A Pékin, la peur du COVID provoque une folie du dépistage

Face à la hausse des cas de contamination au Covid-19, avec plus de 100 cas jeudi, la capitale chinoise redoute un scénario à la Shanghai. Conscient que ce scénario catastrophe peut arriver, à Pékin, la peur du Covid provoque une folie du dépistage. A cet effet, les autorités locales ont décidé de renforcer les contrôles et procèdent à des tests de masse pour endiguer l’épidémie.

Depuis le début de la pandémie, pour faire face à la flambée des cas, les autorités chinoises y ont répondu par la stratégie du ‘zéro Covid’. Tandis que le monde commence peu à peu à vivre avec le Covid-19, le président Xi Jinping reste sur sa lancée et continue à croire qu’il est possible d’éliminer ce fléau sanitaire par cette stratégie absurde. Cette stratégie comprend confinement drastique, mise en place de dépistages de masse, fermetures des frontières, traçage des déplacements…Mais plombée par ces confinements, l’économie chinoise commence à souffrir, de même le mécontentement de la population comme à Shanghai monte.  Des contestations qui pourront nuire au XXe Congre du Parti communiste, où le président Xi devrait être reconduit à son poste.

Renforcement du contrôle pour éviter le chaos de Shanghai

Depuis le début avril, les 25 millions d’habitants de Shanghai subissent un confinement à l’extrême. La plupart ont des difficultés à accéder à la nourriture et aux soins de base. Les personnes testées positives, asymptomatiques pour la majorité sont directement isolées dans des centres aux conditions spartiates.

Mais actuellement, la plus grande ville de Chine commence à avoir le bout du tunnel puisque le nombre de nouveaux cas est à la baisse. Les autorités locales commencent à alléger les restrictions. Ces dernières ont annoncé qu’elles vont désormais se concentrer sur la vaccination des personnes âgées.

A Pékin, la situation sanitaire commence à se dégrader. En 24 heures, la capitale chinoise a enregistré 56 nouveaux cas d’infection au Covid-19. Actuellement, les autorités pékinoises ont recensé 194 nouveaux cas, détectés dans le quartier le plus peuplé de Pékin, Chaoyang.

Face à la menace d’un confinement, les autorités ont décidé d’appliquer une campagne de dépistage massive dans 12 des 16 districts de la ville de 22 millions d’habitants. Même si les commerces, restaurants, bars restent ouverts. Dans certaines localités, elles ont procédé au verrouillage de quelques bureaux et complexes résidentiels, d’une université, de certains établissements scolaires, sites touristiques et lieux de divertissements.

Les studios Universal ont encore eu le droit d’ouvrir leurs portes aux visiteurs. En revanche, ces derniers sont tenus de présenter des résultats de tests négatifs pour pouvoir accéder au parc à thème.

Début de l’enfer pour les habitants

Même si les autorités n’ont pas encore évoqué la possibilité d’un confinement, les habitants de Pékin redoutent l’exemple de Shanghai. Même si le porte-parole de la mairie de Pékin, Xu Hejian, a déclaré que la progression du virus était encore “sous contrôle”, Pékin recommande à la population le télétravail, et commence à prendre des mesures strictes comme la mise en quarantaine des cas contact, même si ces derniers ne sont pas encore testés positifs.

Il est à noter que 46 villes chinoises sont actuellement en confinement total ou partiel. Ce système de lockdown a mis à mal l’économie du pays. Il a aussi une répercussion au-delà de la frontière chinoise. En raison des restrictions, cette stratégie du « zéro Covid » a aussi perturbé les chaînes d’approvisionnement internationales.

  

About Post Author

11 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer