Le pouvoir du toucher, indispensable et vital aujourd’hui

Le toucher est un sens qui a toute son importance dans la vie de l’Homme, de la naissance à son dernier souffle. C’est l’un des premiers moyens de communication dont il dispose. Il est vrai que depuis la pandémie du Covid-19, les mesures de distanciation sociales ont changé les relations humaines. Le contact physique a pratiquement disparu de nos habitudes, pourtant, il est nécessaire à plus d’un titre…

Stressé, fatigué, anxieux ? Et si vous essayez la digitopuncture ?

Le toucher affectif, indispensable pour mieux supporter la douleur

Depuis le début de la crise sanitaire en 2020, les contacts physiques se sont progressivement effacés de notre quotidien. La peur du Covid-19 et le rythme de vie font que les gestes d’affection, les accolades, les embrassades n’étaient que très rarement visibles. Certes, les mesures sanitaires ont changé depuis cette semaine avec la fin du port du masque en intérieur et la fin du pass vaccinal, mais certains ont visiblement perdu l’habitude du contact physique.

Pourtant, l’être humain est, rappelons-le, un être social. Il a besoin de toucher ses pairs pour nouer des liens, combattre le stress, ressentir la vie.

Une équipe de chercheurs américains l’a d’ailleurs prouvé avec un test impliquant des couples d’amoureux qu’ils ont appelés « romantic partners ». Les résultats publiés dans la revue PNAS ont dévoilé que lorsque les couples étaient séparés, aucune interaction ne survenait lorsque l’un d’entre eux souffrait. Mais lorsqu’ils se tenaient la main et que l’un d’entre eux recevait une décharge électrique, leurs cerveaux se mettaient au diapason, celui qui souffrait ressentait moins de douleur.

En effet, les cerveaux se synchronisent afin de diminuer le ressenti de la douleur : les ondes cérébrales de la personne qui souffre ont le même comportement du partenaire qui va bien.

Pour les scientifiques, cela démontre que le toucher peut en partie réduire la douleur, à condition qu’il soit effectué par quelqu’un que l’on aime ou en qui l’on a confiance. Le neurophysiologiste Bernard Calvino, ancien membre du conseil scientifique de l’institut UPSA de la douleur, a également affirmé que cela contribue à véhiculer des émotions et à établir des liens sociaux.

Le toucher pour aimer son enfant

Câliner son enfant, pour un parent, est le témoignage de son affection et de la tendresse envers lui. Mais cela n’a pas toujours été le cas, car dans les années 50-60, cela a été perçu comme néfaste à son développement, inutile.

Avec le temps et de nombreuses études sur le sujet, il a été prouvé que le toucher et le câlin affectent directement le cerveau de manière positive. Le toucher est un moyen d’apaiser l’enfant quand il se sent stressé ou surexcité. En cas de coliques par exemple, une situation assez intense pour les nouveaux parents, il suffit d’un doux massage sur le ventre de bébé dans le sens des aiguilles d’une montre pour l’apaiser. Dès les premiers instants de sa vie, ces contacts sont nécessaires à l’enfant pour le construire et resserrer les liens qui le relient à sa famille.

Chez les tous petits et les prématurés, le contact peau à peau aide à réguler leur fréquence respiratoire, leur fréquence cardiaque, leur saturation en oxygène ainsi que leur température selon une étude réalisée par les médecins du service de néonatologie de l’hôpital de Meaux. Mais cette méthode relationnelle n’a pas uniquement une vocation médicale.

Après avoir accouché, certaines mamans souffrent de cette interruption brusque et brutale. Elles sont en situation de stress. Grâce au peau à peau ou méthode kangourou (MK), elles renouent petit à petit les liens avec leur bébé. Elles effacent également le sentiment de perte, voire de culpabilité, ressenti quand il leur est retiré pour les premiers soins.

Mais le toucher n’améliore pas uniquement l’état de santé des bébés et de leurs parents, il contribue également au bien-être des personnes âgées.

Le toucher relationnel pour mettre en confiance les personnes âgées

Les personnes âgées ont, elles aussi, besoin de contact physique qui montre l’affection et l’intérêt que l’on éprouve pour elles. En effet, elles se sentent souvent repoussées ou ignorées parfois par leurs proches. Et leur placement dans les maisons de retraite peut être assimilé, par certaines d’entre elles, comme un véritable rejet. Pourtant, comme les enfants, elles ont besoin d’être apaisées, rassurées, car la solitude qui pèse sur elles dégénère parfois en graves pathologies.

Adopter le toucher relationnel ou toucher thérapeutique est un moyen d’instaurer une forme de communication entre les accompagnants, les soignants et leurs patients. Les personnes âgées sont fragilisées par les maladies dégénératives et autres affections qui surviennent avec le vieillissement.

Il a été constaté qu’établir un contact physique avec des seniors souffrant d’Alzheimer et de démence permettait de réduire la durée des crises. Par ailleurs, elles reprennent plus rapidement le contact avec la réalité. Le toucher thérapeutique est un outil de stimulation des sens, une étreinte visant à rassurer et à faire remonter l’estime de soi de la personne âgée.

Les études menées par Copstead en 1980 ont déjà permis de faire ce lien. Il n’en demeure pas moins qu’il est essentiel d’adapter le toucher aux besoins de la personne soignée.

 

Ne l’oublions pas : le toucher construit donc le lien social, sécurise, exprime nos sentiments. Il soulage également la douleur, stimule la croissance, renforce le système immunitaire. Aujourd’hui, les liens sociaux grâce au toucher sont plus que jamais d’actualité, car la crise sanitaire mondiale a véritablement changé la donne. Bien que les scientifiques n’aient pas encore suffisamment de recul, ils estimeraient que le nombre de personnes souffrant de troubles mentaux ou de problèmes psychologiques a considérablement augmenté, probablement dû à ce manque de toucher.

48 Shares:
3 commentaires
  1. Bonjour Je suis très reconnaissante à Madame Rakotomalala pour cet article. En effet je suis couturière et costumière de théâtre, formatrice de travailleurs sociaux autour du textile donc du toucher entre autres choses. Je vous confirme que le toucher est un des sens les plus tabou de notre société et il n’est pas aisé de le faire comprendre par les temps qui courent. Ce sens intervient aussitôt que nous sortons du ventre de notre mère et même pendant que nous en sortons et devient déterminant dans notre relation au monde.. Mon travail de formatrice m’a amené à explorer comment “être touché” et “toucher” sont des leviers qui ouvrent les portes de la relation à l’Autre et à soi même. Il y aurait tellement de choses à écrire.. La littérature romanesque et scientifique regorge de cette nécessité et il est grand temps de s’y repencher!! Merci le sensible est là!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer