Davos exclut désormais la Russie

Le Forum économique mondial de Davos est de retour après deux années d’interruption à cause de la pandémie du Covid-19. Suite aux sanctions « internationales », Davos exclut désormais la Russie, le World Economic Forum (WEF) a pris parti pour l’Ukraine.

Le Forum a débuté dans la ville alpine suisse de Davos le 22 mai pour ne prendre fin que le 26 mai prochain. Comme à l’accoutumée, de nombreuses personnalités politiques et économiques sont présentes. Créé en 1971, c’est la première fois depuis l’ère Gorbatchev que cette rencontre n’accueillera aucun ressortissant russe. Cette année, en visioconférence, c’est le président ukrainien Zelensky qui a ouvert le bal ce lundi. Comme à son habitude, il a réclamé des « sanctions maximum » contre la Russie et bien sûr davantage d’armes.

Plus aucun contact avec les entités russes

Avec pas moins de 2500 participants avec une forte délégation de Kiev, une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement ont fait le déplacement à Davos pour le 51e Forum économique mondial. La Russie qui était un partenaire stratégique du WEF a été exclue du Forum à cause de la Guerre en Ukraine.

Pourtant, Poutine et son prédécesseur à la présidence, Dmitri Medvedev, se sont adressés au WEF à cinq reprises entre 2007 et 2021. Poutine a même été invité à prendre la parole en janvier 2015, au lendemain de l’invasion de la Crimée par la Russie, mais il a décliné l’invitation.

Pour cette édition 2022, plusieurs partenaires russes stratégiques du WEF ne seront pas du voyage. Comme la banque VTB, le groupe Gazprom et la Sberbank dont le directeur général était pourtant , depuis 2011, membre du Board of Trustees, plus haut organe de direction du WEF. Ces « habitués » du Forum sont actuellement sous le coup de sanctions. Pourtant, depuis des années, ces entreprises étaient de fervents sponsors du WEF.

Selon le porte-parole du WEF, Samuel Werthmüller, plus aucun financement russe ne parvient au forum . Chose étonnante pourtant, même les traces des anciennes collaborations avec la Russie ont été effacées. Comme  le Centre for Cybersecurity, qui a vu le jour en  2018, cette plateforme de cybersécurité  du WEF et de la Sberbank, ne mentionne plus la banque russe comme son partenaire fondateur. Y a-t-il une volonté de dissimuler ces coopérations de la part du WEF ? Pourquoi est-ce devenu gênant? Pour Samuel Werthmüller , le WEF ne fait que « respecter les sanctions.»

Le président du Forum économique mondial, Borge Brende, souhaite que “la Russie prenne un autre chemin (…) dans les années à venir, pour respecter la charte de l’ONU et ses obligations internationales.”

Cette année, place à l’Ukraine, les participants au forum ne pourront pas visiter la nouvelle Russia House. L’assemblée ne participera pas à la célèbre soirée de l’oligarque Oleg Deripaska. Elle va plutôt assister à une exposition la Maison des crimes de guerre russe qui a lieu dans l’ancienne Maison de la Russie, organisée par le mécène ukrainien Victor Pinchuk.

A part la Russie, la Chine encore mobilisée à appliquer sa stratégie du zéro-covid, le Premier ministre britannique, le président Biden et Emmanuel Macron ont brillé par leur absence.

Conflit en Ukraine, pandémie, métavers, climat, inflation…, plusieurs sujets à débattre

La guerre en Ukraine est évidemment au cœur du débat. Le changement climatique fera également partie de l’ordre du jour. Les participants au forum ont jusqu’à jeudi pour trouver des solutions pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. Il faut ajouter au lot le ralentissement de la croissance économique mondiale. Selon le président du Forum, Borge Brende, la récession touche plusieurs pays du monde et elle va générer une hausse du taux de chômage et du taux de la pauvreté.

Cette année le thème de la rencontre est “L’ Histoire à un tournant: politiques gouvernementales et stratégies d’affaires”. Pour Klaus Schwab, fondateur du WEF, cette réunion reste “la plus importante” depuis la création du forum. Les participants vont également discuter de l’inflation,de métavers, de la crise énergétique, de la sécheresse et des pénuries alimentaires en Afrique. Enfin, la pandémie reste aussi au cœur des préoccupations, avec l’apparition de nouveaux variants.

Des dizaines de manifestants anticapitalistes sont contre la tenue de ce Forum économique à Davos. Vendredi, ils se sont rassemblés et ont défilé à Zurich, la plus grande ville de Suisse, en brandissant une banderole « Smash WEF ».

Pour ces manifestants, il ne sortira rien de positif de cet évènement organisé à Davos.

About Post Author

50 Shares:
3 commentaires
  1. trouver des solutions pour limiter les émissions de gaz à effet de serre…
    ralentissement de la croissance économique mondiale, crise énergétique…
    ” Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes”
    Mais ce qui filtre de ces réunions n’est que de la com à destination des peuples…

  2. Doit être fou furieux le père Schwab depuis qu’au forum de Davos, Henry Kissinger a appellé l’Ukraine à des concessions territoriales pour la paix !
    On dirait bien que le formateur laisse tomber le fils de nazi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer