🎖Les dĂ©penses publiques dĂ©passeront les 75% du PIB cette annĂ©e

L’Ă©conomie française devrait atteindre le score soviĂ©tique, en 2020, de 75% du PIB consacrĂ©s aux dĂ©penses publiques. Il n’est pas sĂ»r que Leonid Brejnev aurait osĂ© prĂ©senter de tels chiffres au Soviet SuprĂȘme en son temps. Une telle performance semble avoir contentĂ© Bruno Le Maire, qui a mis ces chiffres fiĂšrement en avant lundi dans les mĂ©dias. 

Bruno Le Maire est heureux ! La France va consacrer 75% de son PIB aux dĂ©penses publiques en 2020. Enfin, il ne l’a pas exactement prĂ©sentĂ© comme ça. Il a simplement expliquĂ© que l’État avait d’ores et dĂ©jĂ  mobilisĂ© 20% du PIB pour sortir le pays de la crise du coronavirus… Et comme nous Ă©tions Ă  56% de dĂ©penses publiques…

450 milliards sur la table…

Grande nouvelle donc, la France a mobilisĂ© Ă  ce stade 450 milliards € pour conjurer la crise du coronavirus (et du confinement, et de la guerre des prix du pĂ©trole, pour les puristes attachĂ©s Ă  une prĂ©sentation exhaustive de la situation). Comme le dit trĂšs bien Bruno Le Maire, cette somme Ă©quivaut Ă  20 points de PIB. 

Quelle fiertĂ© ! Alors que les dĂ©penses publiques avaient atteint 56% du PIB en annĂ©e normale, il faut dĂ©sormais redresser ce chiffre de 20 points pour comprendre dans quelle dĂ©rive nĂ©o-libĂ©rale nous avons sombrĂ©. En dehors de la CorĂ©e du Nord, de Cuba et du ViĂȘtnam, nous ne devrions pas compter beaucoup de concurrents dans la course au communisme cette annĂ©e. 

Il y a deux mois, le plan Ă©tait de 190 milliards

Faut-il rappeler que, fin mars, GĂ©rald Darmanin annonçait que la France dĂ©bloquait 190 milliards pour Ă©viter la catastrophe. Finalement, plus du double est sorti de nos poches percĂ©es, retardant d’autant la conscience que les Français peuvent avoir de la gravitĂ© de la situation. 

Nous avions dĂ©jĂ  annoncĂ© Ă  l’Ă©poque que l’annĂ©e se terminerait avec des dĂ©penses publiques Ă  70% du PIB. Tous les compteurs explosent dĂ©sormais, et l’on ne sait oĂč cette fuite gĂ©ante s’arrĂȘtera. 

À lire aussi

Le Conseil Constitutionnel est-il devenu schizophrĂšne ?

COVID 19: Boris Johnson pris sous les feux croisĂ©s de son propre parti, de l’opposition travailliste et…de Nigel Farage

Commission d’enquĂȘte : une Ministre trĂšs mal Ă  l’aise lorsqu’il s’agit de justifier les dĂ©penses de conseil externe

Annonces de Jean Castex, des allÚgements en écran de fumée

Boire du café éviterait les maladies du foie

Le passe vaccinal devrait durer au moins jusqu’Ă  l’Ă©tĂ©

Ces 500 sportifs de haut niveau ont-ils Ă©tĂ© victimes d’effets secondaires graves voire mortels des vaccins anti-COVID?

Etats-Unis : Rochelle Walensky, en charge du réseau fédéral des agences sanitaires fait son mea culpa

Le Conseil Scientifique alerte sur le retentissement de la vague Omicron sur le systĂšme de soins

Israël: échec de la 4e dose face à Omicron

Mais oĂč Macron trouvera-t-il l’argent ?

Pour l’instant, tout va bien. MalgrĂ© l’inflation galopante de ces sommes, la France parvient encore Ă  se financer. L’emprunt Ă  20 ans lancĂ© ce mercredi a suscitĂ© de nombreux appĂ©tits chez les investisseurs. Les moyens devraient ĂȘtre donnĂ©s pendant quelques semaines. Mais… pour l’instant, les investisseurs ne connaissent pas l’Ă©tat de la situation, et tout le monde vit sur un petit nuage entre plan europĂ©en Ă  750 milliards et annonce de coronabonds Ă  500 milliards. 

L’optimisme moutonnier triomphe. 

La BCE lance les premiĂšres alarmes

Face Ă  cette euphorie de la dĂ©pense, le meilleur est sans doute Ă  venir. Pour l’instant, un Bruno Le Maire tire gloire de l’intervention massive de l’État. Il n’est pas le seul. Partout en Europe, et mĂȘme dans le monde, c’est la course Ă  celui qui affichera la plus grosse dĂ©pense, le plus gros plan, le plus gros montant. 

Mais Ă  ce jeu-lĂ , l’Ă©conomie mondiale devrait gonfler rapidement de trĂšs belles bulles qui Ă©clateront Ă  l’automne ou plus tard, mais qui Ă©clateront un jour. La BCE le sait, qui a d’ores et dĂ©jĂ , dans sa revue de stabilitĂ©, manifestĂ© son inquiĂ©tude vis-Ă -vis du phĂ©nomĂšne. Selon ses craintes, plusieurs pays pourraient ĂȘtre contraints Ă  quitter la zone euro avant de faire dĂ©faut. “Elle Ă©voque aussi les risques liĂ©s Ă  l’endettement des entreprises, Ă  la faible rentabilitĂ© des banques et Ă  l’éventualitĂ© d’une correction sur les prix immobiliers.”

Bref, l’argent facile des États abreuvĂ©s d’argent imaginaire par la Banque Centrale EuropĂ©enne commence la zombification de nos Ă©conomies, synonyme de rĂ©veil douloureux pour nos Ă©conomies. 

L’insolvabilitĂ© guette. 

Anticiper un défaut français

Pour l’instant, les cigales françaises chantent et dĂ©nient les risques qui s’accumulent. En particulier, la BCE prĂ©pare un scĂ©nario oĂč elle ne pourrait plus intervenir sur les marchĂ©s secondaires avec la BundesBank allemande. Il n’y a qu’en France oĂč le risque est balayĂ© du revers de la main au nom d’un interminable optimisme qui a si souvent montrĂ© ses effets pervers par le passĂ©. Sagement, il vaut mieux anticiper la survenue d’un dĂ©faut français dans les 2 ans Ă  venir et adapter sa stratĂ©gie d’Ă©pargne Ă  ce moment douloureux oĂč un Philippe le Bel de passage pourrait avoir la tentation de pratiquer quelques rapines pour renflouer ses caisses. 

36 Shares:
8 commentaires
  1. “Alors que les dĂ©penses publiques avaient atteint 56% du PIB en annĂ©e normale, il faut dĂ©sormais redresser ce chiffre de 20 points pour comprendre dans quelle dĂ©rive nĂ©o-libĂ©rale nous avons sombrĂ©”
    une dĂ©rive nĂ©o-libĂ©rale? Un libĂ©ral verrait plutĂŽt dĂ©pense de PIB = 0 points….

    1. Ah non Pas Zero et les salaires et autres annexes de la FONCTION PUBLIQUE ? Ou alors il y a eu un Reset NuclĂ©aire ou Covid 33 chinois 🙃! Contrairement aux trous dans le GruyĂšre, le fonctionnaire plus y en a plus ça pĂšse …. dans le PIB ! Il serait temps de passer a un autre repĂšre !

  2. Quand cessera-t-on de comparer une somme de d Ă© p e n s e s au PIB qui est, lui, une somme de va l e u r s a j o u t Ă© e s ?
    S’agit-il d’ignorance, ou de volontĂ© d’inquiĂ©ter nos concitoyens, de susciter leur rĂ©signation et leur docilitĂ© ?

    1. Peut-ĂȘtre parce qu’il faut des valeurs ajoutĂ©es produites par des entreprises pour que des dĂ©penses publiques soient possibles ?

    2. Le PIB recense Ă  la fois la production marchande et la production non marchande, composĂ©e exclusivement de services. En France, le PIB non marchand est presque exclusivement le fait des administrations publiques (sĂ©curitĂ©, justice, santĂ©, enseignement).Par convention, il est Ă©valuĂ© Ă  son coĂ»t de production.La somme des Valeurs ajoutĂ©es correspond uniquement le calcul du PIB marchand….

  3. Bien sur qu’il faut des entreprises, notamment pour… exĂ©cuter les commandes de l’Etat, qui constituent la majeure partie des dĂ©penses publiques !
    La “valeur ajoutĂ©e” (qui est la seule grandeur qu’il serait lĂ©gitime de comparer au PIB), est mesurĂ©e au “coĂ»t des facteurs”… c a d pour l’essentiel, la masse salariale & les dĂ©penses de chauffage, d’Ă©clairage, et de dĂ©placement.
    Dans la mesure oĂč “les dĂ©penses des uns sont les revenus des autres”… cette partie “autoconsommĂ©e” par la fonction publique apporte elle aussi des revenus aux entreprises, sous forme de dĂ©penses des agents de l’Etat pour se nourrir, se vĂȘtir, se chauffer, et se dĂ©placer.
    Dans le contexte actuel de risque de dĂ©flation, la croissance des dĂ©penses publiques n’est pas seulement une bonne nouvelle: c’est une nĂ©cessitĂ© absolue.

    1. Mais non, M. Zaharias, “es dĂ©penses des uns ne SONT PAS les revenus des autres. Comme tous les sochialichtes, vous raisonnez en Ă©conomie fermĂ©e alors qu’on se trouve en Ă©conomie ouverte : quand un fonctionnaire reçoit sa paye, fruit du labeur des entrepreneurs et crĂ©ateurs de valeur ajoutĂ©e, il va majoritairement la dĂ©penser en produits comprenant de la valeur ajoutĂ©e crĂ©Ă©e en Chine. Donc les dĂ©penses des fonctionnaires français ne sont pas les revenus des autres travailleurs du privĂ© français.

      1. Bien noté, si je peux , il faut rappeler que le pognon de « dingue de la Redistribution sociale «  est a l origine d un déficit puisque sur 10 euros redistribués 6 vont aux produits chinois , c est le consom -acteur qui permettra de re localiser de l emploi en France mais seulement a Haute Valeur Ajoutée ou alors c est encore du baratin pour faire oublier les impots de production sont une spécialité hexagonale qui nous penelise a terme !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez Ă©galement aimer