La Malaisie autorise de façon conditionnelle l’utilisation du traitement Ronapreve

Ce mardi, le ministère malaisien de la Santé a annoncé l’approbation conditionnelle de l’utilisation du traitement Ronapreve. C’est un cocktail d’anticorps monodose fabriqué par Roche et Regeneron. Ce traitement figure parmi les premiers anticorps monoclonaux à usage humain autorisés pour traiter le Covid-19. Ils sont surtout destinés aux patients qui ne requièrent pas d’oxygène supplémentaire mais qui ont un risque élevé de développer une forme grave de la maladie.

Feu vert sur l’utilisation de Ronapreve

Après la société pharmaceutique Eli Lilly avec son traitement à base d’anticorps monoclonaux, et la pilule controversée de Merck , voici Ronapreve qui est un médicament développé par les laboratoires pharmaceutiques Roche et Regeneron. Il est né de la combinaison de deux anticorps monoclonaux, dont le casirivimab et l’imdevimab.

Ce produit a fait l’objet d’une demande d’autorisation auprès de la Haute Autorité de la Santé française. Pour rappel, cette dernière s’est prononcée en faveur de son utilisation chez les personnes immunodéprimées, exposées aux formes graves de la maladie. Le Ronapreve a aussi bénéficié d’une validation d’urgence ou temporaire en Inde, dans d’autres pays d’Europe, aux Etats-Unis, au Canada et en Suisse.

En Malaisie, le ministère de la Santé vient d’approuver l’utilisation de ce cocktail d’anticorps monodose pour traiter les patients atteints du Covid-19. Notons qu’il s’agit d’une autorisation conditionnelle. Les résultats d’une étude clinique démontrent que Ronapreve permet une baisse de la charge virale en seulement 7 sept jours de traitement. Des études ont en effet révélé que les anticorps monoclonaux peuvent réduire le risque d’hospitalisations et de décès chez les patients susceptibles de développer une forme grave du Covid- 19.

Octroi d’une licence d’importation d’essais cliniques pour la pilule de Merck

Toujours dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, le ministère malaisien de la Santé a également approuvé la demande de licence d’importation d’essais cliniques déposée par Merck&Co. Elle concerne notamment l’utilisation de sa pilule molnupravir dans le cadre d’études qui seront menées en Malaisie.

Pour rappel, la Haute Autorité de Santé française s’est prononcée le 10 décembre  dans son avis, qu’elle a refusé  l’accès précoce au monulpiravir en traitement curatif des formes légères et modérées des patients atteints de  la covid-19. Malgré cela,  le laboratoire Merck a déjà signé des accords de vente avec nombreux pays incluant la France, qui a commandé 50.000 doses de Molnupravir  sans avoir attendu les autorisations de mise sur le marché.

Il est étonnant de s’apercevoir que les médicaments peu couteux aux résultats prometteurs contre les formes graves du Covid à l’image du Fluvoxamine ou l’ivermectine sont mis à l’écart.  Les autorités de santé semblent préférer les traitements coûteux, aux effets secondaires peu sûrs.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

11 Shares:
4 commentaires
  1. “Il est étonnant de s’apercevoir que les médicaments peu coûteux”
    aux résultats avérés en traitement précoces … et en prévention aussi …Non, je ne suis plus étonné.
    Je suis juste scandalisé, atterré, révolté.

  2. L’expression “d’urgence” (état d’urgence, validation d’urgence…) a un effet tétanisant sur la population. S’il y a urgence, il ne faut pas poser de questions…
    Ça tombe bien, les labos n’ont pas de réponse.
    Dire que les braves gens qui regardent le rapport qualité prix de ce qu’ils achètent et contrôlent la qualité de leur alimentation tolèrent que leur gouvernement achète, à leurs frais, des produits sur la foi de la publicité et sans analyse des ingrédients…

  3. C’est probablement la 1 ere generation dans l’histoire a fait preuve d’autant d’egoisme ( maladie touchant en majorité les vieux ( je ne suis pas un perdreau de l’annee je peut me permettre) et de manque de courage. On sacrifie dans la plus grande indifference les générations à avenir.

  4. OUI ! Hier, une jeune fille de 12 ans m’a dit “je me suis fait vacciner car tu comprends ma grand-mère a 102 ans…” est-ce aux jeunes de protéger les adultes ? Surtout à 102 ans bon sang de bon soir ! Il va falloir se préparer à l’idée qu’à cet âge-là, mourir…ça arrive !!! covid ou pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer