Législatives : la crise de régime commence et on va bien s’amuser

Comme nous l'avions annoncé il y a dix jours, Emmanuel Macron ne disposera que d'une majorité relative à l'Assemblée Nationale, qui l'obligera à de nombreuses contorsions pour gouverner. Dans les mois, et peut-être même les semaines qui viennent, ce Président vertical, si peu habitué au compromis politique, devrait connaître de sérieuses difficultés institutionnelles. Nous faisons le pari d'un pourrissement rapide de la Vè République, qui se terminera par une rupture systémique et un passage (probablement lent et douloureux) vers une autre forme de démocratie. L'actualité va nous régaler !

Tout ne se passe pas comme sur des roulettes pour le deuxième mandat d’Emmanuel Macron. Nous avions annoncé il y a 10 jours que le Président n’obtiendrait qu’une majorité relative, ce qui déboucherait sur une crise de régime. La première moitié de la proposition est vérifiée aujourd’hui, et nous maintenons notre pronostic pour la deuxième partie : la Vè République n’en a plus pour longtemps, et toutes les options sont désormais ouvertes pour la suite. 

La Vè République ne fonctionne plus…

Premier constat, en tout cas : De Gaulle avait inventé la Vè République pour éviter le parlementarisme de la IIIè et de la IVè Républiques. Sa constitution, avec son redoutable scrutin uninominal à deux tours aux législatives, devait éviter la paralysie des institutions et permettre de dégager des majorités robustes en tout temps. 

Visiblement, la recette ne fonctionne plus. Les législatives confirment que la majorité n’existe plus et qu’il faut désormais composer en mode IVè République. 

Le naufrage du quinquennat chiraquien

On se souvient que Chirac avait introduit le quinquennat pour éviter les cohabitations. La règle était que les électeurs confirmeraient forcément aux législatives le choix opéré aux présidentielles. C’était la solution pour éviter la paralysie. 

Visiblement, cette vieille croyance-là a vécu. Macron a bien été réélu pour un deuxième mandat, mais sans dégager une majorité parlementaire. L’idéal chiraquien est mort. 

Une constitution obsolète

Progressivement, on mesure les dégâts qui se préparent. D’un côté, des institutions qui favorisent l’autoritarisme d’un seul homme. D’un autre côté, une absence de majorité pour gouverner. 

Nous avons récemment exposé les raisons qui expliquent l’obsolescence de notre construction républicaine. Ce qui pose problème, c’est la verticalité rigide d’une démocratie représentative qui ne correspond plus à la sociologie et aux technologies de notre époque. Quels que soient les rafistolages que le pouvoir peut ou pourra tenter, le problème durera. 

Ce qu’il faut, c’est opter pour une nouvelle forme de pouvoir institutionnel. 

Face à Mélenchon et Le Pen, ces gens du passé…

La Vè République n’a décidément pas de chance, et on imagine mal qu’elle puisse durablement survivre à l’épreuve qui se prépare. Car Macron devra désormais composer avec une puissante NUPES, mais qui est faite de bric et de broc avec des gens qui se détestent et dont l’unité n’est que transitoire, et un RN qui devrait friser les 100 postes de députés. 

Le tour de force de Mélenchon est de faire croire à sa victoire. En réalité, son étrange attelage n’a obtenu de 5,5 millions de voix. Tout cela fait partie de la rhétorique politique. Il n’en demeure pas moins que son poids est suffisant pour empêcher Macron de gouverner. Mais, Comme Marine Le Pen, Mélenchon est un homme du passé qui continue à penser, quoiqu’il s’en défende, dans le cadre partisan habituel. 

La Vè République à bout de souffle

Autrement dit, on peut faire confiance à la NUPES et au RN pour épuiser et essorer la Constitution jusqu’à ses ultimes limites. De manigances parlementaires en coups d’éclat rendant la vie du Président impossible, les deux partis vont fracasser l’ordre politique et convaincre de nombreux Français qu’il faut désormais tourner la page. 

Pourquoi on va bien s’amuser

Avec que ce ras-le-bol ne s’exprime définitivement (le taux d’abstention montre qu’il s’exprime depuis longtemps, mais pas encore suffisamment), nous bénéficierons de quelques belles heures de spectacle. Le scénario en est déjà écrit : Macron défendra mordicus, au moins en apparence, un projet européiste qui est combattu à des degrés divers par la NUPES et par le RN. 

Sur cet axe crucial de la mondialisation et de la souveraineté, les passions devraient se déchaîner, entamant au passage la crédibilité du projet européen au pire moment de son existence (celui du retour de la guerre), et la crédibilité de la France dans l’Europe. 

Nous nous donnons donc rendez-vous dès cette semaine pour rédiger la chronique de cette faillite annoncée – faillite qui nous soulagera des pulsions liberticides que nous avons déplorées sous le précédent quinquennat. Notre conviction est que ce dénouement ne sera pas fluide, et même qu’il sera particulièrement théâtral et théâtralisé. 

Rejoignez la sécession !

Vous en avez assez de subir cette mascarade ? Vous voulez entrer sereinement en résistance contre cette dictature ? Déjà plus de 5.000 membres...

Encore + de confidentiels et d'impertinence ?

Le fil Telegram de Rester libre ! est fait pour ça
144 Shares:
16 commentaires
  1. Le vrai tour de force c’est le RN, largement devant Lfi et Les Ripoux (larem j’ai pas les chiffres). RN qui portera à la banque ce lundi un jackpot de 50M€. Brava! Victoire nette du populisme et de l’abstention.

  2. Finalement, ces élections législatives sont une excellente chose !
    Si Macron est neutralisé, c’est très bien.
    Mais gageons qu’il y a assez de traitres chez LR pour aller défendre Macron.

  3. je suis loin d’être aussi optimiste : avec les 60 députés LR les LREM dépassent la majorité absolue, et je ne donne pas 2 jours aux LR pour négocier en échange de postes et autres avantages leur soutien total et inconditionnel au gouvernement. on pourrait même avoir d’ici quelques jours un nouvea premier ministre LR et quelques nouveaux ministres LR en échange de ce soutien, le tout au nom de la démocratie, pour que le pays soit gouvernable et ne soit pas aux mains d’oppositions extrêmistes : le discours est déjà tout prêt dans les cartons, préparé sans doute entre autre lors de la rencontre (non inscrite à l’agenda officiel) de Macron avec Larcher il y a quelques jours. le pays va donc appartenir à un parti moribond qui obtient un pouvoir insensé par sa capacité à offrir une majorité absolue à la majorité présidentielle relative, et à un parti dont personne ne veut et qui n’a des députés que pour avoir fomenté des dules NUPES/LREM dans lesquels trop d’électeurs se sont retrouvés sans personne pour qui voter….
    je pense que le pouvoir va plutôt se crisper et se renforcer autour de cette alliance avec LR et la pseudo lutte contre les extrêmes. l’insécurité fomentée permettra par ailleurs, en attendant une nouvelle vague covid, de faire accepter des lois de plus en plus liberticides (pour notre propre bien et nous protéger de cette insécurité contre laquelle le gouvernement lutte pied à pied depuis des années en ne cédant rien)

    1. Excellente analyse, Lucienne. J’ajouterai que la négociation en échange de postes et autres faveurs contre un soutien total de LR à LREM comporte un risque avéré de faire exploser ce parti moribond.
      Mais apparemment, Macron est prêt à prendre ce risque, quitte à renforcer le RN avec ceux qui ne marcheront pas dans la combine, sans pour autant obtenir une majorité absolue. C’est un coup de poker qui est loin d’être gagnant-gagnant, avec un risque évident d’une assemblée instable comme aux meilleurs jours de la quatrième république dont certains gouvernements ne tinrent pas plus d’un mois.

      Répondre moderated
    2. tout à fait d’accord et pour ceux qui ne feront pas partie de ces magouilles il n’y aura que la rue car c’est tout ce qui reste à la démocratie quand elle n’est pas dans les urnes (il faut quand même rappeler les pas de côté de plus de la moitié de la population avec l’abstention) et les vote de rejet qui n’ont rien à voir avec l’adhésion

  4. Olivier véreux réélu en beauté devant la nupes dans sa circo de l’Isère. Un signe qui ne trompe pas. Tous unis sous la bannière vaccinale contre les ennemis du progrès. Voilà le plan du régime pour rassembler.

  5. Macron n’aura aucun mal à faire sortir une majorité d’une telle composition de l’assemblée. Le plus étonnant est quand vous supposez des convergences anti-européennes entre la NUPES et le RN. Marine le Pen a amplement démontré qu’elle n’avait de convictions solides sur aucun sujet : elle s’opposera donc, mais sans autre objectif que de maintenir son bloc d’élus et d’électeurs. Quant à la NUPES, vous semblez oublier que le ‘E’ est pour ‘écologiste’ et le ‘S’ pour ‘socialiste’. De ce côté là, la dissolution dans l’acide de l’ambition personnelle promet de grands succès au débauchage macroniste. Pour finir, la collaboration LR va de soi. Au total, un bel ensemble fonctionnel vaccinolâtre, otanophile et cornaqué par McKinsey.

    Répondre moderated
    1. « Marine le Pen a amplement démontré qu’elle n’avait de convictions solides sur aucun sujet ». Je reconnais bien là la peur de tout d’un certaine catégorie de français bourgeois et boboïsants, médisant et méprisant la seule représentante du peuple. Si MLP n’a pas de convictions, que dire de tous les autres tartuffes politicards. Bravo à elle et aux patriotes qui ont participé à l’affirmation du RN. Et ce seront eux, et eux seulement capable de remettre la France en ordre, car cette constance, ce courage et cette opiniâtreté malgré un environnement plus qu’hostie est remarquable. Une anecdote en passant, Georges Fenech, député LR, disait chez Praud il y a six mois que le RN aurait de la chance s’il avaient 15 députés pour faire un groupe, et hier soir que Macron devrait nommer un LR premier ministre. Un grand devin, un gamellard anti républicain. Et qui dit tout et son contraire le temps passant. Et c’est un ancien juge…

      Répondre moderated
  6. En fait Macron a gagné. Ce type ne pense qu’à sa réélection de 2027. Sans majorité, il ne pourra pas faire passer ses réformes impopulaires. Il pourra expliquer cela à l’Europe qui en conviendra.
    En 2027 il sera élu dans un fauteuil. Mitterrand et Chirac avaient compris que ce genre de situation assure leur élection

    Répondre moderated
  7. Je suis assez d’accord avec cet article mais il y a tout de même 2 questions qui se posent.
    Macron peut au bout de quelques mois dissoudre l’assemblée nationale pour espérer avoir une majorité absolue. Le fera-t-il? Et puis certains députés de gauche et aussi de LR peuvent collaborer avec Macron. Mais pour obtenir la majorité absolue, cela va être difficile.

  8. “Le naufrage du quinquennat”
     
    Si le septennat était trop long, le quinquennat est tout aussi visiblement trop court, ne reste donc plus que le sexennat (espérons juste qu’il ne ressuscitera pas les balets roses ;-p)

    “faillite qui nous soulagera des pulsions liberticides”
     
    Houlà, rien n’est moins sûr, car il ne faudrait surtout pas oublier que nous-avons affaire à un malade mental, qui plus est, qui ne supporte aucune contradiction – mais d’un autre côté, ça pourrait bien ouvrir la porte à une motion de censure présidentielle, ce qui serait un moindre mal, parce que Benito va tenter par tous le moyens de faire payer par le peuple sa nullité crasse ainsi que celle des ses cons-eillers.

  9. Je ne comprends pas cet aspect salivaire de l’article. Comment ‘se régaler’ ? « La Vème République n’en a plus pour longtemps ». « Un RN qui devrait friser les 100 postes de députés » serait un homme du passé ! Cher auteur, je dirais avec vous que l’eurocratie est en danger de mort cérébrale. Mais pour le reste je ne vous suis pas. Faites un sondage et vous verrez que probablement 80% des Français ne veulent pas sortir de ce cadre républicain ‘sécurisant’ issu de 1958. Les parlementaires vont à la soupe servie par une technostructure qui leur est convenable à tout point de vue, même financier. Les CRS bien équipés assurent la sécurité des députés dans cette ambiance de fascisme gris très bien ancrée électoralement. Si un référendum arrive un de ces jours, le gamin-roi sera conforté sur ses pieds d’argile. La scène extérieure au pays est plus propice à des changements libératoires chez nous que ne le peuvent être nos propres ressources internes. Gaz, inflation, dettes et taux, wokisme dégénéré qui fait que les USA opèrent un repli national avec des ‘républicains’ qui abandonnent une tête de pont continentale pour mieux se réarmer intérieurement. L’homme malade du continent, c’est l’Allemagne qui se réarme en ouvrant ‘en même temps’ ses centrales à charbon polluantes, action effectuée par un ministre écologiste ! C’est cette contradiction, imposée à la raison, qui déconsidère toutes ces fadaises religieuses née de l’écologisme qui mobilisait des foules apostates ayant renié l’humaine nature libérée par le Christ. Au fond de moi, je pense que la crise est cet effondrement des protestantismes (Wasp, luthérien, … matérialisme) qui sont des supercheries religieuses couvertes d’un badigeon de christianisme mensonger. Comment se dire chrétien si l’on ne croît pas à la ‘réelle présence’ dans l’eucharistie ? En face des mahométans posés sur le père noël Mahomet, figure légendaire, les protestants du ‘livre tombé du ciel’ sont nus, couchés sur des fondations de sable. Ils se découvrent aujourd’hui démunis et si stupides d’avoir écrit ‘In god we trust’ sur une pièce de monnaie rendue à César. Ce sont donc bien des ressorts étrangers à la France qui peuvent modifier le climat en France et non pas la chute de ses Institutions si solides pour la technostructure régnante. Regardez le RN qui a des sièges de députés en régime de scrutin majoritaire ! Qui l’eut cru ? Tout baigne dans ce milieu nutritif pour ‘parlementaires’ qui acceptent globalement le ‘broyage de crâne’ de nos frères. Ils sont appelés ‘vauriens’ par Benoît XVI.

  10. la gouvernance est mondiale, les élus ne sont que des pantins du système globalisé contrôlé par les financiers privés sans état. Il n’y a plus d’état-nation, c’est juste du cinéma et un simulacre de démocratie. Alors non, on ne va pas se régaler du tout. Le pire va se renforcer. La dictature mondiale devient chaque jour plus solide, on le constate avec les plandémies successives. Les chefs d’état ne dirigent plus, s’ils l’ont jamais fait, ils obéissent à ceux qui se fichent des nations et des populations, parce qu’ils se placent au-dessus et qu’ils estiment que toute la Terre leur appartient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer