Autotests COVID : quand l’Assurance Maladie refuse l’autorité du Conseil d’Etat

L'Assurance Maladie dirigée par Thomas Fatome, grand pourfendeur des libertés en tous genres et taliban de la domination étatique, n'apprécie visiblement la décision du Conseil d'Etat de reconnaître la validité des autotests pour obtenir le passe sanitaire. Huit jours après cette décision contentieuse du Conseil, le site de l'Assurance Maladie continue à prétendre que les auto-tests ne permettent pas d'obtenir le passe sanitaire. Voilà une belle façon de fouler aux pieds l'autorité de la chose jugée.

L’Assurance-Maladie n’aime pas la liberté de ne pas être vacciné et le fait savoir. Dans la capture d’écran réalisée de 5 novembre, c’est-à-dire une semaine après le rendu de l’ordonnance du Conseil d’Etat réintégrant les autotests dans les conditions de délivrance d’un passe sanitaire, le site de l’Assurance Maladie continue d’indiquer que les “autotests négatifs, même réalisés sous la supervision d’un professionnel, ne seront plus être intégrés (sic) au passe sanitaire à partir du 15 octobre”. Voilà une belle façon de ne pas tenir compte de la décision du Conseil d’Etat que nous avons publiée

Le Conseil d’Etat réintègre les autotests

Rappelons en effet que, saisi par l’association Via présidée par Jean-Frédéric Poisson, le Conseil d’Etat a annulé la disposition réglementaire par laquelle le gouvernement n’autorisait plus le recours à l’autotest pour obtenir le passe sanitaire. 

On voit ici l’argumentation du Conseil d’Etat : le gouvernement tente d’étrangler financièrement les non-vaccinés qui recourent aux tests PCR pour obtenir leur passe sanitaire en bannissant les tests les moins chers pour l’obtenir. Nous avons expliqué la faiblesse de l’ordonnance du Conseil d’Etat, rendue une semaine après une audience convoquée en urgence. 

Tout indique que les pourparlers entre le Conseil d’Etat et le gouvernement ont été ardus. Selon toute vraisemblance, si le Conseil d’Etat était indépendant du gouvernement et impartial, il aurait annulé le déremboursement des tests. Mais il ne faut jamais oublier que le Conseil d’Etat est présidé par le Premier Ministre, que ses magistrats font des mobilités régulières dans les administrations qu’ils sont chargés de juger, que le directeur des affaires juridiques du ministère de la Santé est un conseiller d’Etat, et que, depuis un an et demi, le conseil d’Etat a multiplié les signaux de partialité en faveur du gouvernement

On peut de façon plausible imaginer que, face au blocage autoritaire du gouvernement sur une remise en cause des déremboursements, le Conseil d’Etat ait voulu arrondir les angles en réintégrant les tests à 12€ (en réalité à 5€) pour obtenir le passe sanitaire. 

La caste se crispe

Face à cette décision pourtant modeste et timide, la caste porteuse de l’idéologie du vaccin obligatoire se crispe et refuse tout bonnement de l’entériner. Nous avons cité plus haut l’exemple de l’assurance-maladie. Nous produisons ci-dessous une capture d’écran du site service-public.fr, qui ne répercute pas plus la décision du Conseil d’Etat. 

Ben alors ! c’est pas beau de répandre des fake news ! 

Voilà qui illustre la difficulté de la caste à respecter le droit quand il lui est défavorable. 

La société civile doit s’organiser pour tacler le gouvernement

Face aux méthodes déloyales de la caste, il est désormais indispensable que la société civile organise sa sécession et mette en place son propre juste et équitable. On voit bien, en effet, que la caste utilise partialement le droit pour imposer des mesures iniques, et qu’elle refuse le droit lorsqu’il contredit ses caprices. 

Concrètement, nous devons nous émanciper désormais de cette domination absurde et brutale. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

652 Shares:
13 commentaires
  1. La sécurité sociale ne devrait plus rembourser les “”vaccins”” ARNm . Car cela nous coute à nous cotisant beaucoup d’argent pour de piètres résultats . La preuve le nombre de cas continue à augmenter . Ce qui n’est pas le cas au UTTAR PRADESH en inde , qui a choisi l’option IVERMECTINE + Zn +Vit D .

  2. a la 2 eme ligne ” la domination étatique, n’apprécie visiblement la décision du Conseil d’Etat ” il manque pas un PAS par hasard ? a l’avant derniere ligne ” la société civile organise sa sécession et mette en place son propre juste et équitable. ” il manquerait pas un mot par hasard

  3. “Les choses ont manifestement bougé ce jeudi 4 novembre en milieu de journée. SI-DEP, l’outil numérique du dépistage, signale désormais sur son site : “à compter du 3 novembre 2021 à partir de 19h30, la saisie dans SI-DEP des autotests réalisés sous la supervision des professionnels de santé habilités sera rétablie et, sur résultat négatif, permettra de délivrer un pass sanitaire.””https://www.lci.fr/sante/pass-sanitaire-les-autotests-ont-ils-ete-reintegres-par-le-gouvernement-comme-l-exige-le-conseil-d-etat-2200871.html

  4. J’ai déjà dit ici qu’il fallait enlever ses coordonnées téléphoniques de son compte Ameli, de plus aller chez le médecin en n’utilisant plus sa Carte Vitale, ce qui est on ne peut plus légal. En gros payer son médecin (25€) et ses médicaments quand la facture n’est pas trop salée. Ne pas donner sa Carte Vitale à son pharmacien pour une ordonnance est légal, c’est notre libre-arbitre. On n’est pas obligé, le pistolet sur la tempe, de se faire rembourser ses soins, c’est une facilité républicaine qui est devenue un corset et une paire de menottes. Libérons-nous en ! C’est ce que je fais et c’est le prix de la liberté. Vous payez votre médecin et votre pharmacien en liquide, c’est encore mieux.

    De plus, payer ses soins comptant rend moins malade, c’est connu, sauf en cas d’affection grave bien entendu. Cela responsabilise sur la manière de vivre et de s’alimenter pour rester en bonne santé. Compléments alimentaires, vitamines, phytothérapie, etc. Je vais chez mon médecin une fois par an. Ma femme et mes enfants, on cherche la dernière fois où ils ont été consulter…

    Cette action est simple et interdit à la CPAM de savoir ce que vous faites de votre vie et de votre santé, qui plus est les empêche de vous dicter leurs oukases par téléphone et par émail, de vous suivre à la trace dans votre parcours de soin, qui ne devrait, compte tenu du Secret Médical encore protégé par la Constitution, n’intéresser que votre médecin, votre pharmacien et vous-même.

    Certains Français se plaignent du mauvais remboursement de la Sécurité Sociale, et juste après, vont au supermarché s’acheter un téléviseur grand écran à 1.000€… Il faut faire des choix.

    J’envisage de m’assurer à terme chez des assurances et mutuelles privées, Allianz par exemple. Cela coûte moins cher que de donner des parts salariale et patronale énormes sur ses revenus et c’est de la même manière légal.

    Sortir de la Sécurité Sociale va s’imposer à un nombre de plus en plus important de salariés.
    Que cela reste un filet pour les moins aisés est juste et normal dans une société avancée !
    Pour les autres, la privatisation de la santé va devenir la seule solution pour lutter contre cette dictature immonde.
    Il faut donc commencer par soi-même et s’autonomiser de celle-ci.

    1. C’est-à-dire que vous payez (prélèvements d’office sur les salaires et retraites) les cotisations d’assurance maladie et les frais de santé (médecins – pharmacie etc…) !
      Vous payez donc plutôt deux fois qu’une !
      Merci de m’expliquer l’intérêt de tout ça et notamment comment un salarié ou un retraité peut sortir ou s’affranchir volontairement du régime d’assurance maladie de la sécurité sociale😁

  5. “le site de l’Assurance Maladie continue à prétendre que les auto-tests ne permettent pas d’obtenir le passe sanitaire.”
    Je clique sur le lien du site Ameli.fr du 5 novembre que vous indiquez et je lis :
    “Un autotest négatif de moins de 72h peut être intégré au passe sanitaire. Pour faire valoir ce droit, il doit être supervisé par un professionnel.”
    Ont-ils rectifié le 6 novembre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer