Faut-il aller voter ? La question du premier tour

Voter ou ne pas voter ? telle est la question. Dans cette vidéo publiée sur Telegram, je vous donne quelques éléments de réflexion et (un peu) de réponse sur l'importance du vote ou l'impact de l'abstention sur la capacité d'un Président de la République à mener des réformes.

Lire les informations Telegram

Pour lire ces informations, vous avez besoin d'être abonné à Telegram, dont le téléchargement est très simple. Nous diffusons des informations sensibles plusieurs fois par jour sur le fil Telegram Rester libre !
IMPORTANT

Dans tous les cas, je préconise une seule certitude à avoir : le système mondialiste ne se résume pas à Macron, et faire battre Macron ne suffira pas à se débarrasser du système mondialiste. 

Mais j’avais écrit un papier sur ce qui arriverait si Macron gagnait

Les dossiers d'Aventin

Retrouvez les dossiers de référence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin être informé clairement et avec rigueur sur la situation
ESSENTIEL
3 Shares:
12 commentaires
  1. Le soutien des patriotes à E.Zemmour est une profonde absence de conception, qui révèle jusqu’où va désormais l’inconscience du rôle de “nation” dans “démocratie” , en particulier chez ceux qui insultent les non-votants.
    Je ne suis pas philosémite, pour rester modéré, mais je serais prêt à défendre Eric Zemmour physiquement.
    Pourtant, empêche-t-on la noyade de tout l’équipage en le faisant monter sur les épaules d’un passager, parce qu’il est maître-nageur ?
    Si les bras et les jambes de l’équipage sont gangrenés, est-ce que vous escomptez les remplacer en greffant les membres du maître-nageur ?
    Zemmour est d’une loyauté supérieure envers une nation qui n’existe quasiment plus.
    Cette nation doit se sauver d’abord elle-même avec son cœur ethnique historique avant de bénéficier de la grandeur d’âme de son enfant adopté.
    L’équipage doit se jeter à l’eau, s’exposer à la noyade pour retrouver les gestes de la nage qu’il ne pratique plus depuis longtemps ; ses membres s’assainiront, et la gangrène naissante renoncera ; il méritera l’admiration du maître-nageur.
    Tout autre rétablissement est un faux-semblant.
    Zemmour sera la première victime d’un artifice de pleutres, qui finira très mal.
    Il n’y a personne d’autre ? Et alors ? L’essence de la droite est moins de faire gagner les valeurs aux élections, que de les créer.
    Même si la droite démocroteuse gagnait encore des élections, elle ne crée plus aucune valeur ; le miracle Zemmour ne fera qu’aggraver ce mal.
    MLP ne se contente pas de perdre des élections, elle détruit les valeurs que son père brandissait de son exil moral.
    Sans valeurs nationales dans l’air, le peuple ne peut s’enivrer que de ce qui luit dans le caniveau.
    Pour la droite gaulliste (actuellement anéantie par la droite affairiste, cosmopolito-libérale) , les élections doivent être une gratification surnuméraire ; la gratification primordiale, d’être le sang de la nation.
    La recommandation du vote chez ceux qui insultent les non-votants n’est rien d’autre que le renoncement inavouable à tout espoir de reconquête par l’insurrection physique.
    Ces votants sont ceux qui, comme d’habitude, rallieraient les combattants victorieux en déclarant qu’ils sont des “résistants de la première heure” .
    Le vote dans la nation agonisante actuelle cautionne l’idée macroteuse que cette agonie n’existe pas.
    Dans la prévalence de la nation sur le marché, les votants sont l’essentiel des traitres qui ne regrettent que l’insuffisance du marché.

  2. Oui mais si Macron n’est plus là, le système mondial va être bien emmerdé, hein !

    Quand au nigaud de service, toujours les mêmes conneries enfilées comme des perles…

    Laissons le peuple souverain dire son sentiment, car on franchement l’impression, ça devient lourd de chez lourd ici, alors que tous militent pour reconduire ce système mondial et sa pièce macronienne qui les avantage tant, soyons honnête !

    Ou alors l’idiot utilisme a pris des dimensions insoupçonnées, quasi sophistiques, chez les intellectuels ou ceux qui prétendent en être…

    Ou est-ce qu’on assiste à une position de caste, plus qu’à un choix idéologique ?
    Souvent l’arrière cour de la politique est faite de basiques intérêts financiers… C’est humain.
    La question mérite d’être à nouveau posée. Les combats idéologiques pour sauver notre pays ne se résumeraient alors qu’à de vulgaires corporatismes et quelques parts de marché médiatiques…
    Touche pas au grisbi salope ! On en revient toujours à ça, finalement…

    L’Étrange Défaite a déjà mis en évidence ces positions absurdes qui ont emmené la France où elle était, et dans l’état où elle est à nouveau 80 ans après. On semble militer aujourd’hui, chez les élites intellectuelles, pour l’effondrement systémique et l’assujettissement à une puissance mondiale. Les X-Crises se reforment et vont collaborer dans un planisme de sinistre mémoire. C’est parait-il la raison, on sait qu’on disait la même chose en 40.

    Nul n’ignore que je milite activement pour un sursaut, il est déjà évident depuis dimanche, on n’avait jamais vu ça en France : 100.000 réunis derrière mon candidat.
    Mais sera-t-il majoritaire dans les urnes ?
    Oui je le sens. On verra. Laissons faire la démocratie que certains n’aiment plus du tout pour qu’advienne ou se pérennise une oligarchie. Si vous n’avez rien à dire de plus que l’abstention, et bien abstenez-vous, c’est votre vie ! Et je reste poli.

    En fait, militer pour l’abstention est donner un blanc seing à l’oligarchie, qui ne l’a déjà compris ?
    Sinon le spectre du Grand Charles parlera ce soir d’outre-tombe sur Radio Londres.
    Quel étonnement, la lâcheté et la défaite naviguent trop souvent de concert !
    A quoi bon argumenter encore et encore ?

    1. Faire attention au fait que les nigauds deviennent vite des idéologues, degrés par degrés.

      Dans un premier temps, il vous disent que c’est mal de faire ceci, ou cela, et que cela ne servira à rien de faire le contraire.
      Puis ils finissent par servir la soupe aux pouvoirs parce que faut bien garder sa place et son pouvoir d’achat, sa place dans le monde.
      Après ils militent pour venir vous faire entende raison par la force, et, si vous récalcitrez encore, la solution des camps de redressement est raisonnablement envisagée, puis s’impose d’elle-même.
      La crise du Covid a montré ce glissement imperceptible des consciences, de la raison vers l’abjection.
      Et après il redressent votre nuque avec un pistolet pointé sur celle-ci.
      Et vous avez un trou qui saigne…
      Éliminé, vous n’êtes plus un problème.
      Ce n’était en fait qu’une résolution de problème.
      La société et le pouvoir politique doivent régler les problèmes.

      Mais c’est toujours la raison qui les a guidés, ils n’obéissaient qu’aux ordres.

      La différence entre le militantisme et le crime n’est qu’une question de degré.
      Les journalistes français travaillent aujourd’hui majoritairement pour Radio Paris.

  3. Bonsoir Eric, pourquoi indiquez vous que seuls deux candidats ne sont pas dans LE système (vous citez Marine Le Pen et JL Mélenchon). Pourquoi ne pas parler de NDA ? d’autant plus qu’il a beaucoup œuvré pour dénoncer la gestion Covid par le gouvernement et dénoncer le pass nazitaire. En attente de vous écouter sur cela.

      1. Sauf qu’il y a un élément nouveau dans cette élection. Pour la première fois depuis des décennies, il y a un candidat qui n’est pas issu du “milieu”, qui n’est pas politicien de métier, ni aux ordres du néolibéralisme et qui propose une politique en rupture avec tout ce qui se fait depuis 30 ans et plus. Et donc, alors qu’effectivement ces dernières années rien ne changeait avec le vote ce qui justifiait l’abstention, aujourd’hui de nombreux citoyens, qui ne votaient plus, vont y aller cette fois-ci. Et cela va changer la donne et le résultat. Enfin, le vote est notre dernière arme, nous les citoyens. Et ne pas voter cette fois-ci c’est favoriser le sortant. C’est donc prendre parti pour Macron, pour le néolibéralisme, pour le Great Reset, etc. C’est aussi abandonner la seule chose qui nous reste de la démocratie. Si l’on ne vote pas là, alors il faudra accepter le crédit social à la Chinoise, il faudra cesser de se plaindre ou de publier des articles pour expliquer ce qui ne va pas. Ne pas voter c’est abandonner la lutte parce qu’on abandonne le seul pouvoir qu’il nous reste.

        1. La démocratie n’est pas la solution, c’est le problème.

          ” … le vote est notre dernière arme ”
          raisonnement d’esclave ; la liberté ne se donne pas, elle se prend quand il n’y a plus d’autre issue.
          Pour finir, la nation doit se sauver d’abord elle-même avec son cœur ethnique historique avant de bénéficier de la grandeur d’âme de son enfant adopté (E.Zemmour) .
          Tout autre rétablissement est un faux-semblant.
          Visiblement vous n’êtes pas une patriote, mais une vulgaire consommatrice mécontente, il est donc naturel que vous ne conceviez même pas une opération où l’enjeu ne serait pas d’abord matériel : l’insurrection de la nation contre le marché.

  4. Ne pas voter, c’est voter pour Macron. Ne pas voter c’est voter pour le Néolibéralisme. Ne pas voter, c’est voter pour le Great Reset. Voter pour un petit candidat, dont nous savons tous qu’il n’a aucune chance ni d’être au 2ème tour, ni d’être élu, c’est aussi, hélas, favoriser Macron, le néolibéralisme et la Great Reset. Les questions qui doivent nous guider sur le choix du ou de la candidat(e) à élire sont les suivantes : Y a-t-il un candidat qui combat la mondialisation ? un candidat qui veut sortir du commandement de l’Otan afin que la France redevienne une voix indépendante et audible dans la diplomatie mondiale, afin que la France œuvre enfin pour la paix et non la guerre comme le fait Macron ? Y a-t-il un candidat qui va combattre l’Africanisation de la France et l’islamisation de la France ? Y a-t-il un candidat qui entend en finir avec le gaspillage de l’Etat ? Y a-t-il un candidat qui veut supprimer les doublons administratifs, le millefeuille décisionnaire ? Y a-t-il un candidat qui veut remettre l’administration au service des citoyens et non l’inverse comme c’est le cas depuis trop longtemps ? Y a-t-il un candidat dont le programme redonnera du pouvoir d’achat aux salariés sans charger les entreprises ? Y a-t-il un candidat qui défend les valeurs, l’histoire, les traditions de notre pays et qui s’affiche une fois de plus contre la mondialisation ? La réponse est OUI. Seulement voilà : il faut lire les programmes, prendre l’information à sa source et non celle travestie par les médias auxquels Macron a donné 406 Millions € ou qui appartiennent aux amis milliardaires de Macron. Et puis, pour finir, il faut accepter que, de toute façon, on ne sera jamais d’accord sur tout avec un candidat. Mais l’heure est tellement grave, qu’il est vital de nous exprimer en et d’accepter de faire des concessions, petites au regard de l’enjeu, afin que la France reste la France.

    1. @Anonyme Aléthéia
      La démocratie sans la nation, s’appelle le marché, ni plus ni moins.
      La démocratie tuant la nation est l’inspiration fondamentale du marché.
      Quand la nation a pour ennemi mortel une autre nation, elle fait la guerre, défensive ou agressive pour survivre.
      Quand la nation est agressée par le marché démocratique, et qu’elle agonise, l’heure n’est plus d’aller voter pour s’exprimer devant le bourreau ; mais de combattre le meurtrier comme une nation ennemie : tous les moyens honorables sont désormais bons pour affaiblir cette démocratie, la détruire, et se sauver de la disparition ; alors seulement, sa vie interne l’amènera à choisir de nouvelles institutions, éventuellement démocratiques, mais propices au développement de la nation, pas à sa disparition.

    2. Il n’est pas certain qu’un vote, même massif, pour EZ change grand chose tant nos marges de souveraineté sont réduites, aussi bien par les instances supranationales que par les trahisons de la haute administration. Sans compter notre dette. Mais au moins, les globalistes auront l’état réel de l’opinion… et nous aussi.

    3. Voter pour un petit candidat risque de favoriser Macron, repose sur l’idée que les sondages ne sont pas truqués. Alors le sont-ils oui ou non ?
      Ensuite voter pour un des grands candidats, là encore les sondages limitent le choix à MLP et JLM.
      EZ est trop derrière.
      Si on choisit MLP, puisqu’elle est devant JLM, au second tour les Français risquent de faire barrage à son élection ou de s’abstenir et favoriser Macron.
      Bref, il ne reste plus qu’un seul choix : JLM !
      Par contre si on ignore les sondages, NDA est le candidat qui remplit les bonnes conditions.
      Ne sachant s’il faut faire confiance aux sondages, j’avoue que je suis désemparé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer