Les investisseurs doutent du double langage de la Chine à concilier objectif de croissance et zéro Covid

Si les investisseurs étrangers en Chine, deuxième économie de la planète, ont espéré un assouplissement des restrictions, en fait il n’en est rien. Réélu Secrétaire général de son parti, le président chinois Xi Jinping a une fois de plus affirmé le maintien de la politique Zéro Covid qui pénalise lourdement l’économie chinoise. Pourtant, les responsables politiques chinois ont promis la poursuite de la croissance, mais à priori, visiblement il s’agissait d’un discours conçu pour apaiser les craintes.

Alors que le monde se rouvre, la Chine s’enferme dans sa stratégie de « Zéro Covid ».  Malgré un nombre officiel insignifiant d’infections (environ 1 552 nouveaux cas quotidiens sur 1,4 milliard de personnes), les autorités chinoises continuent à serrer la vis.  Après le XXe Congrès du parti, Xi Jinping, réélu pour un troisième mandat, refuse de changer de cap sanitaire. Pourtant, cette  stratégie « zéro Covid » a engendré plusieurs perturbations de grande envergure, étant donné que la circulation des personnes et l’approvisionnement en termes de produits sont restreints. Presque toutes les activités économiques du pays fonctionnent au ralenti. Selon les projections du Fonds monétaire international, la contribution annuelle moyenne de la Chine à la croissance économique mondiale pourrait diminuer de 29% d’ici en 2027.

Les investisseurs jouent la prudence

Lors du XXe Congrès du Parti communiste qui s’est tenu le mois dernier, Xi Jinping a décroché un troisième mandat en tant que secrétaire général. Pendant son discours, il a renouvelé son soutien à la stratégie du zéro Covid. Pourtant, tout indique que cette politique a déjà eu des conséquences dramatiques sur l’économie chinoise et elle a aussi de graves répercussions sur la croissance mondiale.

Depuis septembre, le nombre de nouveaux cas d’infection au Covid-19 en Chine a doublé tout en restant dénombrable en milliers, ce qui est infinitésimal pour un pays d’un milliard quatre cents millions d’habitants.

Les investisseurs internationaux ont espéré que les autorités chinoises allaient assouplir les restrictions, notamment les mesures de quarantaine. Pour eux, c’est la seule manière de relancer l’économie du pays. Pourtant, les mesures sanitaires en vigueur en Chine restent sévères. Les verrouillages se poursuivent dans plusieurs régions sans que les autorités présentent une stratégie de sortie adéquate. Cette politique de gestion de Covid stricte pèse lourdement sur l’activité de nombreuses entreprises.

Selon Reuters, le fabricant de véhicules électriques NIO a décidé de suspendre la production dans la ville de Hefei. L’opérateur des chaînes KFC et Pizza Hut, Yum China, a aussi déclaré la fermeture temporaire de certains de ses restaurants en Chine. Par ailleurs, les sociétés de produits de luxe Estée Lauder et Canada Goose Holdings prévoient de réduire leurs prévisions pour l’ensemble de l’année suite aux fermetures des magasins.

La Chine entend poursuivre sa croissance

Malgré tout, les responsables politiques en Chine ont promis mercredi que la croissance reste leur unique priorité. Ils vont donc poursuivre « la réforme et la politique de la porte ouverte » qui ont permis de stimuler les marchés boursiers.

Des entretiens préenregistrés de hauts responsables de la banque centrale chinoise et des autorités de régulation des marchés financiers et bancaires ont révélé que la Chine va maintenir la stabilité de sa monnaie et de ses marchés immobiliers ;

Le vice-président de la China Securities Regulatory Commission (CSRC), Fang Xinghai a déclaré que les « investisseurs internationaux devraient lire plus attentivement le rapport de travail du président Xi ». Ce document indique que la croissance économique du pays est très significative. M. Xi a ajouté que le taux de croissance potentiel de la Chine reste à un niveau raisonnable.

De son côté, Yi Gang, gouverneur de la Banque populaire de Chine (PBOC), a fait savoir que la Chine continuera à déréglementer ses marchés. Pour apaiser les craintes liées aux blocages économiques générées par la politique du zéro Covid, il a aussi déclaré que l’économie chinoise est en bonne voie.

Pourtant, la situation est tout autre. En effet, il se trouve que la valeur du Yuan a connu une chute d’environ 13% par rapport aux dollars. Selon la banque japonaise Nomura, la croissance du produit intérieur brut qui a augmenté de 3,9% au cours du troisième trimestre pourrait baisser. De leur côté des responsables de la Réserve fédérale américaine , ont déjà averti que de nouvelles perturbations en Chine pourraient annuler les récents gains économiques aux États-Unis.

 

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

35 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer