30 novembre 2020

Le courrier des stratĂšges

Prenez de l'avance sur l'actualité

🎖Initiatives dispersĂ©es des assureurs pour redorer leur image

Sur le front du coronavirus, la FFA et les assureurs peinent toujours autant Ă  se mobiliser de façon lisible, audible, comprĂ©hensible et coordonnĂ©e. On note deux initiatives tardives qui dĂ©notent une certaine bonne volontĂ©, mais qui exposent la profession au risque de donner l’image de combats d’arriĂšre-garde et de mauvaise volontĂ©.

Deux initiatives contre le coronavirus et ses effets sont Ă  noter dans le domaine de l’assurance. On les mentionne pour nourrir le catalogue de cette communication dispersĂ©e dans la tourmente qui risque, nous le rĂ©pĂ©tons, de jouer un vilain tour Ă  la profession. 

CrĂ©dit Mutuel et CIC brisent l’unitĂ© du front sur la perte d’exploitation

On a appris hier que le CrĂ©dit Mutuel et le CIC brisaient finalement la solidaritĂ© de la place sur la question du risque d’exploitation. Ces deux assureurs ont dĂ©cidĂ© de verser 200 millions Ă  leurs assurĂ©s. VoilĂ  qui contrevient Ă  la doctrine en vigueur, Ă©noncĂ©e par la FFA et rĂ©pĂ©tĂ©e comme un mantra : indemniser la perte d’exploitation nous conduirait Ă  la faillite. 

Il faut dire que le CrĂ©dit Mutuel est fortement implantĂ© en Alsace, voisine de la BaviĂšre oĂč Allianz a dĂ©cidĂ© d’indemniser… On voit comment l’idĂ©ologie europĂ©enne tant prĂŽnĂ©e en France par l’Ă©lite financiĂšre oblige Ă  s’aligner sur les pratiques allemandes. N’en dĂ©plaise Ă  l’Ă©tat-major de la FFA qui s’est barricadĂ© dans une position politiquement intenable. 

En attendant, des mouvements patronaux comme la CPME en font des gorges chaudes. Dans un communiqué, celle-ci indique :  

« Plusieurs compagnies soucieuses de la nĂ©cessitĂ© d’accompagner et de soutenir leurs clients professionnels dans une pĂ©riode plus que difficile, se sont en effet engagĂ©es dans cette voie. Ainsi, le CrĂ©dit Mutuel et CIC Assurances verseront Ă  leurs clients ayant souscrit une assurance multirisque professionnelle avec perte d’exploitation, « une somme correspondant Ă  une estimation forfaitaire de perte de revenus de chaque secteur Ă©conomique pendant cette pĂ©riode ». La ConfĂ©dĂ©ration des PME salue ces engagements exemplaires et appelle les autres compagnies Ă  mettre en place rapidement des dispositifs similaires. » 

VoilĂ  qui sent l’assaut final sur la ligne arrĂȘtĂ©e depuis le 13 mars.  

L’annonce floue de la FFA de 150 millions pour le tourisme

ParallĂšlement, la FFA annonçait 150 millions € d’investissement dans le tourisme, sous la contrainte du gouvernement. Les conditions de ces investissements sont encore floues. Par ailleurs, elles paraissent un peu hors sol dans la mesure oĂč le secteur du tourisme sera sans doute sinistrĂ© pour deux ans du fait de l’Ă©pidĂ©mie. 

Dans tous les cas, on voit mal quel bénéfice la profession peut tirer de cette annonce, présentée par des sites pourtant complaisants comme le « Boursier » comme des réponses forcées à des injonctions gouvernementales. Depuis un mois, la communication des assureurs est cataclysmique.