McKinsey ne paye pas l’impôt sur les sociétés depuis 10 ans

Ce mercredi 16 mars, les sénateurs Eliane Assassi et Arnaud Bazin ont présenté leur rapport devant le Sénat. Il y aurait beaucoup à dire, tellement les conclusions sont accablantes à tous niveaux, mais comment ne pas tout d’abord mentionner cette bombe : le cabinet de conseil McKinsey ne paye pas l’impôt sur les sociétés en France ! Au vu de son implication dans les dossiers sensibles du pays – pendant la crise sanitaire mais pas seulement – c’est tellement gros qu’on a du mal à y croire. Le président de la commission d’enquête annonce saisir le procureur de la République.

 
 

 

Deux directeurs associés du cabinet McKinsey étaient auditionnés par le Sénat mardi 18 janvier (je vous en parlais ici). Lors de cette audition, M. Karim Tadjeddine, sous serment, a affirmé que le cabinet de conseil payait bien ses impôts sur les sociétés en france.

Rappel des méfaits de McKinsey pendant la crise sanitaire

L’État a passé 68 commandes à des cabinets de conseil, pour un montant total de 41 millions d’euros.

S’agissant de la crise sanitaire, le cabinet McKinsey est celui qui arrive en tête des dépenses. La commission estime la note à 13,5 millions d’euros et souligne son rôle « clé de voûte » en matière de stratégie vaccinale (que nous rappelions ici)

En moyenne, une journée pour un consultant est facturée 2168,38 euros.

Pour justifier ces sommes astronomiques, les deux directeurs associés du cabinet de conseil expliquaient leur rôle d’appui de la « taskforce ministérielle » : cadrage opérationnel et la mise à l’échelle de flux logistiques – mise en place et coordination des outils de mobilisation de la campagne vaccinale – Benchmarking : suivi et comparaison de la campagne de vaccination dans d’autres pays pour comparer l’avancement de la France.

Langage aux apparences modernes pour désigner des techniques dignes de l’URSS.

La nouvelle bureaucratie managériale : une maison de fous (1/3) | Le blog parachrématistique

Dans la réalité, le jargon de la start up nation se traduit comme ceci : McKinsey a organisé de A à Z la journée des agents de santé publique france entre septembre 2020 et juin 2021, animant deux réunions quotidiennes, et exigeant la production plusieurs rapports par jour.

Tout cela orchestré par un agent de liaison payé 170 000 euros, à nos frais !

Et cerise sur le gâteau, les succursales se refilent les powerpoints entre elles. Un même « livrable » a été retrouvé en France et en Australie (pas pour moins cher, on vous rassure).

Ces documents ne sont pas estampillés McKinsey, mais ils sont tamponnés ministère de la santé … 

McKinsey sait aussi être inventif en dehors de la crise sanitaire

APL EN TEMPS REEL : tout comprendre sur l'évolution des aides au logement - Polylogis Immo

Comme si la gestion du Covid ne suffisait pas à la firme, ses talents se sont révélés bien au-delà de la gestion d’une crise sanitaire.

La liste suivante fait assez froid dans le dos :

Aux détours de ce rapport, l’on apprend que la fameuse réforme de l’économie des 5 euros sur les APL a été soufflée par nos bons serviteurs aux oreilles du président pour un montant de 3,88 millions d’euros.

Entre 2020 et 2022, le cabinet américain évalue la stratégie nationale de santé pour 1,2 millions d’euros.

On se souvient bien évidemment de l’organisation de deux colloques sur l’avenir du métier d’enseignant pour un montant de 496 800 euros.

La cabinet américain a également rédigé un guide sur le télétravail dans la fonction publique pour une somme 235 620 euros.

Enfin, pour une prestation de 327 060 euros, McKinsey a été chargé d’examiner le mode de gestion du nouveau bonus / malus sur les cotisations d’assurance chômage. C’est à lui qu’est revenu le choix du prestataire final.

Tout ça avec nos impôts, alors qu’il ne paye pas les siens. Comique ou tragique ?

Un montage fiscal au nez et à la barbe de tous

Arnaud Bazin vous explique le montage opéré par le cabinet de conseil américain :

La filiale française produit des résultats fiscaux négatifs depuis 10 ans grâce à un montage avec la société mère immatriculée au Delaware (Etat américain insoupçonnable de toute manipulation fiscale …).

Le procureur de la République sera saisi concernant les déclarations sous serment de Karim Tadjeddine en application de l’article 40 du code de procédure pénale. Il reviendra au parquet de poursuivre les investigations.

Ok pour l’ingéniosité du montage, mais peut-on imaginer une seule seconde qu’un cabinet d’une telle envergure puisse produire une comptabilité capable de mener à un résultat fiscal déficitaire depuis 10 ans ?! (329 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020!)

Au fait, Emmanuel Macron est aux mannettes depuis quand environ ?

87 Shares:
3 commentaires
  1. Il existerait donc quelques sénatrices (et teurs) honnêtes, il s´agit d´une quasi révélation, et surtout maintenant de suivre la continuation des résultats de cette commission d’enquête, dont on sait également que trop souvent elles servent à enterrer délicatement le sujet dans les méandres d’une justice aux ordres, friande de procédés dilatoires aussi efficaces que variés.
    Qui vivra verrat, si les petits cochons ne nous mangent pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.