© Ă  partir du site du MinistĂšre de la DĂ©fense ukrainien qui annonce, Ă  la date du 22 mai 2022, “29 000 Russes liquidĂ©s”. Au passage, on remarquera comme la langue fasciste – ce que Viktor Klemperer appelait Lingua Tertii Imperii –  a pĂ©nĂ©trĂ© jusque dans les bureaux ministĂ©riels de Kiev. La reprise pure et simple des chiffres ukrainiens depuis le dĂ©but de la guerre n’est pas quelque chose de nouveau. En tout cas dans les mĂ©dias occidentaux ou dans les textes produits par des think tanks. J’ai cessĂ© d’utiliser, par exemple, les donnĂ©es de l’ISW amĂ©ricain quand j’ai vu qu’ils ne croisaient pas les sources ukrainiennes avec des sources russes ou des sources indĂ©pendantes sur le terrain. Mais il est bien plus choquant encore que nos militaires et nos services de renseignement ne fassent rien de diffĂ©rent. DĂ©but mai, un gĂ©nĂ©ral français parlait de 20 000 pertes russes aux troupes qu’il inspectait. Aujourd’hui, la DGSE parle de 28000. Dans les deux cas, il s’agissait d’un copiĂ©-collĂ© des communiquĂ©s du MinistĂšre de la DĂ©fense ukrainien. Le ratio probable pertes russes/pertes ukrainiennes est de 15% Nous disposons d’une Ă©valuation rĂ©guliĂšre des pertes ukrainiennes rĂ©alisĂ©e par @rybar sur Telegram: Les chiffres avancĂ©s pour les pertes russes par l’armĂ©e ukrainienne et repris par la DGSE – avec autant de conscience professionnelle que le MI6 ou la CIA attestant de la prĂ©sence d’armes de destruction massive en Irak en 2003 – signifieraient que l’armĂ©e russe a rejoint les pertes ukrainiennes Ă  deux ou trois semaines d’Ă©cart. Or cela poserait un Ă©norme problĂšme puisque les troupes russes ont combattu depuis le dĂ©but du conflit Ă  un contre trois.  On estime en effet que l’armĂ©e ukrainienne a Ă©tĂ© capable d’engager environ 150 000 hommes et 30 000 miliciens; tandis que l’armĂ©e  russe a engagĂ© environ 60 000 hommes (auxquels il faut ajouter les 35 000 combattants des troupes rĂ©publicaines de Lougansk et Donetsk). Lorsque l’on parle de 28 000 soldats, on ne sait pas trĂšs bien si l’on parle Ă  la fois des troupes russes et des troupes des RĂ©publiques sĂ©cessionnistes. Cependant, les chiffres avancĂ©s signifieraient que les pertes russes sont entre deux fois (avec les troupes rĂ©publicaines) et trois fois supĂ©rieures aux troupes ukrainiennes. Surtout, elles reprĂ©senteraient entre 30 et 50% des troupes engagĂ©es. Pour donner un Ă©lĂ©ment de comparaison, les troupes amĂ©ricains au Vietnam ont perdu environ 58 000 hommes sur 500 000 soldats engagĂ©s. Soit un pourcentage de 11,6%. Pour donner un autre repĂšre, l’ArmĂ©e Rouge a perdu 13 millions des 40 engagĂ©s pendant la Seconde Guerre mondiale. On dirait donc que l’armĂ©e ukrainienne s’est montrĂ©e au moins aussi dangereuse et brutale que la Wehrmacht et les milices nazies! Et cela en ayant perdu la maĂźtrise aĂ©rienne dĂšs les premiers jours du conflit ! Tout cela n’est pas bien sĂ©rieux. En rĂ©alitĂ©, un connaisseur des choses de la guerre comme Scott Ritter est passĂ© d’un ratio  de 1/5 en termes de pertes Russes/Ukrainiens dans le premier mois de guerre oĂč les Ukrainiens Ă©taient encore capables d’infliger des pertes Ă  l’armĂ©e russe; Ă  1/10 ces derniĂšres semaines, dans le cadre de la guerre du Donbass. On ne se trompe pas beaucoup avec l’approximation suivante: un ratio de 1/5 dans le premier mois de guerre; de 1/7 dans le deuxiĂšme mois; et de 1/10 actuellement. Sur trois mois,on arrive Ă  un ratio de 15% pertes russes/pertes ukrainiennes. Au 10 mai 2022, les chiffres de @Rybar nous donnent un peu plus de 32 000 combattants ukrainiens tuĂ©s. 15% de soldats russes tuĂ©s reprĂ©sentent un peu moins de 5000 soldats. Si l’on se rappelle qu’il n’y a eu qu’un Russe engagĂ© en face de trois Ukrainiens depuis le dĂ©but du conflit; d’une part; et que, d’autre part, les pertes sont toujours proportionnellement plus importantes chez l’assaillant que chez le dĂ©fenseur – l’art de la guerre recommande, pour la conquĂȘte d’un pays, d’avoir une supĂ©rioritĂ© de 3 pour 1 – on constate que les pertes russes sont proportionnellement deux fois moins importantes malgrĂ© le dĂ©savantage donnĂ© Ă  l’attaque. Et cela malgrĂ© la formation occidentale des combattants ukrainiens depuis 2014, les vagues d’approvisionnement de l’armĂ©e ukrainienne en matĂ©riel occidental et la transmission permanente d’images satellites aux Ukrainiens par les services occidentaux.
Lire plus »

Donald Trump frappe fort contre la Chine

Il faut dire que le ton est montĂ© entre Occidentaux et Chinois sur la question de l’origine du virus. Selon Donald Trump, il n’est pas exclu que la Chine l’ait dĂ©libĂ©rĂ©ment laissĂ© circuler depuis le laboratoire P4 de Wuhan. La France et la Grande-Bretagne se sont Ă©galement inquiĂ©tĂ© d’une Ă©ventuelle intervention humaine dans la pandĂ©mie.

Ce ping-pong entre puissances a conduit Ă  une convocation en bonne et due forme de l’ambassadeur chinois en France. Selon Le Drian, cette entrevue crispĂ©e s’est heureusement terminĂ©e. Il semblerait que ce soit le cas, puisque le blocage chinois a Ă©tĂ© levĂ© dans la foulĂ©e de cette entrevue.  

La newsletter du jour

Tous les jours, le récapitulatif des articles du Courrier des StratÚges

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialitĂ© pour plus d’informations.

1 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez Ă©galement aimer